mis à jour le

Sécurité : Comment garantir ce droit fondamental aux femmes

«Sécurité, genre et politiques publiques» est le thème du séminaire organisé par l'Association Marocaine de Lutte contre la Violence à l'Egard des Femmes (AMVEF) le mardi 02 juillet à Casablanca. Ce séminaire s'inscrit dans le cadre du projet de l'association sur la redevabilité sociale envers les femmes, réalisé avec l'appui de l'ONU-Femmes Maroc. L'objectif de cette initiative est d'ouvrir le débat sur les modes et les mécanismes à même de rendre les villes sûres pour les femmes et les jeunes filles. L'idée est de savoir dans quelle mesure les politiques territoriales intègrent de manière transversale l'égalité, la prévention, la protection et l'élimination de la violence à l'égard des femmes, laquelle peut être économique, sociale, physique ou psychique.

Selon Mohamed Sghir Janjar, anthropologue, s'il est vrai que la violence continue de s'exercer sur les femmes, que ce soit dans les espaces publics ou dans la sphère privée, on constate aujourd'hui que les femmes veulent s'accaparer leur droit à l'espace public, et pour cela, elles usent de stratagèmes. «Le contrôle social s'exerce dans l'environnement proche, ainsi plus on s'en éloigne plus on a un comportement libéré. Or, ce changement représente un traumatisme pour les hommes qu'il faut gérer », explique M. Janjar.

Une enquête menée en 2009-2010 montre qu'il y a une croissance de la violence à l'égard des femmes. Cette violence de nature physique et morale émane principalement des jeunes. 6 sur 10 ont moins de 35 ans. L'étude révèle également que les schémas mentaux accentuent cette violence. Les femmes divorcées, célibataires, et les étudiantes sont plus exposées à cette violence, elles représentent 19% de la totalité des femmes violentées. Dans ce même sens, l'habit influe également les comportements de violence. Elle est de l'ordre de 7.5% chez les femmes portant une djellaba et de 91% quand elles portent une mini-jupe. Cela nous amène à dire qu'il y a également un rapport entre le schéma idéologique et la violence. De ce fait, il faut mettre en place des stratégies pour gérer cette violence, car les enjeux pour la société sont importants. «Le défi qu'il faudra relever est de savoir quel espace urbain va-t-on construire, quelle société va-t-on édifier», déclare M. Janjar. Il ajoute : « Nous avons besoin d'une intelligence législative et politique pour gérer ces problématiques ».

Or, il est clair qu'une politique de lutte contre la violence envers les femmes n'est possible que si les femmes accèdent aux postes de décisions. L'éducation et la formation sont également des facteurs prépondérants dans cette lutte, sans pour autant être les seuls. «C'est étrange de constater que durant la dernière décennie, plus le niveau d'études est élevé, plus les idées conservatrices augmentent. Cela veut dire que  l'école est devenue un outil idéologique. Elle rentre en conflit avec les aspirations de la société», explique l'anthropologue, tout en gardant espoir, puisqu'il estime qu'Internet permet justement de contrebalancer cette donne.

En effet, l'école est un levier de développement et de civisme mais à condition d'une réforme en profondeur. C'est aussi un challenge dont dépend celui de la sécurité des femmes dans l'espace public, son traitement par les politiques publiques, mais aussi le comportement des citoyens… Pour aboutir «au bien vivre en ville, il est impératif de mettre en place des discriminations positives. L'absence d'une politique sensible à cette question est en soi une violence institutionnelle», estime Mme Zirari, chercheuse anthropologue.

Leila Ouazry

 

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

sécurité

AFP

RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice

RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice

AFP

Le Bénin investit dans la sécurité maritime, "assurance-vie" du pays

Le Bénin investit dans la sécurité maritime, "assurance-vie" du pays

Be safe

Quels sont les pays les plus sûrs en Afrique en 2016?

Quels sont les pays les plus sûrs en Afrique en 2016?

droit

AFP

Maroc: les projets de loi sur la langue berbère et le droit de grève adoptés

Maroc: les projets de loi sur la langue berbère et le droit de grève adoptés

AFP

Burkina: un ex-bras droit de Compaoré élu président du nouveau parlement

Burkina: un ex-bras droit de Compaoré élu président du nouveau parlement

AFP

Burundi: le bras droit du président Nkurunziza assassiné

Burundi: le bras droit du président Nkurunziza assassiné

femmes

AFP

Tchad: onze opposants libérés, des femmes interdites de rassemblement

Tchad: onze opposants libérés, des femmes interdites de rassemblement

Droits des femmes

Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales

Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales

AFP

Kenya: "Est-ce halal?" demandent des femmes sur la contraception

Kenya: "Est-ce halal?" demandent des femmes sur la contraception