mis à jour le

Un "roi" conteste le statut de chef du petit-fils de Mandela

Un "roi" sud-africain souhaite retirer à l'aîné des petits-fils de Nelson Mandela son statut de chef traditionnel en raison de son rôle dans une sombre affaire de sépultures familiales, rapporte dimanche la presse locale.

Alors que le héros de la lutte anti-apartheid est entre la vie et la mort à près de 95 ans, le roi de sa tribu, les Thembus, veut démettre son petit-fils Mandla du rôle de chef du village de Mvezo (sud), où est né l'ancien président.

"Mon souhait est qu'il ne soit plus impliqué dans les affaires des AmaDlomos" (la famille royale Thembu), a déclaré le roi Buyelekhaya Dalindyebo au journal City Press. "Quel genre de personne utilise des tombes comme piste de danse ?", a-t-il ajouté.

Mandla, 39 ans, qui est également député du parti au pouvoir l'ANC, s'est mis à dos une bonne partie de sa famille en transférant en 2011 les dépouilles de trois enfants de Nelson Mandela dans son village de Mvezo, sans l'accord de personne.

Seize membres de sa famille ont dû saisir la justice pour obtenir le retour des corps à Qunu, le village d'enfance du Nobel de la Paix qui veut y être enterré. Ils y ont été remis en terre jeudi au grand dam de Mandla qui a violemment dénoncé l'attitude de ses proches.

La volonté du roi Dalindyebo d'"isoler" Mandla pourrait toutefois rester sans suite car sa propre autorité est contestée. Un groupe de chefs Thembu demande sa révocation, notamment parce qu'il a été reconnu coupable d'homicide en 2005, selon le Sunday Times. 

Par ailleurs, les nominations et révocations des chefs traditionnels doivent être entérinées par les autorités locales. "Le roi ne peut pas faire ça tout seul et il ne peut pas choisir qui succèdera à un chef", a expliqué à City Press Zingisa Bokwe, secrétaire à la Maison des chefs traditionnels du Cap oriental.

Les querelles au sein de la famille Mandela atterrent depuis des jours les Sud-Africains qui vouent une admiration sans borne à leur "libérateur" Nelson Mandela.

AFP

Ses derniers articles: Covid: L'Afrique demande davantage de solidarité financière internationale  Maroc: le procès d'Omar Radi pour "ivresse" renvoyé  Mali: le président de transition désigné fait sa première apparition publique 

statut

AFP

8 mars: les Soudanaises veulent un meilleur statut

8 mars: les Soudanaises veulent un meilleur statut

AFP

La CPI se cherche un nouveau souffle 20 ans après l'adoption du Statut de Rome

La CPI se cherche un nouveau souffle 20 ans après l'adoption du Statut de Rome

AFP

Haftar, l'homme fort de l'est libyen, veut réaffirmer son statut

Haftar, l'homme fort de l'est libyen, veut réaffirmer son statut

chef

AFP

Le chef de la junte au Mali demande la levée des sanctions ouest-africaines

Le chef de la junte au Mali demande la levée des sanctions ouest-africaines

AFP

Le chef de la junte appelle les Maliens

Le chef de la junte appelle les Maliens

AFP

Le colonel Goïta, chef de la junte au Mali, un opérationnel peu loquace

Le colonel Goïta, chef de la junte au Mali, un opérationnel peu loquace

Mandela

AFP

Obsèques de George Bizos, l'avocat pugnace et grand ami de Mandela

Obsèques de George Bizos, l'avocat pugnace et grand ami de Mandela

AFP

George Bizos, l'avocat et grand ami de Mandela

George Bizos, l'avocat et grand ami de Mandela

AFP

Afrique du Sud: libération conditionnelle pour le roi du clan de Mandela

Afrique du Sud: libération conditionnelle pour le roi du clan de Mandela