mis à jour le

Egypte : L'armée face à un casse-tête pharaonique

C'était le mercredi 3 juillet 2013. Il y a  donc une semaine exactement, la place Tahrir était en liesse, et de nombreux Egyptiens célébraient dans la joie l'éviction de Mohamed Morsi, synonyme à leurs yeux de «déviationnisme», de parjure par rapport à ses engagements lors de sa campagne électorale et de figure repoussoir du mouvement Tamarod (rébellion en arabe). De nos jours, c'est   une évidence que de relever que  le pays  a replongé dans  une extrême violence, dans  un tunnel sombre de conflit et de troubles  que l'armée entendait pourtant éviter par son intervention.

L'Observateur Paalga

Ses derniers articles: Algérie: c'est Bouteflika lui-même qui organise la détestabilisation  Et maintenant les émeutes du courant  Sommet Afrique-Etats-Unis: les moutons noirs de Washington 

Egypte

AFP

Rares manifestations anti-Sissi en Egypte

Rares manifestations anti-Sissi en Egypte

AFP

Début du référendum en Egypte pour prolonger la présidence de Sissi

Début du référendum en Egypte pour prolonger la présidence de Sissi

AFP

Oscars: Rami Malek, "pharaon d'Hollywood" célébré en Egypte

Oscars: Rami Malek, "pharaon d'Hollywood" célébré en Egypte

casse-tête

AFP

Présidentielle tunisienne: l'affaire Karoui, un casse-tête juridique (magistrat)

Présidentielle tunisienne: l'affaire Karoui, un casse-tête juridique (magistrat)

AFP

Jihadistes: la Tunisie également confrontée au casse-tête des rapatriements

Jihadistes: la Tunisie également confrontée au casse-tête des rapatriements

AFP

Nigeria: casse-tête logistique

Nigeria: casse-tête logistique