mis à jour le

PERCHOIR - Abrogation ou maintien de la «loi Sada Ndiaye» : Modou Diagne Fada pour la «cohérence» du Pds et de l’Apr

La suite du débat sur le retour ou non du quinquennat à la présidence de l'Assemblée nationale occupe encore les médias. Mais Modou Diagne Fada a relevé un scénario inconfortable entre Niasse et Macky Sall.

Invité de l'émission Grand Jury de la Rfm, hier, le président du groupe parlementaire des Libéraux et démocrates est revenu sur la procédure qui doit mener à l'examen de la proposition de loi déposée par Oumar Sarr de Rewmi pour abroger la «loi Sada Ndiaye» et rétablir le quinquennat. «Une proposition de loi doit être étudiée par le bureau (de l'Assemblée nationale) dirigé par le principal concerné (Ndlr : Moustapha Niasse), qui a une obligation d'écrire au Président Macky Sall, un autre acteur, pour lui demander son avis», explique-t-il. Le responsable du Parti démocratique sénégalais (Pds) est sûr de la «position très confortable» des députés libéraux qui vont se réunir au mois d'octobre prochain pour adopter une posture. Mais d'emblée, il rappelle que «cohérence pour cohérence, si nous avions des raisons de ramener le mandat (du président de l'Assemblée nationale) de 5 à 1 an nous devrions rester sur cette position». Mais aussi, estime Modou Diagne Fada, «cohérence pour cohérence, la majorité (actuelle), qui avait dénoncé, en son temps, la «loi Sada Ndiaye» devait travailler à ramener la durée du mandat de 1 à 5 ans», pour s'être «victimisée» au moment du vote de ladite loi.

Retrouvailles Idy, Macky et le Pds

Modou Diagne Fada milite pour des retrouvailles libérales entre Macky Sall, Idrissa Seck et les principaux dirigeants du Pds. Il trouve «politiquement correct», dans un futur qu'il dit ne pas pouvoir déterminer, que ces trois composantes Apr, Rewmi, Pds «se retrouvent dans un cadre sous la forme d'un même parti politique, ou d'entités différentes, mais qui dispose d'une plateforme programmatique». Cela ne ferait, selon lui, que «clarifier le débat politique», car la famille libérale doit «faire face» au Communistes, aux Socialistes et travailler à «respecter la prophétie de Wade» qui veut que les Libéraux restent au pouvoir pendant 50 ans. Non sans préciser qu'«il n'y a pas encore, de façon formelle, officielle ou officieuse, des contacts» avec MM. Sall et Seck. Seulement, l'enfant de Darou Moukhty considère que l'incarcération de Karim Wade et de Bara Gaye est un «contentieux politique lourd et constitue des points de discorde au sein de la famille libérale», espérant que ce «conflit politique» finisse autour d'une table. Modou Diagne Fada se dit convaincu, de toute façon, que les Présidents Wade et Diouf ne sont pas de (leur) génération, contrairement au Président Sall et au Premier ministre Idrissa Seck. «Si nous devons penser comme l'ancienne génération pour construire des plateformes politiques, le pays n'avancera pas», ajoute-t-il.

«D'accord» pour une commission sur les décrets d'avance

Le chef des députés du Pds est «tout à fait d'accord» sur la création d'une commission d'enquête sur aussi bien les décrets d'avance de Wade évalués à 8 milliards que sur les 26 de Macky Sall qui avoisinent les 100 milliards de FCfa. Sauf que Modou Diagne Fada «s'étonnerai(t), en dehors des déclarations», que les députés de la majorité puissent avoir «le courage de créer des commissions d'enquête».

Le Quotidien

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

PDS

Abdoulaye Wade

Pourquoi son retour inquiète Macky Sall

Pourquoi son retour inquiète Macky Sall

Gorgui

Les vraies raisons de son retour

Les vraies raisons de son retour

group promo consulting

Le Pds exige la libération sans condition de "tous les otages politiques"

Le Pds exige la libération sans condition de "tous les otages politiques"