mis à jour le

Afrique du Sud: les mineurs d'Amplats reprennent le travail

Des milliers de mineurs employés par Anglo American Platinum (Amplats) dans le nord de l'Afrique du Sud ont repris le travail après une courte grève "illégale", a annoncé mardi le groupe, numéro un mondial du platine.

Quelque 5.600 mineurs avaient entamé ce mouvement de grève dimanche soir dans deux mines de la région de Rustenburg (nord), pour réclamer notamment l'annulation de la suspension de 19 délégués syndicaux de l'Amcu. Ces syndicalistes avaient été sanctionnés après avoir organisé des actions de protestation dans la mine de Thembelani dans la région de Rustenburg (nord-ouest). 

"Tous nos employés ont repris le travail et la situation est normale", a annoncé la porte-parole de l'entreprise, Bongeka Lwana. 

Le syndicat Amcu, très influent dans les mines, a confirmé que les ouvriers étaient de retour au travail. "Ils ont pointé au travail ce matin" (mardi), a déclaré le président du syndicat, Joseph Mathunjwa. 

La grève a été stoppée après que la suspension des leaders syndicaux a été levée, a-t-il expliqué. 

Cette affirmation a rapidement été démentie par Amplats.

"La société n'a pas levé les suspensions et tient à informer que certaines des procédures disciplinaires concernant ces affaires sont prévues pour aujourd'hui", a relevé le groupe dans un communiqué.

"Anglo American Platinum continue de discuter avec les dirigeants syndicaux et estime que le traitement accéléré de la procédure disciplinaire permettra de calmer les esprits afin que les opérations puissent revenir à la normale."

Les syndicalistes avaient été suspendus pour avoir participé à un sit-in "illégal" le mois dernier. 

Amcu, devenu très influent dans les mines depuis quelques mois grâce à son discours radical, réclame aussi, entre autres, le doublement des salaires des mineurs de fond chez Amplats.

Amplats --une filiale à 80% du conglomérat minier Anglo American qui extrait près de 40% du platine dans le monde-- avait annoncé un premier plan social en janvier, prévoyant la suppression de 14.000 emplois, avant de revoir une première fois sa copie sous la pression politique et d'annoncer la suppression de 6.000 emplois. 

La situation demeure tendue dans le secteur minier sud-africain, et en particulier autour de Rustenburg, depuis la tragédie de Marikana qui en août 2012 vit la police ouvrir le feu et abattre 34 mineurs en grève, une fusillade digne des pires heures de l'apartheid.

AFP

Ses derniers articles: Décès de l'ancien leader des Frères musulmans Mehdi Akef  Le Gabon dénonce un "acharnement" après la résolution du Parlement européen  Les musiciens Amadou et Mariam plus unis que jamais dans "La Confusion" 

Afrique

AFP

Afrique du Sud: l'ex-épouse de Zuma de nouveau députée avant de briguer la tête de l'ANC

Afrique du Sud: l'ex-épouse de Zuma de nouveau députée avant de briguer la tête de l'ANC

AFP

Manifestations coordonnées en Afrique francophone pour dire non au franc CFA

Manifestations coordonnées en Afrique francophone pour dire non au franc CFA

AFP

Le leader de l'opposition zimbabwéenne hospitalisé en Afrique du Sud

Le leader de l'opposition zimbabwéenne hospitalisé en Afrique du Sud

mineurs

AFP

Afrique du Sud: les 5 mineurs d'Harmony Gold portés disparus sont morts

Afrique du Sud: les 5 mineurs d'Harmony Gold portés disparus sont morts

AFP

Cinq ans après le massacre de Marikana, les mineurs sud-africains demandent toujours justice

Cinq ans après le massacre de Marikana, les mineurs sud-africains demandent toujours justice

AFP

Ghana: les 17 mineurs portés disparus déclarés morts

Ghana: les 17 mineurs portés disparus déclarés morts

travail

AFP

Indonésie: Essien sans permis de travail

Indonésie: Essien sans permis de travail

AFP

La Tunisie veut lutter contre le travail des enfants

La Tunisie veut lutter contre le travail des enfants

AFP

Gabon: les salariés de Shell-Gabon reprennent le travail

Gabon: les salariés de Shell-Gabon reprennent le travail