mis à jour le

Le concept des Droits de l'homme en Occident et dans les Religions révélées (Par Chérif MBALL)

Au moment où le débat fait rage entre ceux qui sont pour et les prétendants être les véritables défenseurs des droits de l'homme locaux, suppôts des groupes occultes, en réalité homophobes ; à la solde de l'Occident favorables à la dépénalisation de l'homosexualité, et favorable au mariage pour tous qui estiment que «la tendance mondiale est l'abolition de la peine de mort suite au projet de loi pour la promulgation de la peine de mort a Sénégal dont l'objectif est de diminuer la criminalité au Sénégal.

Il nous est un devoir intellectuel et religieux d'apporter cette modeste contribution, dans ce pays où la diversité religieuse et culturelle a son pesant d'or, afin de contribuer à faire connaître davantage la place que les religions monothéistes particulièrement l'Islam qui est leur prolongement naturel accordent aux Droits de l'homme.

Cette religion qui a su apporter ainsi à l'Humanité une nouvelle compréhension des valeurs humanitaires et universelles, dont nous nous glorifions aujourd'hui. Cette religion qui allie spiritualité et scientificité, et participe dynamiquement à tout ce qui touche à la fois, à l'individu et à la collectivité .Cette religion pleine de vitalité et de rigueur, qui se distingue par une objectivité dépouillée de toute subjectivisme a démontrer qu'elle n'est pas seulement cultuelle, mais un ensemble de valeurs et de principes qui obéit à une loi et à un règlement qui allie la pensée et l'action, l'esprit et la lettre en un mot l'instrumental et le rationnel.

Depuis l'avènement des religions révélées, les Messagers de Dieu (Que la bénédiction de DIEU soit sur eux), ont toujours étaient de sources fertiles d'inspiration morale, intellectuelle philosophique, scientifique, littéraires... qui révèlent être la base d'inspiration à jamais de la pensée humaine en générale, en un mot, la Rationalité Universelle.
Par leurs intellect hors du commun, ces Prophètes de Dieu ont su ressuscité les véritables enseignements divins et répondre ainsi, aux exigences humaines. Cet intellect qui distingue l'homme de l'animal et qui constitue le meilleur don de Dieu à l'homme.

Avant d'entrer dans le vif du sujet, que nous avons l'honneur de traiter et qui tourne autour de :'' Le concept des Droits de l'homme en occident et dans les Religions révélées, vous me permettrez d'aborder en quelques lignes, la notion occidentale des Droits de l'Homme qui prédominent présentement dans certaines parties du monde de manière générale et expliquer la notion religieuse de ces mêmes concepts.

La notion, essentiellement occidentale, d'une autonomie et d'une liberté auxquelles peut prétendre l'individu face à l'autorité de l'Etat constitue le fondement théorique de la notion des «Droits de l'Homme» appelé jadis droits naturels. Ce que l'on recherche à justifier dans des «droits naturels» ou dans la poursuite du «plus grand bien pour le plus grand nombre», considéré comme la raison d'être de la vie en société, la vocation du gouvernement était de servir et de protéger les citoyens . Cette conception s'opposait radicalement à l'idée que l'organe souverain n'est responsable que devant Dieu ou que le maintien de l'ordre est une fin en soi.

La parenté est étroite entre la notion de Droits de l'homme qui garantirait un progrès social et économique ainsi qu'un épanouissement culturel rapides et les Théories de la Démocratie et du Libéralisme. Il va de soi que la conscience de plus en plus grande de l'existence des Droits de l'Homme allait de paire avec la mise en place de structures étatiques représentatives et le renversement de l'ordre injustement établi.

Selon John Locke : «l'homme est né muni d'un titre à la liberté parfaite et en pleine jouissance de tous les droits et privilèges de la loi de la nature, à l'égal de n'importe qui d'autre sur terre. Individu ou groupe; Il tient donc de la nature, non seulement le pouvoir de préserver ce qui lui appartient, c'est-à-dire ,sa vie, sa liberté, sa dignité etc».
Selon Jean Jacques ROUSSEAU: «Aucun homme n'a une autorité naturelle sur son semblable et puisque la force reste donc les conventions pour base de toute autorité légitime parmi les hommes(...)».

Selon Montesquieu : «La loi, en général est la raison humaine, en tant qu'elle gouverne tous les peuples de la terre et les lois politiques et civiles de chaque nation ne doivent être que les cas particuliers où s'applique cette raison humaine (...)».
Par ces interprétations dont nous ne prétendons pas épouser totalement l'idée , nous voulons simplement dire que les Droits de l'homme restent depuis toujours une aspiration fondamentale de l'être humain . plus de deux siècles après les déclarations américaine et française des Droits de l'homme (1776 et 1789) et près d'un demi siècle après la déclaration Universelle des Droits de l'Homme , les Etats, mêmes ceux qui passent pour être des modèles de démocratie continuent à porter atteinte aux droits fondamentaux de la personne humaine par des actes tels que: arrestations, condamnations arbitraire, voies de fait sur des manifestants, atteintes à la vie privée, brutalités dans les locaux de la police, détentions provisoires, et / ou abusives, saisies répétées et injustifiées des journaux, rétentions de titres de voyages, etc.
Seulement des écarts peuvent exister donc entre la proclamation de principes et l'effectivité des droits. Il convient de noter que la jouissance des droits fondamentaux est conditionnée dans une large mesure par la société qui peut imposer des comportements par la contrainte ou ,de façon plus subtile, par des conditionnements qui obstruent ou à la limite suppriment l'envie de jouir de ces mêmes libertés.

