SlateAfrique

mis à jour le

Les irréductibles soutiens africains de Kadhafi

Alors que les rebelles libyens déclarent contrôler 90% de la capitale et que Kadhafi reste introuvable, la chute probable du dirigeant libyen suscite de nombreuses réactions en Afrique.

Si certains internautes africains s'en réjouissent, beaucoup continuent plutôt à défendre le «Guide» libyen, constate RFI.

Tantôt décrit comme «un héros, un exemple à toujours imiter», Kadhafi est même qualifié de «prophète africain» par des internautes sur la page Facebook de RFI. L’ancien leader libyen incarne en effet aux yeux de ses fidèles le rêve des «Etats unis d’Afrique».

Sur le site de France24, un internaute met en garde «ses frères libyens qui regretteront cet homme qui a toujours mené son combat pour une souveraineté de son pays et même de l’Afrique».

Sur Jeune Afrique, l'un salue «le héros de la lutte anti-impérialiste en Afrique». Et d'ajouter:

«La Libye de Kadhafi restera débout comme un seul homme. A bas les impérialistes et les traitres de Benghazi.»

Depuis le début de la crise libyenne, la presse a régulièrement fait écho des soutiens et des reproches faits au régime de Kadhafi. Bamako est l’une des capitales africaines ayant enregistré une manifestation publique de soutien au Colonel.

Dans un article du 23 août 2011, le Républicain, un quotidien malien rapporte le témoignage des «inconditionnels» du Guide à Bamako.

«Je le jure le guide ne peut pas finir comme ça. Il a une botte secrète qui va annihiler les envahisseurs», peut-on entendre aux abords du marché et du Centre culturel islamiques, tous deux des cadeaux de Kadhafi au Mali.

Dans le même sens, le Républicain titre également sur «La tristesse du président malien et de son pays». Le journal rapporte les propos d’un cadre malien qui était chargé de la gestion de certains intérêts libyens au Mali. Ce dernier, qui regrette «tant de gâchis», aurait préféré le suivi d’une feuille de route de l’Union africaine, ce qui aurait évité les morts dans les deux camps.

Mais la chute du «héros de la rue africaine» est salué par certains comme un espoir pour le peuple libyen. Plus d'une trentaine de pays à travers le monde ont déjà reconnu le Conseil national de transition (CNT). Après la Tunisie, l’Egypte, le Maroc et le Nigeria, le Soudan ainsi que le Tchad ont à leur tour reconnu officiellement et apporté leur soutien au CNT.

Lu sur RFI, maliweb