mis à jour le

Ouverture de la campagne présidentielle: Discours du candidat Ibrahim Boubacar Kéita dit IBK au stade du 26 Mars

Le candidat Ibrahim Boubacar Keïta

Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs des pays amis ici présents,

Cher Amis, chefs ou représentants des partis politiques maliens et étrangers,

Honorables notables et chefs traditionnels,

Messieurs les représentants du Haut Conseil Islamique,

Chers Amis de la communauté chrétienne,

Chers Camarades membres et sympathisants du RPM,

Chers Camarades membres et sympathisants des partis membres de la Coalition pour le Mali d'abord,

 

 

Mes Chers Compatriotes,

Nous sommes réunis aujourd'hui à l'occasion de l'ouverture de la campagne présidentielle. Cette campagne qui s'ouvre sera l'une des plus importantes de toute l'histoire contemporaine de notre République.

 

 

Votre présence massive, aujourd'hui, dans l'enceinte de ce grand stade, prouve que vous avez compris l'enjeu.

Maliennes, Maliens, vous êtes venus de toutes les régions du Mali, de Bamako, Kayes, Koulikoro, Sikasso, Segou, Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal, et aussi de la diaspora ! Peuple du Mali, je vous salue !

 

 

Mes Chers Compatriotes,

Notre pays a connu en 2012 un cataclysme majeur, une crise multidimensionnelle effroyable, un coup d'Etat militaire, qui ont ébranlé les fondements mêmes de notre République.

 

 

A partir de janvier 2012, notre pays a été attaqué par des bandes terroristes et criminelles coalisées qui ont, coup sur coup, commis des crimes contre l'Humanité, en massacrant sauvagement, une centaine de soldats de l'Armée nationale, en occupant les trois régions du Nord et y commettant de graves violations des droits de l'Homme, en détruisant des monuments appartenant au Patrimoine mondial de l'humanité ; Monuments qui étaient le témoignage vivant de la beauté et de la profondeur de notre riche civilisation, dont les piliers fondamentaux sont la Paix, la tolérance, l'Ouverture, l'Acceptation de l'Autre...

 

 

Notre Peuple a subi un traumatisme profond. Notre Peuple s'est senti humilié devant l'effondrement de l'État, le délitement de notre système démocratique, la débâcle militaire, l'absence de perspectives robustes de solution de sortie de crise...

Les institutions du Mali se sont effondrées. Notre nation a subi l'humiliation la plus grave de son histoire. Nous avons connu par le passé des chocs existentiels importants, mais jamais notre socle national, notre vivre-ensemble, n'ont été autant ébranlés.

 

 

Le 11 janvier 2013, la France a pris l'initiative de déployer l'Opération SERVAL qui a permis de libérer les régions du Nord. Saluons vigoureusement l'initiative courageuse du Président François Hollande qui n'a pas hésité à mobiliser d'importants moyens humains, militaires, diplomatiques pour permettre à notre pays de sortir de cette tragique situation.

 

 

Je remercie le Président Idriss Déby Itno pour son engagement aux côtés de notre pays. je salue le courage exceptionnel des Forces Armées Tchadiennes en Mission au Mali qui ont payé un lourd tribut pour traquer et chasser les bandes terroristes et criminelles.

 

 

Je remercie également les chefs d'Etat de la CEDEAO : les présidents Alassane Ouattara, Goodluck Ebélé Jonathan, Mahamadou Issoufou, Blaise Compaoré, Macky Sall, Alpha Condé, Faure Gnassingbé, Yayi Bony, qui ont dépêché, dans le cadre de la MISMA, de valeureux soldats afin de contribuer à stabiliser le Nord de notre pays. Il s'agit-là d'une marque éclatante de la solidarité profonde unissant nos peuples et nos pays.

 

 

Je rends hommage à tous les soldats africains et français qui ont perdu la vie sur notre territoire. Le Peuple du Mali sera éternellement reconnaissant.

L'Accord préliminaire signé à Ouagadougou, le 18 juin 2013, constitue une étape vers la sortie de crise. L'élection présidentielle se déroulera sur l'ensemble de notre territoire national. J'exhorte les parties prenantes à accélérer sa mise en ½uvre afin que les forces armées et de sécurité investissent la région de Kidal dans les meilleures conditions pour permettre le déploiement de l'administration. D'autre part, les groupes armés doivent être cantonnés sous la surveillance de la MINUSMA.

