mis à jour le

Abdoul Mbaye, pour combien de temps encore ? (Par Madiambal Diagne)

Le Président Macky Sall voudrait garder aussi longtemps que possible son Premier ministre Abdoul Mbaye, jusqu'à rester sourd à tous les nombreux avis négatifs émis à l'encontre de ce dernier. Le chef de l'Etat, submergé par la presque unanimité qui se dégageait contre Abdoul Mbaye, se serait ému, il y a quelques mois, en confiant à un de ses visiteurs que «jamais quelqu'un ne lui a parlé de son Premier ministre en bien». Qu'à cela ne tienne ! Macky Sall lui garde encore sa confiance, comme qui dirait, «Abdoul Mbaye contre tous !».

Les procédures judiciaires nombreuses et tumultueuses qui suivent Abdoul Mbaye, comme une ombre pour son passé de banquier, n'y font rien. Mais aujourd'hui, le Président Macky Sall ne semble plus avoir le choix. Le démarrage de l'instruction judiciaire contre l'ancien Président du Tchad Hissène Habré est parti pour éclabousser gravement Abdoul Mbaye. L'Etat tchadien s'est constitué partie civile pour exiger le rapatriement des biens que Hissène Habré avait emportés, de manière rocambolesque, lors de sa fuite de Ndjamena. Hissène Habré, accompagné d'une escouade de soldats, avait fait le tour des banques, services du Trésor public et autres établissements financiers de la ville, pour racler toutes les sommes trouvées sur place, sous prétexte d'un effort exceptionnel de guerre afin d'acheter des armes pour contenir l'avancée des troupes de Idriss Deby. Hissène Habré prendra la fuite, emportant ces sommes dont une bonne partie avait été recyclée à la Banque Internationale pour l'Afrique Occidentale (Biao) dirigée à l'époque par Abdoul Mbaye, et devenue Cbao. Dans ces mêmes colonnes nous avions indiqué des relevés de comptes de Hissène Habré et/ou de son épouse, adressés personnellement à Abdoul Mbaye, sans compter les «Bons au porteur» compromettants pour Abdoul Mbaye ou son père Kéba Mbaye. C'est dire que la justice est partie pour installer Abdoul Mbaye dans la procédure pour complicité, d'autant que le réquisitoire du Procureur général Mbacké Fall demande la confiscation des biens de Hissène Habré et la mise en cause de toute personne l'ayant aidé à distraire le patrimoine de l'Etat tchadien. Les liens privilégiés que Abdoul entretenait avec Hissène Habré étaient tels qu'en migrant de la Cbao à la Banque sénégalo-tunisienne (Bst), Abdoul Mbaye avait emmené avec lui son client Hissène Habré. On se demande comment un Premier ministre pourra-t-il être à son bureau de 9 heures à midi par exemple et répondre au juge d'instruction à 13 heures ?

Mais la faute de trop ou la goutte d'eau qui a fait déborder le vase est venue avec l'affaire de l'échec de la double candidature du Sénégal au Comité international Olympique (Cio). Abdoul Mbaye et Mamadou Diagna Ndiaye, l'un Premier ministre et l'autre Conseiller spécial du Président Macky Sall, siègent chacun à une commission du Cio. Abdoul Mbaye à la commission Marketing et Mamadou Diagna Ndiaye à la Commission Sport et Environnement. Tous les deux, ont déposé chacun un dossier de candidature pour entrer à l'instance exécutive du Cio à la faveur de la vacance de quelques postes. Seulement, la commission des candidatures du Cio a été obligée d'écarter ces deux candidatures concurrentes, émanant du même pays, conformément aux règles de cette instance du sport mondial. S'il est du droit inaliénable de chaque personne de pouvoir se porter individuellement candidat, il n'en demeure pas moins que la candidature de Abdoul Mbaye est apparue comme celle de trop. Son rival avait réussi à rallier la signature du président de la République du Sénégal parmi les nombreux soutiens à sa candidature. Il s'est alors posé la question de savoir comment un Premier ministre a-t-il pu se mettre en compétition contre un candidat déjà soutenu par son propre patron ? L'attitude de Abdoul Mbaye a été perçue comme une man½uvre perfide pour couler la candidature pourtant éloquente de son compatriote Mamadou Diagna Ndiaye qui avait déjà bénéficié de soutiens des Comités nationaux olympiques du Sénégal et du Cameroun, de Sepp Blatter, président de la Fifa, des Confédérations africaines de Tennis et de cyclisme, de la Fédération internationale de l'Automobile et de nombreux membres du Comité Exécutif du Cio, entre autres. Pour que Abdoul Mbaye en arrive à faire fi de la signature du Président Macky Sall, C'est parce que certainement, il y a de gros cadavres qui doivent l'opposer à Mamadou Diagna Ndiaye ! Mais pour autant, fallait-il cet acte de défiance ou de manque de respect à l'endroit du chef de l'Etat ? Les détracteurs du Premier ministre n'ont pas manqué de rudoyer la susceptibilité du Président Macky Sall qui, bien qu'outré, voudrait rester encore stoïque. Jamais l'imminence du départ de Abdoul Mbaye n'a paru aussi évidente qu'à la fin de la semaine dernière, mais Macky Sall semble vouloir attendre un moment encore plus opportun. Abdoul Mbaye d'ailleurs ne se trompe pas sur les sentiments du chef de l'Etat au point de s'emmêler les pinceaux. Sa sérénité a semblé l'avoir quitté quand il déclare dans le journal Libération «n'avoir jamais déposé de candidature à la Commission exécutive du Cio» pour ensuite dire le contraire dans l'édition du journal L'Enquête du même samedi 6 juillet 2013. Plus grave, il déclare dans L'Enquête «n'avoir pas été au courant que Macky Sall avait apporté son soutien à la candidature de Mamadou Diagna Ndiaye». Comment un Premier ministre dont la mission est essentiellement de rendre exécutoires les engagements de son Président peut-il les ignorer ? Abdoul Mbaye ne lit pas la presse, ne regarde pas les télés et n'écoute pas les radios sénégalaises pour ne pas savoir que Macky Sall a donné son soutien à une candidature au Cio. Le ministre des Sports Mbagnick Ndiaye pourtant, a publiquement dit le soutien du gouvernement du Sénégal à cette candidature. Non, Abdoul Mbaye n'a pas été au courant ! Honni qui mal y pense...

Macky Sall se sent obligé de se séparer de son Premier ministre. Reste à savoir quand ? Le chef de l'Etat ne voudrait pas donner l'impression de consacrer la victoire de Diagna Ndiaye sur Abdoul Mbaye. De plus, son casting gouvernemental ne serait pas au point et il s'y ajoute que retarder le départ de Abdoul Mbaye et nombre de ses ministres lui permettrait de leur faire porter le chapeau de difficultés économiques et sociales et autres ratés du ramadan et de l'hivernage.

Madiambal Diagne

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

temps

AFP

Dopage: le président kényan demande du temps et se dit optimiste pour les JO

Dopage: le président kényan demande du temps et se dit optimiste pour les JO

AFP

Le temps d'un festival, le Mali meurtri rêve d'une renaissance culturelle

Le temps d'un festival, le Mali meurtri rêve d'une renaissance culturelle

AFP

Lancement de la chaîne Africanews, en ligne dans un premier temps

Lancement de la chaîne Africanews, en ligne dans un premier temps