mis à jour le

Avec Ennahdha ,la justice est à l’envers en Tunisie

Dix-neuf artistes tunisiens de l'association « Fanni Raghman Aanni » ( artistes malgré moi ) agressés durant un spectacle au Kef ( nord-ouest ) par des islamistes fanatiques, seront déférés demain lundi 8 juillet devant la justice qui les accuse d’atteinte à la pudeur, ont indiqué dimanche leurs avocats et leur comité de soutien qui dénoncent une nouvelle atteinte à la liberté artistique en Tunisie.

Les artistes participaient le soir du samedi 6 juillet à un spectacle dans la rue .Ils  jouaient une pièce nommée « Guetlouh » (Ils l'ont tué), un spectacle en hommage au militant de l’opposition Chokri Belaid , lâchement assassiné le 6 février 2013 , lorsque des barbus les ont agressés. La police est alors intervenue et a interpellé les acteurs qui seront déférés lundi matin devant le procureur, a expliqué à la presse l’avocat, Ghazi Mrabet.

Ecoutez ce témoignage

Selon la même source, le ministère public veut engager des poursuites pour « atteinte à la pudeur », un délit passible de six mois de prison ferme. Avec un gouvernement dirigé par les islamistes d’Ennahdha les agresseurs ne seraient pour leur part pas inquiétés.

La nature exacte des faits reprochés à la troupe sera connue à cette occasion, le ministère de la Justice et la magistrature refusant systématiquement de donner aux médias des informations sur les procédures judiciaires.

« Ce sont les salafistes qui agressent, qui violentent, mais ce sont les artistes qu’on arrête », a dénoncé l’artiste Leila Toubel, femme de théâtre qui a organisé un comité de soutien aux 19 artistes.

Selon elle, le spectacle a été organisé pour soutenir un petit théâtre du Kef qui a été visé récemment par une tentative d’incendie criminel.

« On nous attaque car on s’oppose au projet obscurantiste (des islamistes) qui sont contre l’art et la beauté », a dénoncé Mme Toubel.

Cette affaire intervient juste après celle du rappeur tunisien Weld El 15, condamné pour une chanson insultant la police à deux ans de prison ferme, une peine réduite à six mois avec sursis en appel. Les militants des droits de l’Homme avaient dénoncé alors une atteinte à la liberté artistique et d’expression.

Les artistes et journalistes tunisiens sont aussi régulièrement la cible d’attaques de la mouvance islamiste .

Ce n’est pas la première fois que la victime se trouve accusée par la justice islamiste . Une jeune fille violée par 3 agents de police a été accusée par la justice d’atteinte à la pudeur et son affaire n’est pas encore close .

Le gouvernement provisoire , dirigé par les islamistes d’Ennahda, orchestre bien  une islamisation rampante de la société , tunisienne notamment via le système judiciaire.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Ennahdha

AFP

Tunisie: le parti Ennahdha pas opposé au futur Premier ministre

Tunisie: le parti Ennahdha pas opposé au futur Premier ministre

AFP

Tunisie: Ennahdha propose Rached Ghannouchi comme président du Parlement

Tunisie: Ennahdha propose Rached Ghannouchi comme président du Parlement

AFP

Présidentielle en Tunisie: sanctionné dans les urnes, le parti Ennahdha joue gros

Présidentielle en Tunisie: sanctionné dans les urnes, le parti Ennahdha joue gros

justice

AFP

En Ouganda, les victimes d'attaques

En Ouganda, les victimes d'attaques

AFP

"Luanda Leaks": Isabel dos Santos veut poursuivre en justice les médias qui l'accusent

"Luanda Leaks": Isabel dos Santos veut poursuivre en justice les médias qui l'accusent

AFP

Gambie: des victimes du régime de Yahya Jammeh réclament justice dans les rues de Banjul

Gambie: des victimes du régime de Yahya Jammeh réclament justice dans les rues de Banjul

Tunisie

AFP

La Tunisie peine

La Tunisie peine

AFP

Un sifflet contre le harcèlement sexuel lors d'un festival en Tunisie

Un sifflet contre le harcèlement sexuel lors d'un festival en Tunisie

AFP

La Tunisie depuis la chute de Ben Ali en janvier 2011

La Tunisie depuis la chute de Ben Ali en janvier 2011