 

 

Mes Chers Compatriotes,

Malgré les avancées, la Nation malienne est toujours en danger. La sécurité de nos concitoyens n'est pas assurée. Notre Etat s'est effondré. L'autorité a disparu. La corruption est devenue une institution. Le narco trafic a gangrené la société. La jeunesse est désemparée, sans emploi, parfois sans espoir. Elle fuit le pays, au péril de sa vie, pour des lendemains meilleurs, souvent désenchantée. L'école est en piteux état et ne forme plus.

Pour toutes ces raisons, le scrutin du 28 Juillet 2013 est capital. Jamais une élection présidentielle n'aura eu autant d'importance pour notre pays.

 

 

Il s'agit d'élire le chef de l'Etat. Le chef d'un Etat failli. Il s'agit d'élire le commandant suprême des forces armées, qui devra reconstruire notre outil de défense. Il s'agit d'élire celui ou celle qui saura réconcilier les maliens, et refonder l'Etat.

Enfin, il nous faudra élire l'homme qui pourra mener le bateau Mali à bon port par ces temps de tempête.

Mes Chers Compatriotes,

Face à tous ces défis, en ce moment crucial de l'histoire de notre Nation, je ne peux pas me défiler. Et je ne me défilerai pas. C'est pourquoi j'ai choisi d'être candidat à l'élection présidentielle du 28 Juillet 2013, Inch'Allah !

 

 

Oui, je suis prêt à servir le Mali, en devenant le Président de la République du Mali !

Grâce à l'aide de Dieu et à la vôtre, je suis prêt à relever tous ces défis. Prêt à redonner au Mali son honneur. Prêt à bâtir avec vous tous, maliennes, maliens, le bonheur dont vous avez besoin, le bonheur que vous méritez !

 

 

Je me présente, aujourd'hui, devant vous, Peuple du Mali, nourri par l'expérience du passé, armé d'une volonté inébranlable, pour apporter ma contribution à la reconstruction de notre pays, le Mali, notre mère-patrie, qu'il nous faut sauver et redresser afin qu'elle soit, à nouveau, une source de lumière pour l'Afrique.

 

 

Mes Chers Compatriotes,

Si vous me donnez votre confiance, l'une de mes priorités sera la réconciliation nationale. Je veux recoudre le tissu national, abîmé, déchiré par des mois de crise.

Pour réussir, j'appellerai à un vaste dialogue national. C'est une urgence absolue. Je convoquerai les Assises nationales du Nord avant la fin 2013.

Cette plateforme réunira toutes les composantes communautaires du nord du pays, les forces politiques, les chefferies traditionnelles, les représentants de l'administration locale et centrale, des experts et des représentants de la société civile.

 

 

Autour de la table, sur la base de l'existant, en faisant le bilan des accords passés, les maliens pourront discuter de façon sereine et constructive des grands défis du nord du pays : développement économique et social, rôle de l'Etat, lutte contre le terrorisme et le narcotrafic.

 

 

Tous ensemble, nous pourrons renforcer la cohésion nationale, et tracer les lignes d'une nouvelle gouvernance au Nord Mali, dans le souci de rapprocher l'Etat des citoyens, de rétablir la sécurité, pour faire en sorte que personne ne se sente plus exclu.

 

 

Il nous faut apporter des réponses définitives aux frustrations qui alimentent l'irrédentisme de nos frères touaregs tout en prenant en considération les préoccupations de l'ensemble des communautés vivant dans le Nord de notre pays.

 

 

Pour que cette réconciliation soit définitive, nous devons tout d'abord rétablir la confiance. Par le passé, beaucoup de promesses ont été faites, mais pas toujours tenues. Parce que c'est la responsabilité de l'Etat qui est en jeu, cette fois ci, tous les engagements pris seront tenus. Je le dis, je le ferai ! Inch'Allah !

Pour conforter la réconciliation nationale, je prévois la création de zones spéciales de développement économique dans ces régions, qui pourront ainsi bénéficier de tous les investissements nécessaires à un rattrapage du retard accumulé depuis des décennies.

 

 

La priorité c'est l'essor socio-économique. Nous ferons alors du développement un rempart inébranlable contre l'insécurité et le terrorisme.

En matière de réconciliation nationale, nous avons un modèle universel : Nelson Mandela. Ce grand homme a dédié sa vie à la défense des valeurs de liberté, de pardon et de dignité. Aujourd'hui, en ce moment difficile pour lui, entre la vie et la mort, je voudrais que nous lui rendions, tous ensemble, un hommage appuyé. Prions tous pour Madiba, honneur de l'Afrique et de l'humanité !

