mis à jour le

Ibrahim Boubacar Keïta : PRORITE A LA RECONCILIATION NATIONALE

Le pays a vibré dimanche au rythme du lancement de la campagne électorale pour l'élection du 28 juillet. Ici à Bamako c'est le candidat du RPM et de la Coalition « le Mali d'abord » qui a tenu le haut du pavé. En effet dès le matin on a pu constater le ballet des minibus qui drainaient les foules vers le stade du 26 mars où le meeting n'était annoncé que pour le milieu de l'après-midi. La circulation sur la rive droite était littéralement paralysée déjà aux environs de midi. Les militants et sympathisants du RPM, les partisans de Ibrahim Boubacar Keïta et les militants de la coalition étaient décidés à faire une véritable démonstration de force. C'est un stade rempli que IBK a fait son lancement. Une organisation grandiose avec écrans géants artistes de renom devant des personnalités du monde politique, mais aussi de l'extérieur.

Deux interventions ont marqué cette cérémonie. Il s'agit de l'allocution de bienvenue du directeur de campagne Abdoulaye Idrissa Maïga et du discours de lancement du candidat.

IBK s'est présenté comme le candidat à l'élection présidentielle d'un pays meurtri, blessé dans son amour propre, humilié où tout est à entreprendre. Revenant sur la grave crise que le pays a connue, il a rappelé les exactions les humiliations les viols et les excès que les populations ont endurés tout au long de l'occupation. « Notre peuple a subi un traumatisme profond. Notre peuple s'est senti humilié devant l'effondrement de l'Etat, le délitement de notre système démocratique, la débâcle militaire, l'absence de perspectives robustes de sortie de crise... »

Heureusement que la solidarité internationale a joué. Il salue l'initiative du président de la République française François Hollande qui a permis de stopper les agresseurs et de rétablir notre intégrité territoriale. IBK remercie aussi le président tchadien Idriss Déby Itno dont les troupes valeureuses ont payé un lourd tribut à la libération de notre pays. Il remercie également les dirigeants des pays de la CEDEAo qui ont témoigné et qui témoignent leur solidarité avec le Mali. « Le peuple malien sera éternellement reconnaissant », assure-t-il.

IBK estime que l'accord préliminaire de Ouagadougou est une étape vers la sortie de crise. Malgré tout, il pense que le pays reste en danger. D'où l'importance particulière du scrutin du 28 juillet, qui doit consacrer l'élection de celui qui aura à reconstruire un état failli, à réconcilier les Maliens et à remettre l'armée dans les conditions de jouer son rôle régalien. C'est conscient de tout cela qu'il a décidé de se porter candidat. Il se dit prêt à redonner au Mali son honneur, prêt à bâtir avec les Maliens le bonheur.

S'il est élu, IBK s'engage à donner la priorité à la réconciliation nationale. Il va convoquer avant la fin de cette année les assises nationales du nord pour remettre à plat tous les problèmes qui reviennent depuis des années.  Ces assises se tiendront avec les représentants de toutes les communautés du Nord. « Personne ne sera exclu » promet-il.

Il va s'atteler à rétablir la confiance pour assurer la réussite de la réconciliation. IBK s'engage à agir sur le modèle de Nelson Mandela.

Pour ne pas répéter les erreurs du passé, le candidat du RPM appelle à bâtir une capacité de défense et de surveillance du territoire. « Désormais aucun groupe terroriste ou criminel ne franchira le territoire du Mali sans trouver devant lui les forces armées nationales en position de combat ». Il s'engage à mettre en ½uvre un programme de retour des réfugiés.

Élu, IBK va mettre va ½uvrer à reconstruire un Etat digne, un Etat fort dont l'un des socles sera la bonne gouvernance. Il propose la création d'une Agence du Management Public « qui aura pour mission la prestation de services aux départements ministériels en matière de diagnostic organisationnel, de reengineering des promotions de la qualité et de gestion des ressources humaines ».

La lutte contre la corruption sera organisée sur la base de « tolérance zéro ». Il va consacrer son énergie au redressement de l'école malienne car « seules les nations dotées dees ressources humaines adéquatement formées, pourront participer à la construction de la civilisation de l'Universel ». Il propose de revaloriser la fonction enseignante, de rationaliser la gestion administrative du personnel enseignant, de développer le partenariat stratégique avec les acteurs du système, de favoriser la formation professionnelle, entre autres.

Le candidat du RPM qui a beaucoup joué sur son image d'homme de parole va s'attaquer au chômage des jeunes, à faire intervenir la diaspora dans le développement du pays et à redorer le blason de la diplomatie malienne.

Il s'est présenté comme un candidat qui a l'expérience nécessaire, la détermination la fermeté et l'engagement. À plusieurs reprises il a eu cette formule «, « je le dis, je le ferai ! Inch'Allah ».

A. LAM  

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

Ibrahim

AFP

Le milliardaire Mo Ibrahim fustige les "complices de la corruption en Afrique"

Le milliardaire Mo Ibrahim fustige les "complices de la corruption en Afrique"

AFP

Centrafrique: Bertrand et Ibrahim demandent davantage

Centrafrique: Bertrand et Ibrahim demandent davantage

AFP

Mali: le président Ibrahim Boubacar Keïta en "séjour médical en France"

Mali: le président Ibrahim Boubacar Keïta en "séjour médical en France"

réconciliation

AFP

Côte d'Ivoire: Soro, ex-chef rebelle, "demande pardon"

Côte d'Ivoire: Soro, ex-chef rebelle, "demande pardon"

AFP

Mali: les ex-rebelles rejoignent la conférence pour la réconciliation

Mali: les ex-rebelles rejoignent la conférence pour la réconciliation

AFP

Mali: ex-rebelles et opposants boycottent la conférence pour la réconciliation

Mali: ex-rebelles et opposants boycottent la conférence pour la réconciliation