Aussi, dans le cadre culturel, le conformisme religieux ou politique, les propagandes idéologiques restreignent-ils considérablement les conditions d'exercice des droits reconnus aux individus. Ils convient toutefois de s'accorder au préalable sur le sens qu'il faut donner aux libertés publiques. Cela dit, depuis son apparition sur terre, l'Homme a toujours été victime de brimades, de confiscation de sa volonté et la privation de sa liberté par des gouvernants iniques et injustes avec son cortège de millions de victimes innocentes et la destruction des biens de toutes sortes. Ce qui créa une fissure entre les hommes d'une part, les justes qui défendent le bien et le vrai sous la conduite des Prophètes, et leurs Régents et d'autre part, les gouvernants injustes et scélérats qui sèment la tyrannie, l'oppression et l'injustice et l'iniquité dans la société dans le seul but de mieux assouvir leur propre instinct égoïste. Ce qui a eu pour conséquences des guerres, la destruction des biens, la faim et la misère, ce qui nécessita l'intervention des Religions révélées aux Prophètes de Dieu, tels que : Ibrahim, Moussa, Issa, et Mohammad (Que le salut et la paix soient sur eux) pour rétablir l'équité et la justice parmi les hommes.

Pour l'illustrer, l'Imam Ali Ibn Abi Taleb (as) a décrit l'état anormal où se trouvait l'humanité entière avant l'avènement du Prophète Mohammad (PSLF) dont le message est le plus parfait, le plus globalisant et totalisant , ci-après: «Dieu envoya Mohammad (pslf) pour avertir les hommes et leur transmettre la Révélation(...) Dieu envoya le Messager après une période où les Prophètes ne faisaient plus apparition où les nations croupissaient dans la léthargie, où toutes lois étaient violées. Il confirma aux hommes ce qu'il détenait et leur communiqua la lumière à suivre... »

Cela dit, le monde d'aujourd'hui est plus qu'interpellé pour retrouver une stabilité, une accalmie pour que l'homme puisse mieux exprimer ses véritables dimensions d'humanité et d'humanisme par le respect strict des droits de l'homme.
Il reste que l'équilibre de la terreur qui avait cultivé dans la conscience collective universelle par les deux guerres mondiales et les conflits de la colonisation, devait amener les Etats et les organisations sociales à se réfugier dans le droit pour freiner les excès de l'arbitraire.

C'est ainsi que l'attachement au respect des droits de l'homme fait l'objet d'affirmations solennelles et répétées dans la quasi totalité non seulement des constitutions des Etats, mais également dans les instruments juridiques internationaux.
Compte-tenu de ce que nous venons d'avancer, nous allons dans le vif du sujet pour dire que : nous connaissons deux textes l'un biblique et l'autre islamique où Dieu avait donné sur le Sinaï, les Dix Commandements au Prophète de l'Islam, (PSLF) Dieu a donné Douze Commandements qui sont cités dans le Quran Glorieux XVII (sourate Al Isra ou Banou Isra'il), versets 23 à 39 et lors de son pèlerinage d'adieu de retour de son dernier pèlerinage à La Mecque où tout au début il parle de trois droits fondamentaux de l'homme : vie, biens et honneur : «O peuple, en vérité vos sangs, vos biens et vos honneurs sont inviolables jusqu'à la rencontre avec votre Seigneur, aussi inviolable que ce jour même , en ce mois , dans cette région (sacrée) ; Ai-je donc fait parvenir (le message) O Dieu, témoigne-le».
Je vous épargnerai de citer tous ces textes pour être bref.

Comme vous le savez, l'Islam par ses positions géographiques, par ses liens historiques et politique avec le reste du monde particulièrement l'Occident , se trouve nécessairement confronté aux défis de notre temps. En outre, vu l'idée qu'elle se fait de sa vocation fondamentale celle d'une «Communauté-Témoin parmi les hommes (Quran, Sourate II, verset 143), la Communauté Islamique ne peut demeurer indifférente aux interrogations que suscite la question des «Droits de l'Homme» à l'échelle universelle.