 

 

Chers compatriotes,

Ma deuxième priorité, aussi pressante que la première, sera votre sécurité.Car aucun pays ne peut se développer dans la peur, aucun pays ne peut entamer sa marche en avant si les biens et les personnes ne sont pas sécurisés.

 

 

Pour l'honneur du Mali, je rétablirai la sécurité sur l'ensemble de notre territoire. Je serai le garant de la sécurité de tous les maliens. Mais aussi des étrangers qui viennent sur notre territoire, et dont l'appui nous est décisif. Pour moi, la sécurité n'a pas de prix.

Pour la garantir, je veux reconstituer une capacité de défense et de surveillance du territoire. Désormais, aucun groupe terroriste ou criminel ne franchira la frontière du Mali sans trouver devant lui les forces armées nationales en position de combat.

 

 

Je le dis, je le ferai ! Inch'Allah !

Grâce à l'appui des partenaires étrangers, et notamment de l'Union européenne à qui nous sommes très reconnaissants, le travail de refondation a déjà commencé. Mais le Mali doit aussi assumer sa part.

Je ferai voter et appliquer de manière très rigoureuse une loi d'orientation et de programmation militaire. Elle devra prévoir pour les 10 ans à venir les besoins nécessaires pour remettre à niveau notre appareil de défense, et lui permettre de faire face aux nouveaux défis. La conséquence sera une hausse très importante des moyens alloués au budget de la défense. Il s'agira de rendre notre armée plus performante en la dotant des capacités opérationnelles adéquates pour l'accomplissement de sa mission de défense de l'intégrité territoriale. Elles doivent être portées à un niveau d'efficacité opérationnelle qui dissuade tout agresseur éventuel.

L'utilisation de moyens mobilisés, sera scru-pu-leu-se-ment contrôlée, pour qu'aucun centime dédié à la sécurité des maliens ne soit dévoyé. Je le dis, je le ferai ! Inch'Allah !

Mes Chers Compatriotes,

Je serai le garant du respect de la souveraineté du Mali. La souveraineté de notre pays n'est pas négociable. Sur ce point, je serai intransigeant !

 

 

Mes Chers Compatriotes,

Notre pays a beaucoup souffert. Il souffre encore. Il souffre car plusieurs centaines de nos compatriotes ont du partir, fuir, abandonnant leur maison, leurs biens, leur dignité. Cela est inacceptable !

Pour l'honneur du Mali, je mettrai en marche un programme de retour et de réinstallation de nos réfugiés ceux de l'intérieur, comme ceux de l'extérieur, car je veux que chaque malien retrouve sa dignité.

 

 

Je me suis rendu il y a quelques jours à Tombouctou, à Mopti et à Gao. J'ai pu constater à quel point l'Etat était absent. Or, comment nos compatriotes réfugiés retourneraient-ils chez eux s'ils n'y bénéficient pas du minimum ?

Dès le début de mon mandat, j'engagerai le retour effectif de l'administration et des services de base dans les régions nord. Je n'accepterai plus que les maliens de Tombouctou, Gao et Kidal ne jouissent pas de l'électricité ni de l'eau courante.

Je le dis, je le ferai ! Inch'Allah !

Chers Compatriotes,

La déliquescence de l'Etat malien est l'une des causes de la situation actuelle.

Si les maliens m'accordent leur confiance, l'une des premières tâches auxquelles je me consacrerais sera de reconstruire un Etat digne de ce nom. Un Etat fort au service de l'efficacité, et dont l'un des socles devra être la justice et la bonne gouvernance.

Il nous faut un Etat fort. Ainsi, face à la loi du plus fort, nous opposerons la force de la loi ! Vous me connaissez, je peux vous dire qu'elle s'imposera ! Je l'ai dit, je le ferai !

 

 

Il nous faut un Etat responsable et protecteur, qui garantisse à chaque citoyen un égal accès aux soins, à l'éducation, et à l'ensemble des services publics, sur tout le territoire. Il nous faut un Etat stratège, qui mette en place les conditions du décollage économique du Mali à travers l'émergence d'un secteur privé solide et responsable.

 

 

Mais pour garantir l'efficacité de l'Etat, nous devons ouvrir les administrations publiques à de nouveaux modèles de gestion en vue d'améliorer leurs performances et de réconcilier les Maliens avec leurs institutions.  Pour ce faire, je propose la mise en place d'une Agence du Management Publicqui aura pour mission la prestation de services aux départements ministériels, en matière de diagnostic organisationnel, de re-engineering des processus, de promotion de la qualité et de gestion des ressources humaines.

