mis à jour le

«Le pouvoir doit passer le témoin»

Le docteur Ahmed Benbitour a lors d'une conférence, animée hier à Sétif, invité le pouvoir à «céder» pacifiquement le témoin. Attirant l'attention d'une assistance attentive et intéressée, l'ancien Premier ministre souligne qu'il n'a pas l'intention de créer un parti pour postuler à la magistrature suprême. «Je ne vais pas fonder un parti, sachant que les formations politiques ne sont ni plus ni moins qu'un produit du pouvoir. Je suis, par contre, disposé à adhérer à un programme, voire un projet de société qui nous fait actuellement défaut», indique l'orateur. Abordant les grandes lignes de sa feuille de route économique, l'intervenant estime que l'issue de sortie doit se faire par le biais de l'industrie et de l'agriculture. «Une économie basée uniquement sur la rente des hydrocarbures se dirige tout droit vers l'impasse. On doit savoir que les deux tiers des salaires des fonctionnaires sont compromis, car ils sont tributaires des prix du pétrole. Si les prix de l'or noir chutent à moins de 70 dollars, l'Etat aura du mal à payer les fonctionnaires. Chez nous, le climat des affaires n'est pas en outre favorable pour encourager l'investissement. Il faut savoir que l'Algérie est classée 120e au niveau mondial. Seuls les investisseurs ayant des intérêts personnels sont intéressés. Pour sortir d'un tel marasme, nous avons besoin d'une volonté politique et d'une alliance avec le secteur privé devant aider à construire une économie forte», précise M. Benbitour qui prône la création de quinze pôles d'excellence. Au volet politique, Ahmed Benbitour pointe du doigt les dernières réformes. Il compte installer des organes de contrôle dont quatre hauts commissariats. Le premier sera chargé, dit-il, de la politique énergétique et la prospective, le second aura comme mission de promouvoir les compétences nationales et la maîtrise de la numérisation, le troisième se chargera de l'écriture des feuilles de route des différentes réformes. Quant au quatrième, il aura à encourager la citoyenneté, le maillon faible de la société. 

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

pouvoir

AFP

Gambie: pourquoi Jammeh ne s'est pas accroché au pouvoir

Gambie: pourquoi Jammeh ne s'est pas accroché au pouvoir

AFP

Présidentielle en Gambie: le pouvoir de Yahya Jammeh face aux urnes

Présidentielle en Gambie: le pouvoir de Yahya Jammeh face aux urnes

AFP

Les Nyamitwe, deux frères devenus les porte-voix du pouvoir burundais

Les Nyamitwe, deux frères devenus les porte-voix du pouvoir burundais