mis à jour le

Soudan du Sud: intenses combats dans l'Etat de Jonglei

L'Etat de Jonglei, une région chroniquement instable de l'est du Soudan du Sud, est en proie à de nouveaux combats entre l'armée, des rebelles et des milices d'ethnies rivales, ont affirmé mercredi des humanitaires et des diplomates.

"Nous avons des informations très crédibles de combats généralisés à travers le département de Pibor," a affirmé un responsable des Nations unies sous couvert d'anonymat, citant des témoins faisant état d'"horribles massacres".

Des travailleurs humanitaires présents dans la région ont aussi indiqué que des milices des ethnies Dinka et Lou Nuer, avaient mobilisé des milliers d'hommes pour combattre une communauté rivale, les Murle.

Parallèlement, l'ambassade américaine a condamné "les violences inter-ethniques en cours" à Pibor. "Nous demandons à tout le monde de (...) permettre aux agences humanitaires d'accéder aux civils et communautés dévastés par les violences," a-t-elle poursuivi dans un communiqué.

Les derniers affrontements recensés à Pibor remontaient à mai. Des soldats et d'autres hommes armés non identifiés avaient pillé des locaux des Nations unies et d'ONG, dont le seul hôpital de toute la région.

Depuis avril 2011, l'armée sud-soudanaise combat dans la zone une rébellion menée par David Yau Yau, un ex-professeur de théologie d'ethnie Murle.

Des groupes de défense des droits de l'Homme accusent tant l'armée sud-soudanaise que les rebelles d'exactions à l'encontre des civils, dont des viols à grande échelle.

20 ans de guerre civile

S'exprimant mardi à l'occasion du deuxième anniversaire de son jeune Etat, le président Salva Kiir s'est dit "extrêmement préoccupé par les attaques incessantes et les meurtres gratuits d'innocents civils" à Pibor.

Tout en imputant les violences à David Yau Yau, il l'a appelé à accepter une offre d'amnistie en échange de sa reddition.

En avril, cinq Casques bleus de l'ONU et sept civils travaillant pour l'ONU avaient été tués dans une embuscade près de Pibor.

L'Etat du Jonglei est en proie à de massifs conflits ethniques depuis l'accession du Soudan du Sud à l'indépendance, le 9 juillet 2011.

La région porte encore les stigmates des 20 ans de guerre civile soudanaise ayant opposé la rébellion sud-soudanaise - aujourd'hui au pouvoir à Juba - au régime de Khartoum de 1983 à 2005, année de la signature d'un accord de paix qui a ouvert la voix à l'indépendance du Sud.

La région est encore infestée d'armes et troublée par les rancoeurs accumulées entre communautés. Durant la guerre civile soudanaise, les Murle servaient de supplétifs à Khartoum, qui les armait, contre la rébellion sud-soudanaise. Ils suscitent toujours la méfiance parmi les autres communautés du Soudan du Sud.

AFP

Ses derniers articles: CAN-2019: le foot congolais en débandade  CAN-2019: la consolante pour le Nigeria, encore 3e  Ebola en RDC: l'état d'"urgence" sanitaire mondiale est déclaré 

Soudan

AFP

Après 30 ans, le Soudan fait un pas crucial vers la démocratie

Après 30 ans, le Soudan fait un pas crucial vers la démocratie

AFP

Soudan : la police disperse des manifestants en tirant du gaz lacrymogène

Soudan : la police disperse des manifestants en tirant du gaz lacrymogène

AFP

Soudan du Sud: Machar se dit prêt

Soudan du Sud: Machar se dit prêt

combats

AFP

Libye: appel de pays occidentaux et arabes

Libye: appel de pays occidentaux et arabes

AFP

Combats près de Tripoli: un millier de morts dont des migrants en trois mois

Combats près de Tripoli: un millier de morts dont des migrants en trois mois

AFP

Libye: combats violents au sud de Tripoli, crainte d'une "longue" guerre

Libye: combats violents au sud de Tripoli, crainte d'une "longue" guerre

Jonglei

Alerte

Le Soudan du Sud et le spectre d'une crise humanitaire

Le Soudan du Sud et le spectre d'une crise humanitaire