 

 

Par ailleurs, le Gouvernement créera des Maisons des Services Publics (Justice et Droit, Services Financiers, et services sociaux) qui seront desPlateformes de services publics assumant une mission d'accueil, d'information et de conduite de formalités, sur la base d'un partenariat entre les organismes représentés.

 

 

Mes Chers Compatriotes,

La lutte contre la corruption sera organisée sur la base d'un principe : la Tolérance zéro. La justice sera implacable, mais juste. Le glaive de la justice ne tremblera pas. Il ne tremblera pas, car je bâtirai une République exemplaire et intègre.
L'exemple viendra d'en haut. Je le dis, je le ferai ! Inch'Allah !

 

 

Chers Compatriotes,

Nous construirons une économie plus forte, structurellement plus robuste, en progrès constant, mieux à même de répondre à nos désirs d'épanouissement, à nos exigences de promotion individuelle et collective ; bref, une économie orientée vers l'émergence.

Depuis 15 ans, la société malienne regarde, sans réagir, son école s'effondrer, prise en otage par les corporatismes et rongée par une corruption morale et une violence croissantes. L'école malienne traverse une crise majeure, qui deviendra demain une crise sociale profonde si  rien n'est fait pour y mettre fin.

 

 

Faut-il le répéter, seules les Nations dotées des ressources humaines adéquatement formées, pourront participer à la construction de la Civilisation de l'Universel.

Les mesures de redressement viseront, principalement, à :

- Revaloriser la fonction enseignante

- Rationaliser la gestion administrative du personnel enseignant,

- Développer un Partenariat Stratégique avec les acteurs du système (Syndicats, APE...)

- Moderniser les programmes d'enseignement 

- Renforcer les infrastructures du réseau scolaire

- Renforcer le partenariat avec le Secteur privé en vue de l'élargissement de l'Offre Scolaire.

Favoriser la formation professionnelle, à travers la création de plusieurs écoles de métiers, réparties sur l'ensemble du territoire national. Ainsi, nous allons répondre aux besoins réels de l'économie et de la société maliennes, et former des jeunes partout sur le territoire.

 

 

Chers compatriotes,

La Jeunesse est l'avenir de notre pays. Nous lui accorderons les meilleures attentions, en mettant en ½uvre une stratégie nationale qui articulera les réponses spécifiques aux questions majeures structurant son avenir.

L'éducation est le facteur le plus important pour que la vie des jeunes soit active et responsable. En plus, des mesures spécifiques découlant de la Refondation Globale de l'École, il s'agira de développer des politiques novatrices visant à accélérer l'éducation de la jeunesse en mettant l'accent sur la formation professionnelle, l'apprentissage, l'ouverture à la culture, le développement d'une pensée autonome, l'appropriation des facultés de réflexion, d'analyse et d'initiative, l'encouragement à l'expression.

 

 

Le chômage des jeunes est, parmi les maux qui affligent notre société, un des plus douloureux. Sans emploi, il n’est pas d’intégration sociale réussie, pas de réalisation de soi dans la communauté. Tout sera mis en ½uvre pour créer des emplois en nombre suffisant pour tous ceux qui y aspirent.

En définitive, il s'agira de favoriser l'émergence d'une jeunesse responsable de son destin et capable de jouer pleinement son rôle de citoyen du Monde. La Jeunesse Malienne doit se penser en citoyenne du Monde afin de bien mesurer la densité des enjeux auxquels elle est présentement confrontée et d'être ainsi en mesure d'adopter les comportements idoines qui permettront de juguler les retards multidimensionnels affectant l'Afrique d'aujourd'hui.

 

 

Mes chers compatriotes,

Dans la même optique, nous restaurerons le prestige et l'influence de la diplomatie de notre pays qui a été, jadis, à la pointe du combat pour l'émancipation de l'Afrique et la défense de ses intérêts. Nous réhabiliterons l'outil diplomatique pour en faire un puissant levier pour l'accélération de notre développement économique, l'amplification de notre rayonnement culturel, l'affirmation de notre engagement inébranlable en faveur de l'intégration et de l'unité de l'Afrique et l'approfondissement de notre combat pour la démocratisation des relations internationales.

