mis à jour le

Grand Mufti de la République : Corrigez-moi si je me trompe

Par Zakaria Bouker
Il y a un ministre des cultes « khademi » qui s'occupe exclusivement de l'islam tunisien.Ses origines sont douteuses. Il a mangé à tous les râteliers, y compris ceux des Ben Ali, les émirs d'Arabie, le sinistre grand mufti wahhabite El Baz, connu pour sa fatwa condamnant à mort, les adeptes de la théorie héliocentrique de Galilée, toujours en vigueur et défenseur acharné de l'esclavage.
Il y a encore, le nouveau grand mufti « Hamda Saïd » qui vient occuper par décision de Moncef Marzougui,le président trop provisoire , la même place que Tahar ben Achour, Fadel ben Achour et autres célébrités universelles. Il est sans diplôme et a été choisi, pour émettre une fatwa de la polygamie, pour permettre à Ben Ali de garder son ex-femme.
Il y a encore Houcine Laabidi qui s'est autoproclamé recteur de la Zeitouna, devenue université jumelée avec l'université de Riadh d’Arabie Saoudite , par décision du ministre islamiste nahdhaoui ,Moncef Ben Salem. Les diplômes sont hissés au rang des diplômes de recherches scientifiques et le budget de fonctionnement est directement assuré par le ministère de théologie d'Arabie. Aucune trace de diplôme de Houcine Laabidi, protégé de Khademi, ministre de l’islam en Tunisie, cité plus haut La seule trace de ce personnage douteux, parle d’un diplôme de menuisier !!! Aucun diplôme en théologie
Houcine Laabidi vient donc, à la tête de la haute institution millénaire de la Zeitouna qui a vu émerger les plus grandes sommités de théologie et en sciences humaines, dans l’histoire des empires musulmans . Certains de ses élèves sont à la base des grands tournants de l’histoire de l’islam .Pour ne citer qu’un ,Tahar Haddad ,avec son livre  « Imra-atouna fi-achariâa wal-moujtama3″ ( La femme tunisienne entre la théologie et la société )  . Houcine Laabidi est surtout connu pour ses méthodes musclées, allant jusqu’à défoncer lui-même, les portes et changer les serrures. Houcine Laabidi tient un langage dans un arabe approximatif, et appelle à plusieurs fois, au meurtre des artistes et des journalistes , considérées comme impies, en terre en voie d’islamisation.
Et puis, comme la Tunisie est trop grande, Il y a 5000 mosquées, dont 2400 sont sous contrôle saoudien. Sur 6 mille associations caritatives créées depuis 2011, 4000 sont caritatives islamiques, dont le financement vient directement :
Du Koweit
Des Emirats
Du Qatar
D'Arabie
Et de la fameuse MAS américaine
A cela, il faudra ajouter deux partis reconnus salafistes, prônant la fin de la république, fortement financés, une organisation Ansar al-Charia tolérée, malgré son armement et son implication dans les meurtres. Cette organisation a recueilli les ex baroudeurs d’Afghanistan et les membres d’Al-Qaïda, dont certains ont participé à l’opération échouée, au sud de l'Algérie. D'autres membres viennent du mali, de l’AQMI, organisation jihadiste, sous contrôle de Zawahiri, élément terroriste recherché par tous les pays et caché au Pakistan. Cette organisation recrute forme et arme des jihadistes, sur le sol tunisien et en Libye, pour le front syrien, ouvert et financé par les Emirats, le Qatar, l’Arabie et la Turquie.
Il y a également une centaine de ligues de protection, tout aussi armées et J'en oublie peut-être …Oui, il y a aussi ; Ennahdha, avec son Morchid Rached Ghannouchi, ex salafiste, condamné par contumace à la peine capitale, pour terrorisme. Il dispose d'une large audience et se propose comme alternative historique, à la réislamisation de la Tunisie. Ennahdha est un parti, dont on ne connait ni les sources de financement, ni l'étendue de ses relations étrangères. C’est un parti, qui a surgit, presque du néant et s’est imposé, comme le parti le mieux nanti, avec un bureau dans chaque village et une centrale impressionnante à Mont-plaisir à Tunis.
Officiellement, Hédi Braham, membre d'Ennahdha, déclare que le parti a été obligé d'ouvrir 264 bureaux, sur tout le territoire du pays, en 9 mois, que les 3.2 millions de dinars de recettes, proviennent des cotisations des 60 mille membres et …..des 180 mille dinars, accordés par l’Etat, à chaque parti ! Une somme négligeable. Officiellement, les dépenses de la campagne électorale avaient atteint 400 mille dinars. Cela reviendrait à 1000 dinars, par bureau, ne couvrant pas les frais de carburant d’une seule voiture! On ne parle pas de l’aile armée, toujours dans la clandestinité, depuis la création du Mouvement de la Tendance Islamiste ( MTI ).
Ça fait beaucoup, pour un petit peuple musulman. Dans tout ça, il n’y a pas un seul ministre de l’économie. Il y a juste, un conseiller du premier ministre, chargé du dossier économique avec rang de ministre.

Par Zakaria Bouker lundi 8 juillet 2013

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

république

AFP

République tchèque: le Togolais Francis Koné a fait taire les supporteurs racistes

République tchèque: le Togolais Francis Koné a fait taire les supporteurs racistes

AFP

Burkina: début des travaux pour une nouvelle Constitution et une Ve République

Burkina: début des travaux pour une nouvelle Constitution et une Ve République

AFP

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation