mis à jour le

On vous le dit

Il voulait se suicider à cause de Sonelgaz   En procédant à des travaux à la cité Lombard, située sur les hauteurs de la ville de Tiaret, les services de Sonelgaz semblaient peu se soucier des désagréments qu'ils ont causés aux usagers dont un boulanger qui vient de faire les frais de ce manque d'information. Sans avis ni préavis, Sonelgaz débranche ses clients et leur cause des pertes inestimables, comme c'est le cas de Kada Khelfat, boulanger. Dépité par ce comportement peu professionnel, notre boulanger a vivement protesté, hier, en se mettant carrément sous les roues d'un véhicule pour mettre fin à ses jours, suscitant une grande compassion de ses concitoyens qui ont condamné le mépris de Sonelgaz.      L'expropriation et les deux sachets de lait !   A Sedraya, au lieu-dit «Le Moulin» (Médéa), l'Agence nationale des barrages et transferts (ANBT), réalise des canalisations d'AEP en traversant des terrains relevant de la propriété privée. Mais les propriétaires de ces biens sont indemnisés, dans le cadre de l'expropriation, à 50 DA seulement le mètre carré ! Selon les dires de quelques «victimes», l'ANBT a un statut d'établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), ce qui lui permet d'indemniser selon les prix du marché. «Un mètre carré à 50 DA, c'est l'équivalent de deux sachets de lait ou de deux bonbons pour un enfant ! Ceci relève carrément de la moquerie.» Une autre bavure à l'apogée du paradoxe ! La conduite d'AEP en question, qui est d'ailleurs de gros calibre, passe tout juste à proximité de la localité de Sedraya, mais, à l'approche du Ramadhan, coïncidant avec les grandes chaleurs de l'été, la population de cette localité continue de souffrir à ce jour d'une grave pénurie chronique d'eau potable !    Drame de la mer à Chlef   Un des trois membres d'une même famille qui s'étaient noyés le week-end dernier à Decheria, sur le littoral ouest, reste introuvable. En dépit d'intenses recherches menées par les secouristes, le corps de l'enfant, âgé de 15 ans, n'a pu  être retrouvé, a-t-on appris, hier, auprès du service de communication de la direction de la Protection civile. Les cadavres des deux autres victimes, âgées de 11 et 43 ans, ont été repêchés quelques heures après le drame, qui s'est produit vendredi dernier dans une zone interdite à la baignade. Quant aux deux autres membres de cette famille, ils ont pu être sauvés in extremis, grâce à l'intervention des éléments de la Protection civile. A noter que c'est la première fois, depuis le début de la saison estivale, que des noyades sont enregistrées sur le littoral de la wilaya.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien