mis à jour le

AU RYTHME DU RAMADAN Médisance, musique et mini-jupe au placard

Musique réduite au strict minimum, mini-jupe dans les placards et médisance en berne. Voilà planté le nouveau décor auquel les Sénégalais devront, le temps du Ramadan, essayer de s'habituer. Avec en prime du Coran à gogo, des prêches à satiété et une cure de jouvence pour les fameuses tenues traditionnelles.

Pendant le mois de Ramadan, beaucoup de changements sont notés du coté des personnes et au niveau du train de vie. Le Ramadan, un mois particulier de l'année pour les musulmans, change bien des habitudes. On observe même un bouleversement du mode de vie des croyants sénégalais. Du coté des hommes, si ce n'est pas des chapelets, c'est le Coran, les livres qui traitent l'Islam, entre les mains. Au marché Grand-Yoff la règle n'est pas dérogée ; ici, ce n'est pas seulement les personnes qui ont un autre look ou de nouvelles attitudes. Ce lieu qui est connu par des embouteillages monstres à cause de la proximité du marché et des routes, est devenu fluide en cette heure matinale du Ramadan. Les activités sont au ralenti. L'ambiance et le rythme de vie qui faisaient la particularité de ce marché sont totalement absents.

«Diné ak diamono»

Pour qui connait Grand-Yoff avec ses marchands ambulants s'est complètement transformé. Le Ramadan est passé par là. En effet, les cris des marchands, la musique des vendeurs de cassettes, d'objets électroniques pour faire leur promotion, ont laissé la place à l'animation religieuse. Si ce ne sont des chants religieux, ce sont des versets du Coran ou les sermons des religieux qui sont diffusés par les radios de ces commerçants. Devenus plus silencieux, les hommes ont tendance à écouter des prêcheurs et le Coran pour une méditation. « Quand on est concentré à écouter des versets coraniques, des khassayide ou des khassida, on ne se verse pas dans la médisance », confie cet homme de 47ans. Sous sa tunique marron, Adama Gueye, couturier au marché Grand-Yoff, chapelet à la main est très concentré à écouter son prêcheur favorite Serigne Samb Mbaye Samb. Ce changement n'a pas épargné le commerce. Boutiquier de son état, Seydou a changé de marchandises pour répondre à la demande des clients : « Je vendais des oignons, de la pomme de terre, des épices et d'autres produits. Mais, avec le carême, je m'active dans le business du café Touba, du lait, du thé, du pain, etc». Avant d'ajouter que c'est le Ramadan qui devrait être appelé «diné ak diamono».

Stop au «bégué»

Pas loin de la boutique de Seydou, un vendeur de matériels électroniques d'y aller de son grain de sel : «Pendant 11 mois, c'est le «bégué». Je pense que nous pouvons alors changer les habitudes durant un seul mois. Ça ne nous coûte rien». Quant aux filles et femmes, c'est un changement vestimentaire qui est plus remarqué. Beaucoup de jeunes filles ont changé de look en cette période. Les tenues traditionnelles sont désormais à la mode chez elles. Diverses raisons sont données pour expliquer cette mode vestimentaire «C'est un mois de recueillement et de pardon. Donc tous les comportements doivent être revus. Et, en tant que musulmane, pratiquante, je n'ai pas d'excuse pour ne pas louer tous les bienfaits de ce mois», explique Ramatoulaye. Dans son «anango», elle rappelle que c'est durant ce mois que le Coran a été transmis au prophète de l'Islam (Psl). Selon elle, «les filles doivent se sacrifier ne serait-ce que pour un seul mois, ce qui est un peu difficile». Ramatoulaye de déclarer qu'elle ne sera pas en mesure de porter des tenues traditionnelles pendant 29 jours successifs : «Je ne peux pas abandonner totalement les tenues modernes. J'essaie tout simplement d'être à la mode avec le Ramadan».

Aïssatou Doucouré NDIAYE


Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

ramadan

AFP

Invité

Invité

AFP

Les musulmans célèbrent la fin du ramadan malgré le choc des attentats

Les musulmans célèbrent la fin du ramadan malgré le choc des attentats

Religion

PHOTOS. L'Afrique musulmane célèbre l'Aïd el-Fitr

PHOTOS. L'Afrique musulmane célèbre l'Aïd el-Fitr

musique

AFP

Retour de Baaba Maal, l'explorateur de la musique sénégalaise

Retour de Baaba Maal, l'explorateur de la musique sénégalaise

Web

Google débarque à son tour sur le juteux marché du streaming musical en Afrique du Sud

Google débarque à son tour sur le juteux marché du streaming musical en Afrique du Sud

Musique

Enrico Macias veut retourner dans son Algérie natale avant la fin de sa vie

Enrico Macias veut retourner dans son Algérie natale avant la fin de sa vie

mini-jupe

Discrimination

Au Burundi, les femmes n'ont plus le droit de porter des jupes trop courtes

Au Burundi, les femmes n'ont plus le droit de porter des jupes trop courtes

Potiche

Le vrai roi du Swaziland, c'est Coca-Cola

Le vrai roi du Swaziland, c'est Coca-Cola

webmaster

Ouganda : la mini-jupe ou le début de la pornographie

Ouganda : la mini-jupe ou le début de la pornographie