mis à jour le

Des Maliens reçoivent leur carte d'électeur à Senou, le 29 juin 2013 / REUTERS
Des Maliens reçoivent leur carte d'électeur à Senou, le 29 juin 2013 / REUTERS

Il est encore temps de reporter la présidentielle malienne

Les insuffisances du processus électoral sont trop nombreuses pour que le scrutin ait lieu dans trois semaines.

Des élections bâclées. C'est le risque si le Mali s’obstine à maintenait le premier tour du scrutin présidentiel le 28 juillet 2013.

Le site d'information Mali Actualités souligne à ce propos qu'un pouvoir politique élu sur fond de contestation due aux insuffisances dans la mise en place du scrutin aurait du mal à asseoir son autorité et le pays repartirait dans une période d’instabilité.

Mamadou Diamoutani, le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) interrogé par Mali Actualités, a pointé ces insuffisances et annoncé «[qu’]il serait extrêmement difficile d’organiser le premier tour de l’élection présidentielle le 28 juillet … [parce qu’il y a] encore beaucoup de défis à relever». Le candidat Tiébilé Dramé a également saisi la Cour constitutionnelle pour qu’elle reporte la date du vote.

Trop de lacunes

Un report du scrutin semble ainsi tout indiqué pour éviter la précipitation et des manquements au processus électoral, soutient Mali Actualités. D’après le site, quelques semaines supplémentaires serviraient à renforcer la situation sécuritaire grâce au déploiement des forces de la Minusma dans les régions les plus sensibles et notamment à Kidal.

Ce délai devrait également permettre d’établir avec exactitude les listes électorales et de garantir aux nombreux Maliens déplacés un moyen de voter. En effet, les listes actuelles, établies dans le cadre d’un recensement sans vocation électorale, n’incluent pas les personnes qui ont atteint la majorité depuis (environ 400.000), ni les populations déplacées. De plus, la distribution de 7 millions de cartes d’électeur biométriques sur tout le territoire semble irréalisable.

Ajournement nécessaire

Enfin, un ajournement de deux ou trois mois permettrait d’adopter un calendrier plus adapté: une campagne électorale en plein ramadan dans un Etat dont la population est à 90% musulmane n’est pas appropriée. De cette manière, le suffrage présidentiel serait couplé au scrutin législatif, prévu pour septembre 2013 (ce qui réduirait par ailleurs le coût des élections).

Seulement, pour Mali Actualités, reporter les élections comporte aussi des risques, et notamment une fortification des putschistes de 2012 ou encore une tentative d’influence du gouvernement de transition sur le processus électoral. Mais ces risques semblent minimes au regard des défaillances qui guettent l’élection du 28 juillet. Pour que la société civile malienne retrouve sa stabilité, le processus démocratique doit être sans faille.

Lu sur Mali Actualités

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les dix pays les pires pour les enfants sont tous situés en Afrique  Des dizaines de langues locales sont en voie de disparition en Afrique  Oui, le débit internet est plus rapide au Kenya qu'aux Etats-Unis 

Bamako

AFP

Mali: hommage aux victimes de l'attentat islamiste près de Bamako

Mali: hommage aux victimes de l'attentat islamiste près de Bamako

AFP

Mali: deux morts dans une attaque jihadiste près de Bamako

Mali: deux morts dans une attaque jihadiste près de Bamako

AFP

Mali: arrestation de jihadistes ayant planifié un attentat

Mali: arrestation de jihadistes ayant planifié un attentat

élections

AFP

Le Kenya guette Odinga et sa stratégie pour contester les élections

Le Kenya guette Odinga et sa stratégie pour contester les élections

AFP

Elections kényanes: le gouvernement cible 2 organisations de la société civile

Elections kényanes: le gouvernement cible 2 organisations de la société civile

AFP

Elections kényanes: les observateurs étrangers appellent

Elections kényanes: les observateurs étrangers appellent

Mali

AFP

Le Mali juge l'ex-chef de la "police islamique" de Gao

Le Mali juge l'ex-chef de la "police islamique" de Gao

AFP

Libération du Sud-Africain enlevé au Mali par Al-Qaïda en 2011

Libération du Sud-Africain enlevé au Mali par Al-Qaïda en 2011

AFP

L'otage sud-africain détenu par Al-Qaïda au Mali "va bien", selon son père

L'otage sud-africain détenu par Al-Qaïda au Mali "va bien", selon son père