mis à jour le

Champ de riz au Sénégal, 2008 / REUTERS
Champ de riz au Sénégal, 2008 / REUTERS

Il ne faut pas avoir peur d'investir dans le Sahel

Le secteur agricole peine à attirer les bailleurs de fonds, alors qu'il est en pleine expansion dans la région sahélienne.

La croissance économique au Sahel dépend de la productivité agricole de la région. Pourtant, les investissements des gouvernements et des bailleurs de fond internationaux restent encore trop modestes, déplore le site d’analyses humanitaires IRIN.

Ils sont certes en légère hausse depuis la flambée des prix alimentaires de 2008, où les pays de l’Afrique de l’Ouest ont réalisé qu’ils étaient trop dépendants des importations de denrées de base. Mais d’après un rapport publié par l’ONG Oxfam et relayé par IRIN, l’aide au développement de l’agriculture dans le monde a diminué de 77% entre 1983 et 2006.

La déclaration de Maputo en 2003 prévoit que les pays de la Cédéao (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest) consacrent au moins 10% des budgets nationaux à l’agriculture. Dix ans plus tard, seuls 10 des 54 pays de l’Union africaine ont atteint cet objectif, affirme le site. Ainsi, le gouvernement sénégalais n’investit que 4,7% de son budget 2012 dans l’agriculture alors que ce secteur représente environ 14% du PIB (chiffres ActionAid).

Les projets de développement à long terme sont alors délaissés par un manque de subventions publiques et une difficulté à convaincre les bailleurs de fonds. En 2013, le Fonds des Nations unies pour l'agriculture (FAO) n’a reçu que 23% des fonds réclamés pour le Sahel. Le reportage souligne que «ce sous-financement touche particulièrement les petits agriculteurs», les grands donateurs privilégiant l’aide d’urgence ou les grandes exploitations agro-industrielles.

Petites exploitations en danger

Les petits exploitants contribuent à hauteur de 80% à la production alimentaire du continent, rappelle IRIN. Pourtant, ils comptent parmi les principales victimes de l’insécurité alimentaire dans le Sahel et sont particulièrement vulnérables aux périodes de sécheresse. La croissance de leur secteur est freinée «parce qu’ils n’ont pas les équipements, la technologie, les ressources ou les moyens», avance Isabelle Mballa du Programme alimentaire mondial (PAM), interrogée par IRIN.

Les ONG tentent donc d’apporter des solutions pour les petits exploitants. Todd Crosbu, directeur adjoint de l’initiative Feed the Future au Sénégalexplique:

«L’idée est de leur fournir tout ce dont ils ont besoin pour réussir. Cela consiste à leur apporter des semences, des outils (…), mais également de leur enseigner de meilleures techniques de préparation des terres et d’irrigation, si besoin, et de les aider à commercialiser leurs produits.»

Les études de Feed the Future montre que les agriculteurs de la région peuvent ainsi produire davantage de cultures de grande qualité: plus de 7 millions de petits agriculteurs de la région ont vu leurs bénéfices augmenter en 2012, rapporte l’article.

Malgré ces initiatives de développement, les petits agriculteurs restent les grands défavorisés de l’accès au crédit. Pour acquérir les équipements mécaniques indispensables au fonctionnement agricole, les exploitants ont encore trop peu de solutions. Le microfinancement propose des taux de prêt trop élevés, selon IRIN, entre 14% et 30% et ces programmes ont davantage tendance à cibler les agriculteurs urbains ou les producteurs à grande échelle.

Pour réduire l’insécurité alimentaire chronique et améliorer la nutrition des familles, les investissements agricoles doivent prendre une nouvelle ampleur et accorder davantage d’importance aux exploitations rurales, conclut IRIN.

Lu sur IRIN

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les citoyens africains ont davantage confiance en leurs leaders religieux qu'en la justice  Au Mali, l'Assemblée nationale privée d'électricité pour impayés  En Gambie, la fin de la dictature pousse de nombreux migrants à revenir au pays 

agriculture

Wildlife

La chenille qui menace l'agriculture africaine

La chenille qui menace l'agriculture africaine

Arbre de vie

Les producteurs d'eau de coco ont trop secoué le cocotier

Les producteurs d'eau de coco ont trop secoué le cocotier

Agriculture

En Tunisie, la grenade est la star de l'automne

En Tunisie, la grenade est la star de l'automne

développement

AFP

Gambie: le président élu Barrow annonce un plan de développement

Gambie: le président élu Barrow annonce un plan de développement

AFP

Burkina Faso: un plan de développement de 23,5 milliards d'euros

Burkina Faso: un plan de développement de 23,5 milliards d'euros

AFP

COP22: les pays en développement espèrent des avancées sur les financements

COP22: les pays en développement espèrent des avancées sur les financements

sahel

AFP

L'armée française a tué ou capturé 150 "terroristes" en 2016 au Sahel

L'armée française a tué ou capturé 150 "terroristes" en 2016 au Sahel

Zone de guerre

L'Afrique de l'Ouest sera encore sous la menace djihadiste en 2017

L'Afrique de l'Ouest sera encore sous la menace djihadiste en 2017

AFP

Les problèmes du Sahel et ceux de l'Europe sont liés, assurent Paris et Berlin

Les problèmes du Sahel et ceux de l'Europe sont liés, assurent Paris et Berlin