mis à jour le

Ikherbane commémore ses chouhada

En cette journée symbolique du 5 Juillet, les habitants du village d'Ikherbane (commune de Fréha, wilaya de Tizi Ouzou), en présence des autorités communales, ont inauguré en grande pompe la stèle honorant la mémoire de leurs fils tombés au champ d'honneur entre 1954 et 1962. La fête était à la hauteur des attentes suscitées par de longs mois de préparation. Elle s'est déroulée exactement comme la voulaient les membres du comité de village, principal instigateur de l'événement : grandiose. Estimée à environ trois mille personnes, la foule compacte, qui a  tenu à assister aux festivités était composée, outre bien entendu des habitants d'Ikherbane, des habitants des villages avoisinants (Taguercift, Adrar, Aghrib, Fréha, Azrou, Tala T'gana, pour ne citer que ceux-là). Lesdites festivités, marquées notamment par les chants de la chorale du village et  les témoignages poignants d'anciens moudjahidine, ont été ponctuées par la remise de cadeaux aux familles des chouhada et par un bon couscous servi dans l'enceinte de l'école aux nombreux invités. Des entretiens que nous avons eus avec certains membres du comité (principalement Arezki Hocine, Moh-Idir et Arezki Naït Kaci, Boudjemaâ Hamache, Rabah et Kamel Amrar), certains propos sont revenus avec insistance : malgré les difficultés rencontrées, nos interlocuteurs ont souligné les efforts déployés non seulement par le comité même, mais par les villageois, par leur implication et leurs dons et certains industriels de la région qui ont grandement contribué à la réussite du projet. Gageons qu'Ikherbane, après ce bel accomplissement, saura relever les nombreux défis qui l'attendent. Ikherbane, reste toutefois ce village oublié de la modernité. Pour se connecter à internet, il faut se déplacer à Fréha, l'état des routes est désastreux, les canalisations d'eau sont vétustes, la distribution d'eau courante gagnerait à être plus régulière et plus fréquente.  Il n'y a encore aucune canalisation pour acheminer le gaz de ville. L'hygiène fait défaut de façon criante dans certains endroits (notamment aux abords des rivières) car le ramassage des déchets ménagers est inexistant. Sur un autre plan, les membres du comité de village ont soulevé un problème d'ordre administratif qui bloque plusieurs de leurs initiatives : après une assemblée générale en bonne et due forme et après deux ans d'existence, le comité n'a toujours pas reçu son agrément. Tout compte fait, Ikherbane ne demande pas la lune, mais un minimum de commodités ne lui nuirait pas.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien