mis à jour le

Le concept des Droits de l’homme en Occident et dans les Religions révélées - Suite et Fin (Par Chérif MBALLO)

En effet, contrairement à d'autres concepts, qui apparaissent comme des innovations radicales dans la pensée musulmane moderne, en tant que purs emprunts à la culture occidentale (Démocratie, Socialisme, Communisme), le concept de «Droits de l'Homme» semble plus familier à la tradition socioculturelle des peuples musulmans. On peut aisément montrer qu'au niveau sémantique aussi bien qu'au niveau doctrinal, la notion de «droits inhérents à la personne humaine» est inscrite dans la conscience islamique depuis les origines.

Dès le départ, l'Islam opère une sorte de «révolution culturelle» en définissant le statut de la personne humaine en soi , et non pas simplement dans sa relation de dépendance et d'obédience à l'égard de Dieu. L'Homme, proclame le Quran Glorieux , (sourate 17, verset, 70), est institué «vicaire (KHALIF) de Dieu sur terre». Cette dignité conférée à l'Homme se trouve corroborée en d'autres termes coraniques : «Nous avons honoré les Fils d'ADAM... et les avons élevés en dignité bien au-dessus de beaucoup de ce que nous avons créé ». (sourate , XVII, verset 30). Plus que la métaphore de l'homme «créé à l'image de Dieu» (qui d'ailleurs est incompatible avec la stricte théologie coranique), le concept de vicariat de Dieu sur terre fonde en islam l'égale de tous les Fils d'Adam .c'est là un principe essentiel de toute charte des « Droits de l'Homme». Le vicariat de Dieu implique des responsabilités, des obligations , notamment au regard des «droits de Dieu» ; il confère aussi des droits humains : droits de Dieu/droits de l'homme : ce couple dialectique constitue l'une des données fondamentales de la pensée juridico-théologique de l'Islam contemporain.

«Quel jour est celui-ci ? Le jour du Sacrifice ! répond la foule des pèlerins. Quel territoire sacré ! Quel mois est celui-ci ? Le Mois Sacré ! C'est le jour du Grand Pèlerinage. Dieu a rendu sacré vos personnes et vos biens , comme est sacré ce mois-ci, ce territoire-ci, ce jour-ci». On peut , multiplier les citations de données coraniques ou de traditions du Prophètes (PSLF) formulant différentes catégories de droits propres à la personne humaine, non par simple validation d'institutions humaines ou par reconnaissance de «droits naturels», mais en vertu d'exigences inhérentes à la sagesse et à la Justice divine. A partir des données susvisées, les auteurs musulmans contemporains mettent en avant une double série d'arguments pour établir la doctrine islamique en matière de droits de l'homme :
a) Dès l'origine, l'Islam a posé les principes garantissant les droits de l'homme en des termes qui n'ont rien à envier aux constitutions modernes les mieux élaborées ;
b) Le concept de «droits de l'homme» s'impose à la conscience musulmane comme une donnée de foi, en ce sens qu'il découle de la Révélation (Quran) et de la tradition du Prophète (Sunna).

Parce qu'elle s'inscrit dans le message divin, la notion de droits de l'homme a sur la conscience musulmane un impact bien plus profond que s'il s'agissait de principes formulés par des institutions humaines (chartes, constitutions) ou faisant l'objet à plus forte raison de «déclarations» à caractère purement symboliques. En outre, les Déclarations nationales (déclaration des droits de l'homme et du Citoyen, votée par l'Assemblée Constituante française le 26 Août 1789) ou internationales la (Déclaration universelle des droits de l'homme , votée par l'Assemblée générale de l'ONU, le 10 Décembre 1948) n'ont pas nécessairement une portée universelle .

Elles sont sujettes à variations, selon les climats culturels et les idéologies dominantes. Elles peuvent faire l'objet de restrictions ou d'abrogations : toutes choses inconcevables en ce qui concerne les principes des droits de l'homme en Islam dont le caractère intangible et la portée universelle sont fondés sur le magistère divin. Les nombreux documents et déclarations émanant des principales instances musulmanes tout en reconnaissant la législation islamique en la matière sur les autres législations humaines, pour cette plus que toute doctrine juridique, morale ou politique, les fondements divins des droits de l'homme. En résumé, le discours islamique actuel sur les droits de l'homme comporte un ensemble de réponses à usage interne et externe.

D'une part, il s'agit d'établir que l'Islam confère à l'être humain des droits imprescriptibles et que le concept moderne des «droits de l'homme» est inhérent à l'éthique et à la pensée juridique des peuples musulmans. Les atteintes portées aux droits de l'homme en certains pays musulmans pour autant que ces atteintes soient dûment établies par organismes impartiaux, loin de tout parti-pris anti-islamique, ne sauraient être considérées comme une simple violation de la morale internationale, mais comme de graves transgressions de la Loi divine.

D'autre part, ce discours vise à mettre en garde l'opinion musulmane contre les idéologies étrangères au premier chef les idéologies de source occidentale, susceptibles d'accréditer l'idée que les droits de l'homme ne seraient véritablement respectés que parmi les «nations libres » judéo-chrétiennes , ou que le concept de «Droit de l'Homme » référerait essentiellement aux modèles culturels de l'Occident.

La Ummah islamique implique des rapports de coexistence fraternelle entre musulmans ou de tolérance mutuelle pour ce qui concerne les non-musulmans. Ces rapports garantissent une protection de l'individu et le respect de sa dignité d'une manière beaucoup plus efficace que ne le feraient les autres constitutions politiques en vigueur de par le monde. Fondées sur la foi, de telles garanties sont plus profondément intégrées dans les consciences et dans les m½urs que les obligations de nature purement juridique et politique.

Car, ces dernières tiendront toujours leur force de la puissance coercitive des appareils d'Etat, tandis que les autres tirent leur force et leur légitimité de la Révélation qui transcende tous les magistères et tous les pouvoirs temporels. En conclusion, nous dirons que les efforts déployés par les instances musulmanes compétentes en vue de définir une doctrine islamique des droits de l'homme participent du vaste mouvement qui porte la Communauté musulmane à rechercher dans son patrimoine , dans sa tradition religieuse et culturelle des réponses aux défis de la vie contemporaine, et d'abord des inspirations indispensables à l'élaboration d'une idéologie qui porte le sceau de l'authenticité islamique, sans cesser d'être en harmonie avec l'esprit des temps modernes.

Cette volonté de ressourcement, cette option fondamentaliste est perceptible à des degrés divers, mais à tous les niveaux du vécu dans les sociétés musulmanes contemporaines. Elle signifie une prise de conscience des valeurs qui ont fait la grandeur de la Ummah Islamique du premier âge ; elle dénote en même temps une réaction contre les aliénations de l'ère coloniale, toujours encore présente dans les mémoires, et le refus d'une acculturation jugée responsable de la dés-islamisation d'une partie des jeunesses musulmanes. A travers la diversité des démarches politiques, philosophiques ou religieuses qui s'offrent à l'observateur du mouvement des idées dans le monde musulman contemporain, l'on peut discerner l'ébauche d'une réponse islamique aux problèmes d'actualités qui interpellent la conscience musulmane.

Ces démarches, souvent d'inspiration apologétique , traduisent à la fois la volonté d'affirmer les valeurs propres au message islamique et de se démarquer de l'Occident soupçonné de vouloir exercer sur les pays musulmans, un hégémonisme culturel non moins illégitime que son hégémonisme économique et politique. «Celui qui créé est-il semblable à celui qui ne créé rien ? Ne vous souvenez-vous pas ?». Verset 17 Sourate les abeilles. «Qu'ils portent donc au Jour du Jugement dernier, tous les fardeaux de leurs propres ½uvres ainsi qu'une partie des fardeaux de ceux qu'ils égarent, sans le savoir, combien est mauvais le fardeau qu'ils portent».Verset 26, sourate les abeilles.

Chérif MBALLO
- Chercheur/Directeur du Centre Islamique de Recherche et de Documentation - (CIRED)
-Email; [email protected]

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

concept

AFP

L'afro-optimisme, concept en vogue dans les milieux financiers

L'afro-optimisme, concept en vogue dans les milieux financiers

AFP

Citroën dévoile son concept car Cactus, qui préfigure sa future gamme moins chère

Citroën dévoile son concept car Cactus, qui préfigure sa future gamme moins chère

AFP

Citroën dévoile son concept car Cactus, qui préfigure sa future gamme moins chère

Citroën dévoile son concept car Cactus, qui préfigure sa future gamme moins chère

droits

AFP

Burundi: un activiste des droits de l'Homme placé en détention

Burundi: un activiste des droits de l'Homme placé en détention

AFP

Soudan: les Etats-Unis "inquiets" de la situation des droits de l'Homme

Soudan: les Etats-Unis "inquiets" de la situation des droits de l'Homme

AFP

RDC: l'ONU préoccupée par des "violations graves" des droits des enfants

RDC: l'ONU préoccupée par des "violations graves" des droits des enfants

Occident

AFP

La spiruline, une mode en Occident qui veut essaimer en Afrique

La spiruline, une mode en Occident qui veut essaimer en Afrique

Fumisterie

L'idée d'un G5 du Sahel est une vaste fumisterie

L'idée d'un G5 du Sahel est une vaste fumisterie

Jocelyne Cesari

La crainte de l’islam n’est pas justifiée en Occident

La crainte de l’islam n’est pas justifiée en Occident