mis à jour le

Egypte : L’armée renouvelle les mises en garde contre toute atteinte à la sécurité nationale

Lors d'un point de presse organisé au Caire suite au carnage qui a fait ce matin du lundi une cinquantaine de morts et 435 blessés parmi les partisans du président islamiste destitué Mohamed Morsi, l'armée égyptienne a accusé un « groupe terroriste » d'avoir attaqué le QG de la garde républicaine, mitoyen du lieu de rassemblement des « légitimistes ». Elle a distribué des vidéos attestant, que les assaillants étaient armés. Deux partis islamistes se sont retirés des discussions sur la feuille de route des militaires pour la gestion de la transition.

Le porte-parole officiel de l'armée a renouvelé les mises en garde contre « toute attaque des unités et des infrastructures militaires » et « toute atteinte à la sécurité nationale ». Adressé implicitement aux islamistes en colère depuis la destitution du président Mohamed Morsi , suite aux énormes manifestations , par le Haut commandement militaire, cet avertissement intervient quelques heures après que des tirs de la garde républicaine aient fait une cinquantaine de morts et 435 blessés parmi les fidèles du chef de l'Etat déchu.

Tout en présentant ses « condoléances au peuple égyptien » pour ces victimes, le porte-parole militaire a déclaré que la Garde républicaine (dont le quartier général se trouve près du lieu du sit-in des pro-Morsi) a été surprise par l'attaque d'un « groupe terroriste » et par des jets des pierres et des cocktails Molotov. Il a déploré la mort d'un officier et distribué au journaliste un CD qui, a-t-il assuré, contient la preuve filmée de ses déclarations ainsi qu'une réponse aux « fausses vidéos alléguant que les gardes républicains ont tiré sur des enfants ». Ces vidéos, a-t-il dit, n'ont pas été filmées en Egypte et datent de plusieurs mois.

Un dirigeant des Frères Musulmans, Mohamed El Beltagy avait indiqué ce matin que les gardes républicains avaient tiré des gaz lacrymogènes sur les manifestants avant que ne commencent les « tirs de snipers ». « Ce que nous avons vu est une boucherie contre des gens qui accomplissaient la prière d’el fejr » avait-il dit. « Nous croyons que notre cause est juste et certains veulent nous pousser vers la spirale de la violence », avait-il ajouté.

Les islamistes quittent les discussions sur la sortie de crise

Pour rappel, le Parti de la justice et de la liberté ( PJL ) , aile légale de la confrérie des Frères musulmans, a appelé le peuple égyptien, aujourd'hui dans un communiqué, à « se soulever contre ceux qui tentent de lui voler sa révolution ». Il a également exprimé le v½u de voir la « communauté internationale » intervenir « afin de d'empêcher qu'il y ait une nouvelle Syrie dans la région ».

Le porte-parole de l'armée a estimé que les « rumeurs » sur des dissensions au sein de l'armée qui auraient été provoquées par la crise consécutive à la destitution de Mohamed Morsi « (faisaient) partie d’un dispositif de guerre psychologique » mais qu'« elles n'atteindront pas leur but ». Selon lui, c'est un « membre d'un parti religieux, qui, habillé en militaire, a joué devant les caméras le rôle d'officier dissident ». Cet homme est en détention, a-t-il encore précisé.

En réaction au carnage de ce matin, le président par intérim, Adly Mansour, a ordonné une enquête indépendante. Le parti salafiste El Nour a réagi à cette nouvelle escalade de violence en se retirant des discussions pour la formation d'un gouvernement intérimaire. Ce parti fait face à une fronde interne de cadres qui reprochent à sa direction de n'avoir pas soutenu le « légitime président Morsi ». Le parti Masr Al Qawiyan, fondé et dirigé par Abdel Mounem Aboul Foutouh, ex-candidat aux présidentielles de 2012 et ancien dirigeant des Frères musulmans, a suspendu sa participation aux discussions sur la feuille de route proposée par les militaires pour sortir de cette crise. Dans un communiqué, il a imputé à l'armée la « responsabilité de l'effusion de sang ».

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Egypte

AFP

Le coronavirus, terreur des familles de détenus en Egypte

Le coronavirus, terreur des familles de détenus en Egypte

AFP

Coronavirus: premier décès en Afrique, un touriste allemand succombe en Egypte

Coronavirus: premier décès en Afrique, un touriste allemand succombe en Egypte

AFP

Rares manifestations anti-Sissi en Egypte

Rares manifestations anti-Sissi en Egypte

garde

AFP

Crise politique en RDC: Tshisekedi met en garde ses partenaires pro-Kabila

Crise politique en RDC: Tshisekedi met en garde ses partenaires pro-Kabila

AFP

Barrage sur le Nil: le Soudan met en garde contre une escalade

Barrage sur le Nil: le Soudan met en garde contre une escalade

AFP

Nouvelle mise en garde de l'OMS contre la tisane malgache prétendûment anti-Covid

Nouvelle mise en garde de l'OMS contre la tisane malgache prétendûment anti-Covid

sécurité

AFP

Soudan: des centaines de manifestants pour la sécurité au Darfour

Soudan: des centaines de manifestants pour la sécurité au Darfour

AFP

Afrique du Sud: la sécurité alimentaire des enfants menacée par le coronavirus

Afrique du Sud: la sécurité alimentaire des enfants menacée par le coronavirus

AFP

Coronavirus au Niger : dix manifestants écroués dans une prison de haute sécurité

Coronavirus au Niger : dix manifestants écroués dans une prison de haute sécurité