 

 

Nous ferons en sorte que la Diaspora Malienne soit respectée et qu'elle devienne un acteur majeur du développement de la Nation, car elle est l'un des atouts majeurs de notre pays. A travers le soutien qu'elle apporte à de nombreuses familles, elle accompagne la mise en ½uvre des politiques publiques à l'échelle locale et constitue un levier de développement. Nous devons respect et considération à nos compatriotes séjournant à l'étranger.

La diaspora malienne recèle un ensemble inépuisable d'expériences et de compétences disponibles pour servir le Mali. Il nous revient de valoriser ce potentiel en consolidant les liens qui nous unissent et en assurant une meilleure satisfaction de leurs besoins.

 

 

Chers Compatriotes,

Femmes, hommes, jeunes, de tous les horizons, de tous les partis, de toutes les couches sociales, de toutes les régions, vous êtes venus ici si nombreux !

Ce grand rassemblement, nous devons l'amplifier. Au delà du Stade. Au delà de Bamako, dans tout le Mali, et auprès de nos compatriotes de l'extérieur.

Je demande à tous les militants et sympathisants de la Coalition le Mali D'Abord de se lever pour que remportions une Victoire Éclatante dès le 28 juillet !

Partout, nous irons à la rencontre du Peuple du Mali, partout nous appeler au vote utile.

Peuple du Mali ! Je te demande de te lever, levons nous !

Tous ensemble nous pourrons changer notre pays, car nous avons un point commun, l'amour du pays, ce pays qui nous a vu naitre, grandir, ce pays qui nous a tant apporté ! Ce pays fier, jadis si fort, aujourd'hui affaibli, ce pays qui n'attend que nous pour se relever !

Les Maliens savent désormais que leur choix sera radical et sans ambiguïté :dans 3 semaines, ils voteront pour la continuité OU pour le changement.

Le 28 juillet, au moment de déposer son bulletin dans l'urne, chaque Malien, chaque Malienne, se posera une question simple : quel genre d'homme dois-je choisir pour mon pays ?

Un homme intègre qui va SERVIR ou un homme faible qui ne résistera pas à la tentation de SE SERVIR.

Un homme qui se dévoue pour l'intérêt général ou un homme qui privilégie des intérêts particuliers ?

Un homme qui a toujours défendu son pays ou un homme dont les décisions peuvent le mettre en danger ?

Un homme d'Etat ou l'homme d'un système ?

Oui, mes amis, le choix est clair.

C'est pourquoi mon message au peuple malien est très clair lui aussi :

LE MALI D'ABORD ! (Mali fôlô!)

Voilà la proposition que je vous fais mes chers compatriotes !

Le Mali d'abord ! Le Mali avant tout !

Le Mali comme seul objectif, comme seule urgence, comme seule priorité !

Le Mali d'abord, tel que nous l'aimons, tel que nous le rêvons : un pays en paix et en sécurité, un pays rassemblé, réconcilié.

Un pays dirigé par des hommes responsables. Un pays géré par d'honnêtes serviteurs de l'Etat. Un pays protégé par de vrais patriotes. Un pays guidé par un homme qui connaît son peuple, qui écoute son peuple, qui aime son peuple.

 

 

C'est tout cela le Mali d'abord !

C'est ma promesse et c'est mon engagement.

Je le dis, je le ferai, Inch Allah !

 

Bamako, le 07 Juillet 2013

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

ouverture

AFP

Burkina: ouverture et renvoi du procès du dernier gouvernement Compaoré

Burkina: ouverture et renvoi du procès du dernier gouvernement Compaoré

AFP

Côte d'Ivoire: ouverture du procès des "disparus du Novotel"

Côte d'Ivoire: ouverture du procès des "disparus du Novotel"

AFP

Côte d'Ivoire: ouverture mardi du procès des "disparus du Novotel"

Côte d'Ivoire: ouverture mardi du procès des "disparus du Novotel"

campagne

AFP

L'Algérie élit ses députés après une terne campagne

L'Algérie élit ses députés après une terne campagne

AFP

L'Algérie entre lentement en campagne pour les législatives

L'Algérie entre lentement en campagne pour les législatives

AFP

Méningite au Nigeria: vaste campagne de vaccination

Méningite au Nigeria: vaste campagne de vaccination

discours

AFP

L'armée déployée pour le discours

L'armée déployée pour le discours

AFP

Nigeria: la présidence reconnait avoir plagié un discours d'Obama

Nigeria: la présidence reconnait avoir plagié un discours d'Obama

AFP

Afrique du Sud: Zuma se moque des députés qui ont interrompu son discours

Afrique du Sud: Zuma se moque des députés qui ont interrompu son discours