mis à jour le

MADISON CLUB Coups et blessures volontaires : 10 jours ferme et des dommages de 220 mille francs au chef du bar

Une affaire de coups et blessures volontaires opposant deux em­ployés du dancing-bar de Madison Club a été jugée, hier, devant le Tribunal des flagrants délits de Dakar. En fait, la serveuse Mame Diarra Bousso Sow a porté plainte contre son supérieur hiérarchique, le chef du bar de Madison Club, qui l'a prise à partie. Bocar Amadou Guissé a été donc arrêté et mis sous mandat de dépôt, pour coups et blessures volontaires, jusqu'à sa comparution à la barre du Tribunal départemental de Dakar.

Le prévenu a été condamné à 10 jours d'emprisonnement ferme. Une peine de prison que le mis en cause a déjà purgé, d'autant qu'il a été mis sous mandat de dépôt depuis le 28 juin dernier. Il devra, en plus de cette peine, payer la somme de 200 mille francs Cfa à la partie civile, en guise de dommages et intérêts. Le chef du bar de Madison Club doit aussi payer une amende de 20 000 francs, à verser dans les comptes du Trésor public.

Les faits remontent au mois de juin dernier. Après une nuit de travail, l'heure de la des­cente avait sonné pour le chef de service, les serveurs et hôtesses du dancing-bar de Madison Club. Le chef du Bar, Bocar Amadou Guissé, avait intimé l'ordre à sa subordonnée Mame Diarra Sow de débarrasser les bouteilles vides et autre verres de bière déposés sur le comptoir du bar de la boîte de nuit Madison Club. Malgré cette recommandation, l'hôtesse du bar n'a pas obtempéré. Ainsi, le chef du bar et sa collègue sont passés des gros mots aux mauvais gestes. L'altercation a été déclenchée vers 6 heures du matin. Et, le malentendu vire ainsi aux gros ennuis. Les protagonistes en sont venus aux mains. L'intervention des autres travailleurs de la boîte a apaisé la tension. La dame Mame Diarra Sow s'en est sortie avec des blessures, notamment une luxation du bras et un déboîtement du coude lui occasionnant une Itt (Inca­pacité temporaire de travail) de 25 jours. «J'ai été tabassé à coups de poing. Il (le chef du bar) m'a tordu le bras», a déclaré la victime, à la barre.

Des propos réfutés par le prévenu, qui persiste et signe qu'il n'a pas porté de coups. Pour le mis cause, son vis-à-vis a inventé pareille histoire pour le nuire. Le prévenu a contesté avoir levé la main sur la serveuse, Diarra Sow. Bocar Amadou Guissé a dit s'étonner de la voir se plaindre de blessures occasionnées par des coups de poing «imaginaires». «Elle a cassé une bouteille de bière pour m'attaquer. Je lui ai tordu le bras pour me défendre. Elle s'est cogné le bras sur le comptoir», explique le prévenu. Le chef du bar du dan­cing Madison Club avoue le «contact physique», mais nie toute intention de casser le bras de sa collègue.

Le Parquet avait requis l'application de la loi. Si l'avocat de la partie civile avait réclamé un dédommagement d'un million de francs Cfa, au motif que sa cliente a subi un préjudice sanitaire avec des blessures au niveau du bras, l'avocat du prévenu avait plaidé la relaxe.

Le Quotidien

club

AFP

Le chanteur nigérian Femi Kuti salue la visite du président Macron dans son club

Le chanteur nigérian Femi Kuti salue la visite du président Macron dans son club

AFP

Au Soudan, la première femme coach d'un club de foot masculin

Au Soudan, la première femme coach d'un club de foot masculin

AFP

Tunisie: plainte contre la police après le décès d'un supporteur du Club africain

Tunisie: plainte contre la police après le décès d'un supporteur du Club africain

blessures

AFP

CAN-2019: Brazzaville-Kinshasa, un derby, des blessures

CAN-2019: Brazzaville-Kinshasa, un derby, des blessures

AFP

Les blessures physiques mais aussi invisibles des migrants

Les blessures physiques mais aussi invisibles des migrants

AFP

Corneille dévoile pour la première fois ses blessures dans un livre

Corneille dévoile pour la première fois ses blessures dans un livre

ferme

AFP

Insécurité en RDC: le parc des Virunga fermé aux touristes jusqu'

Insécurité en RDC: le parc des Virunga fermé aux touristes jusqu'

AFP

Zimbabwe: une ferme de Grace Mugabe occupée par des chercheurs d'or

Zimbabwe: une ferme de Grace Mugabe occupée par des chercheurs d'or

AFP

Faux médicaments au Bénin: prison ferme pour sept distributeurs

Faux médicaments au Bénin: prison ferme pour sept distributeurs