Tel qu'il se développe sous nos yeux depuis des décennies, le débat sur les Droits de l'Homme révèle d'irréductibles divergences idéologiques entre les systèmes néo-capitaliste et social-démocratique en place ; il met en cause la politique intérieure de nombreux pays y compris les Etats musulmans suspectés d'atteintes graves aux libertés fondamentales des citoyens ; il pose implicitement le problème de la hiérarchie des valeurs qui s'attachent aux cultures respectives des grands ensembles géopolitiques. A ces divers titres, le débat sur les Droits de l'Homme ne pouvait manquer d'avoir de larges répercussions sur l'opinion musulmane ou tout au moins sur les sphères dirigeantes et les appareils idéologiques en pays d'Islam.

En l'absence de tout magistère humain , le discours islamique reflète aujourd'hui comme hier , une pensée «en recherche», dans l'attente que les convergences ou ralliements autour des grandes autorités morales et spirituelles puissent aboutir un jour au consensus (Idjmâ) : cette rencontre des opinions , cette harmonisation des doctrines qui est ou devrait être pour les musulmans, au regard des affaires relatives au quotidien, à l'image de leur unité de foi et de leur communion spirituelle.

A la faveur de la Renaissance religieuse et culturelle amorcée dès les premières décennies du 19ème siècle, le monde islamique s'est progressivement adapté aux réalités des temps modernes . Sous la pression de l'histoire , élites et responsables politiques s'attachèrent à doter les sociétés musulmanes des moyens techniques et scientifiques indispensables à leur insertion dans la civilisation contemporaine.

Dès lors, l'espace islamique devint le champ de vastes transferts culturels. Du Sud Est Asiatique jusqu'en Afrique, les peuples musulmans durent se mettre au propre et au figuré à l'école occidentale. Dans cette phase d'acculturation (milieu du 19 è siècle), les langues nationales (wolof, bambara, arabe, persan, manding turc, pulaar, swahili, urdu etc.), furent plus ou moins refoulés par les langues européennes (anglais et français, notamment, etc.) ;les valeurs traditionnelles elles-mêmes subirent une lente érosion , sous la dynamique des valeurs morales, sociales et politiques inhérentes aux cultures étrangères.

A mesure que les sociétés musulmanes s'efforcent d'assimiler plus ou moins harmonieusement les nouvelles techniques, les nouveaux modèles culturels d'inspiration occidentale, le discours islamique tend à intégrer les concepts directeurs de la pensée moderne. Dans ce processus, on distinguera plusieurs paliers correspondant aux grandes phases de l'histoire contemporaine dans le cadre des rapports Orient-Occident. Ainsi la Communauté Islamique est-elle amenée à participer , à sa manière , au débat international qui se développe depuis près de quelques décennies, précisément après l'avènement de la Révolution Islamique en Iran sur la question des Droits de l'Homme. Mais une remarque s'impose préalablement : à tout examen des positions musulmanes sur cette question. Si le discours islamique actuel fait références au concept de Droits de l'Homme , ce n'est pas par pure concession à l'esprit de l'époque , mais en vertu d'une exigence propre à la tradition religieuse et culturelle de l'Islam.

En effet, contrairement à d'autres concepts, qui apparaissent comme des innovations radicales dans la pensée musulmane moderne, en tant que purs emprunts à la culture occidentale (Démocratie, Socialisme, Communisme), le concept de «Droits de l'Homme» semble plus familier à la tradition socioculturelle des peuples musulmans.

A suivre...

Chérif MBALL Chercheur/Directeur du Centre Islamique de Recherche et de Documentation(CIRED)
[email protected]

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

concept

AFP

L'afro-optimisme, concept en vogue dans les milieux financiers

L'afro-optimisme, concept en vogue dans les milieux financiers

AFP

Citroën dévoile son concept car Cactus, qui préfigure sa future gamme moins chère

Citroën dévoile son concept car Cactus, qui préfigure sa future gamme moins chère

AFP

Citroën dévoile son concept car Cactus, qui préfigure sa future gamme moins chère

Citroën dévoile son concept car Cactus, qui préfigure sa future gamme moins chère

droits

AFP

Burundi: "descente aux enfers" en matière des droits de l'Homme

Burundi: "descente aux enfers" en matière des droits de l'Homme

AFP

Egypte: l'ONU dénonce le gel d'avoirs de militants des droits de l'homme

Egypte: l'ONU dénonce le gel d'avoirs de militants des droits de l'homme

AFP

Droits de l'Homme: un nombre croissant de pays refuse de coopérer avec l'ONU

Droits de l'Homme: un nombre croissant de pays refuse de coopérer avec l'ONU

Occident

AFP

La spiruline, une mode en Occident qui veut essaimer en Afrique

La spiruline, une mode en Occident qui veut essaimer en Afrique

Fumisterie

L'idée d'un G5 du Sahel est une vaste fumisterie

L'idée d'un G5 du Sahel est une vaste fumisterie

Jocelyne Cesari

La crainte de l’islam n’est pas justifiée en Occident

La crainte de l’islam n’est pas justifiée en Occident