mis à jour le

Des jeunes signant la pétition Kngatouna, Tunis © Nawaat, DR.
Des jeunes signant la pétition Kngatouna, Tunis © Nawaat, DR.

Les Egyptiens ont eu Tamarod, la Tunisie invente Knagtouna

Ils veulent réussir le même coup qu'en Egypte: dégager les islamistes

Lorsque le président Mohamed Morsi a été destitué par les militaires, le 3 juillet dernier, et que l’Egypte a commencé à plonger dans la violence, les observateurs et commentateurs ont vite fait de craindre que ne se reproduise ce qui s’est pas produit en Algérie, pendant la tristement célèbre «décennie noire».

D’autres encore ont tenté un parallèle avec les autres pays voisins qui avaient connu les révolutions du printemps arabe ou qui étaient dirigés depuis lors par des gouvernements islamistes. Mais s’il y a un pays où l’on a suivi de près tout le mouvement qui a abouti à l’éviction de Mohamed Morsi, c’est bien la Tunisie.

Les Tunisiens ont, pour ainsi dire, donner le là du printemps arabe, en faisant partir Ben Ali du pouvoir en 2011. Les islamistes d’Ennhada, qui gouvernent aujourd’hui, ne semblent pas avoir répondu aux attentes de la révolution. Ils ont même installé un climat qui fait craindre, chaque jour, une sérieuse menace aux libertés, à la liberté d’expression notamment.

Le pays s’enfonce chaque jour dans une crise socioéconomique et l’Assemblée nationale constituante est essoufflée, avant d’avoir achevé son travail. Conséquence, un nouveau vent de révolte souffle en Tunisie, avec la jeunesse (comme à partir de 2010) en fer de lance de la contestation.

C’est d’ailleurs cette même jeunesse qui, désormais, veut s’inspirer de ce qui s’est fait en Egypte avec le mouvement Tamarod (Rébellion). Comme en Egypte, ils veulent clairement le départ des islamistes et «la dissolution de l’Assemblée constituante et l’annulation du projet de la Constitution».

Ce sont les revendications contenues dans la pétition dénommée Knagtouna (Vous nous avez étouffés), lancée le 8 juillet, à Tunis. Comme Tamarod, en Egypte, Knagtouna espère réunir plusieurs millions de signatures et provoquer une deuxième révolution en Tunisie.

«Il s’agit d’un mouvement non partisan, ouvert à tous les jeunes Tunisiens, aux forces démocratiques et à toutes les composantes de la société civile ayant comme but le redressement du processus révolutionnaire», indiquent les initiateurs de Knagtouna.

Slate Afrique

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

Tamarod

Actualités

Le mouvement Tamarod quitte le Front du Salut National

Le mouvement Tamarod quitte le Front du Salut National

Actualités

En Egypte, le fondateur de Tamarod soutient l'armée

En Egypte, le fondateur de Tamarod soutient l'armée

Lilia Weslaty

Le mouvement Tamarod répond aux accusations d’Ali Laaridh

Le mouvement Tamarod répond aux accusations d’Ali Laaridh

révolution

AFP

La justice transitionnelle désavouée en Tunisie, sept ans après la révolution

La justice transitionnelle désavouée en Tunisie, sept ans après la révolution

AFP

Des milliers de Libyens célèbrent l'anniversaire de "leur" révolution

Des milliers de Libyens célèbrent l'anniversaire de "leur" révolution

AFP

La Tunisie, sous tension, marque le 7e anniversaire de sa révolution

La Tunisie, sous tension, marque le 7e anniversaire de sa révolution

Tunisie

AFP

La Tunisie va juger Ben Ali et d'anciens ministres pour torture

La Tunisie va juger Ben Ali et d'anciens ministres pour torture

AFP

Démantèlement d'un trafic de migrants entre l'Italie et la Tunisie

Démantèlement d'un trafic de migrants entre l'Italie et la Tunisie

AFP

La Tunisie met ses muezzins au diapason

La Tunisie met ses muezzins au diapason