mis à jour le

Craintes à Souk Ahras

Les informations relatives à la saisie par les brigades de la direction du commerce de Souk Ahras de confiseries de type halwat turck, portant les labels Nouara et Ghazala, écoulées par des circuits informels à partir de la Tunisie, continuent de susciter des craintes au sein de la population. La présence de staphylocoques dans ce produit vendu sur les étals dans un emballage sans étiquetage renseigne sur le trafic à grande échelle qui peut nuire à la santé de la population, notamment en ce mois marqué par une consommation frénétique. «Nous savons tous qu'il y a des restrictions le long de la bande frontalière et pourtant, cette quantité importante de conserves et de chamia, plus connue sous le nom de halwat turck, de fabrication tunisienne, n'a pas suivi le circuit officiel pour son importation», a déclaré un fonctionnaire rencontré rue Ibn Badis. Si le communiqué du ministère du Commerce, diffusé avant-hier, ne précise pas s'il y a eu des cas d'intoxication au staphylocoque, un climat de crainte règne toujours dans la ville, même si de nombreux consommateurs ignorent complètement la chose. On attendra les prochains jours pour tirer au clair cette affaire avec l'annonce des analyses officielles réalisées par des laboratoires. Il faut dire surtout que vu sa proximité des frontières avec la Tunisie, la wilaya de Souk Ahras demeure une zone de trafic important de produits alimentaires, mais aussi des fruits et légumes qui transitent par la frontière, notamment la pastèque tunisienne qui se vend à des prix défiant toute concurrence.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien