mis à jour le

Adnane Mouhejja, bientôt sur nos écrans

Acteur, scénariste, Adnane Mouhejja est une étoile montante du petit et grand écran marocain.  Le public aura l'occasion de le voir durant le mois de Ramadan. La Nouvelle Tribune l'a rencontré quelques jours avant le mois sacré. Entretien. 

 

La Nouvelle Tribune : Durant le mois de Ramadan, le public marocain aura l'occasion de vous retrouver dans différentes séries. Parlez-nous-en un peu. 

Adnane Mouhejja: Les téléspectateurs auront l'occasion de me voir dans diverses séries  comme « Hniya M'barek O Massâoude » du réalisateur Abderhman Tazi. Cette dernière  est une comédie familiale qui raconte l'histoire du quotidien d'une famille traditionnelle, entre jalousies, amours, envies et plein d'autres surprises. J'ai eu la chance de travailler à côté de grands noms de la télévision marocaine comme Abdellah Ferkous, Fadila Benmoussa, Amina Rachid et Mohammed Choubi. Le tournage était tellement bien que je me sentais vraiment en famille.

Le deuxième projet est la deuxième saison de « Darte Lyame », de Brahim Chkiri. Une deuxième saison avec plein de surprises et du suspens : le public  l'appréciera certainement. J'ai participé aussi au tournage de la série « Ahlam Nassime » d'Ali Tahiri et Hamid Ziane ; elle a été tourné l'an dernier et cette année elle sera diffusée sur le petit écran.

Durant ce mois sacré, les Marocains auront l'occasion de voir mon téléfilm en tant que scénariste, '' Appel forcé''. Il a été réalisé par Mohammed Nesrate.

 

Vous avez une formation multidisciplinaire en danse contemporaine, en animation de projets socioculturels, en comédie, en méthodologie de projets artistiques et culturels... comment pouvez-vous concilier toutes ces disciplines ?

Je suis toujours en quête de formation car avoir une seule formation comme celle d'être acteur n'est pas suffisante, alors quand je  ne tourne pas je m'occupe  de  la production ou bien du montage de projets artistiques.

 

Vous êtes acteur et scénariste. Où vous sentez-vous le mieux? 

Personnellement,  je cherche encore la réponse. Mais je ne cache pas que je me sens bien dans les deux. Ecrire c'est un moment de solitude, de combat avec l'inexistant et pouvoir créer quelque chose. J'adore écrire depuis mon enfance des poèmes, des nouvelles et aussi du slam. Quant à jouer devant une caméra, c'est ce que j'ai toujours voulu. C'est un moment d'abandon de soi-même pour se glisser dans la peau d'un personnage qui n'existe que sur le papier, c'est formidable. Mais je dois toujours donner le meilleur de moi-même.

 

Si nous parlions un peu de votre carrière d'acteur. Comment l'évaluez-vous ?

C'est difficile de  s'autoévaluer. Arriver à un grand niveau, cela n'arrive pas en passant à la télévision, ou bien en signant des autographes, ou bien encore en prenant des photos avec les fans que je croise. Pour réussir sa carrière il faut croire en ce métier et se dire qu'il est comme les autres.

 

Si vous aviez à choisir un rôle quelconque à incarner, pour lequel opteriez-vous ?

Question piège et difficile. En premier lieu, j'ai toujours voulu incarner un rôle historique et dans un deuxième lieu un rôle composé et bien dessiné.

 

Que pensez-vous du cinéma marocain en général ?

Il va bien en tout cas. Il faut du temps, des moyens et surtout de la confiance. Notre cinéma est encore jeune, et ce n'est pas demain qu'il deviendra mondial.  Le Maroc dispose d'une réserve culturelle riche. Aujourd'hui, nous avons de bons acteurs, de bons réalisateurs. Avec un peu plus de moyens et de la transparence, je pense qu'on peut aller encore plus loin. La culture donnera un nouvel élan au développement de notre pays. Grâce à ce jeune arsenal dont le Maroc dispose, on ne peut qu'être épanoui artistiquement.  Un pays sans arts et cultures est un pays en apnée et immobile.

 

Vous est-il arrivé de refuser des rôles dans des films ou autres productions ?

Oui, j'ai déjà refusé certains rôles, parce que je n'arrive pas à trouver un terrain d'entente lorsque je négocie avec les producteurs ou réalisateurs. Cela prend toujours une tournure personnelle, donc j’espère qu'un jour ces derniers prendront les choses de manière légère et professionnelle.

Quels sont vos projets à venir? 

En ce moment j'essaie de me reposer et de préparer mon mariage.  Je souhaite un excellent ramadan à tous les musulmans.

Entretien réalisé par Fatimazahraa Rabbaj

 

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables”