mis à jour le

Kidal : L’ARMÉE S’EST INSTALLEE AU CAMP I

La bonne nouvelle est tombée vendredi dans l'après-midi : l'Armée nationale est finalement entrée dans le ville de Kidal, mettant fin à un suspense qui a tenu nos compatriotes en haleine pendant des mois. Les militaires sont arrivés sous l'encadrement des forces de l'Opération Serval. L'entrée du contingent constitué de 150 hommes est intervenue 18 jours après la signature de l'accord préliminaire de Ouagadougou entre le gouvernement et les groupes armés qui occupaient la ville de Kidal. L'accord avait été signé le 18 juin passé sous l'égide de la communauté internationale.

Comme on pouvait s'y attendre, l'arrivée des militaires a été diversement appréciée dans la ville entre des gens conditionnés par les groupes armés du MNLA et du HCUA et la majorité des habitants qui se réclament du Mali malgré les intimidations et les persécutions du MNLA.

L'entrée de l'armée dans la ville de Kidal, capitale de la 8è région administrative du pays, est une application de l'accord préliminaire de Ouagadougou. Cet accord prévoit le cantonnement des groupes armés et le déploiement des forces armées et de sécurité, en vue de la tenue de l'élection présidentielle dont le premier tour est prévu pour le 28 juillet prochain.

« Notre armée est arrivée a Kidal. C’est une arrivée pacifique, coordonnée et tout se passe bien. Il y a plus de 150 éléments de l’armée à Kidal », a annoncé le patron de la Direction de l'information et des relations publiques des armées (DIRPA), le lieutenant-colonel Souleymane Maïga, ajoutant que « le lieu du cantonnement des rebelles est connu » et que « nous attendons qu’ils respectent les accords signés ».

Le colonel Mamary Camara était à la tête du contingent qui a fait son entrée  dans la cité vers 16 h 35 mn en provenance d'Anéfis. « Tout s'est bien passé. Nous sommes entrés sans problème. Nous avons pris place dans le camp militaire I », a confié l'officier.

L'arrivée des militaires avait été annoncée par le lieutenant-colonel Souleymane Dembélé de la Direction de l'information et des relations publiques des armées (DIRPA). Celui-ci a expliqué que des scènes de provocations ont été organisées devant le camp militaire I, situé juste à l'entrée de la ville.

Samedi, les manifestants ont remis ça. « Depuis ce matin, il y a un groupe de gens qui manifeste devant le camp militaire où l’armée est installée. Ces gens sont hostiles à la présence de l’armée dans la ville de Kidal ainsi qu'aux habitants  (la majorité) fidèles au Mali. Nous avons fermé nos boutiques par peur des manifestations orchestrées contre l'arrivée des militaires. A chaque manifestation, les boutiques ouvertes sont pillées »,  dénonce un commerçant de la ville.  Un de ses collègues confirme : « Aujourd'hui, Kidal est comme une ville morte. Ceux qui sont pour le Mali ont peur de sortir ».

M. M. fait partie des habitants qui ont hâte de voir le rétablissement de l'autorité de l'Etat sur cette partie du pays. Il salue donc l'arrivée de l'armée malienne. Un de ses fils fait d'ailleurs partie des 150 hommes qui se sont installés au camp militaire I. Mais l'homme est colère : «  L'armée est pratiquement cantonnée dans un camp tandis que les groupes armés paradent en ville. Dans une telle situation, nous ne sommes pas à l'abri des persécutions des rebelles. Ça me fait mal. À chaque manifestation, nos enfants et nos femmes subissent la répression des gars du MNLA pour avoir affiché leur appartenance au Mali. Mon fils n'a même pu venir me voir à la maison».

Il convient de rappeler que le camp I de Kidal est le plus vieux de la région. Construit en banco, il était déjà désaffecté bien avant l'occupation de la ville.  Après le repli de l'armée, il a été pillé puis saccagé par les groupes armés (Ansar-Eddine et le MNLA).

Le camp II dans lequel se trouve une partie du contingent de l'armée française est le plus moderne de la ville. La clôture est en pierre et on y trouve des commodités comme l'eau potable et l'électricité grâce à l'Energie du Mali.

Il y a aussi un camp de la  Garde nationale, situé non loin du gouvernorat. Le camp de la Gendarmerie nationale se trouve près du site des logements sociaux, sur voie menant à la station régionale de l'ORTM.

A. DIARRA

 

 

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

Kidal

AFP

Mali: la Croix-Rouge reprend ses activités

Mali: la Croix-Rouge reprend ses activités

AFP

Mali: rentrée scolaire

Mali: rentrée scolaire

AFP

Mali: la Mission de l'ONU inquiète des conséquences des combats autour de Kidal

Mali: la Mission de l'ONU inquiète des conséquences des combats autour de Kidal

camp

AFP

Nigeria: 3 morts dans des attaques dans un camp de déplacés

Nigeria: 3 morts dans des attaques dans un camp de déplacés

AFP

Kenya: la fermeture du camp de réfugiés de Dadaab annulée

Kenya: la fermeture du camp de réfugiés de Dadaab annulée

AFP

Camp de déplacés au Nigeria: l'armée a largué deux bombes, selon MSF

Camp de déplacés au Nigeria: l'armée a largué deux bombes, selon MSF

i

La Rédaction

Sinistrés des communes I et IV : UNE AIDE VENUE D’ALGERIE

Sinistrés des communes I et IV : UNE AIDE VENUE D’ALGERIE

La rédaction

Remaniement. Le bulletin scolaire du Gouvernement Sellal I

Remaniement. Le bulletin scolaire du Gouvernement Sellal I

La Rédaction

Familles sinistrées de la Commune I : QUOTIDIEN STABILISE, AVENIR EN POINTILLE

Familles sinistrées de la Commune I : QUOTIDIEN STABILISE, AVENIR EN POINTILLE