mis à jour le

Tempête pharaonique…

Nul ne peut parier sur la situation politique en Egypte. Mouvementée, elle l'est. Depuis la destitution du président démocratiquement élu, Mohamed Morsi, le mercredi 3 juillet 2013 par l'armée, deux camps se regardent en chiens de faïence. Et chacun entend maintenir la pression de la rue pour ou contre le renversement de M. Morsi. Que c'est inquiétant ! Allons-nous vivre une partition sanglante du pays ? L'Egypte ne va-t-elle pas s'enfoncer dans une guerre civile ? Ces questions sont légitimes (...) - Editorial