mis à jour le

Mohamed El-Baradei nouveau premier ministre égyptien

L’ancien patron de l’ Agence internationale de l’énergie atomique ( AIEA ) , Prix Nobel de la paix et farouche opposant à Hosni Moubarak , Mohamed El-Baradei a été nommé samedi 6 juillet , Premier ministre par intérim, trois jours après le renversement du président égyptien l’islamiste Mohamed Morsi.
Trois jours après le « coup d'État » qui a renversé le président Mohamed Morsi, Mohammed El-Baradei a été nommé samedi Premier ministre de l’Égypte, a annoncé le mouvement Tamarrod, à l’origine de l’importante mobilisation et des énormes manifestations qui ont conduit à l’éviction de Mohamed Morsi

Une source militaire a précisé qu’El-Baradei allait prêter serment dans la soirée. Son nom circulait avec insistance au Caire depuis le renversement de Morsi.
Devant le palais présidentiel, des dizaines de personnes en liesse ont aussitôt afflué, en brandissant des drapeaux égyptiens et en chantant.

« Un Choix de Washington »

Dès cette annonce, des membres des Frères musulmans ont, sans surprise, rejeté cette nomination, estimant qu’il s’agissait d’un « choix de Washington ».

Le groupe salafiste Al Nour a lui aussi annoncé qu’il s’opposait à ce choix de Premier ministre.

L’agence officielle Mena a de son côté indiqué que l'opposant avait rencontré le président intérimaire Adly Mansour dans la journée. Ce dernier mène d'actives consultations au Palais d'Itihadiya pour former un nouveau gouvernement et tenter de sortir le pays de la crise actuelle.

La feuille de route, élaborée par l’armée en coordination avec l’opposition et les principaux dignitaires religieux du pays, prévoit un gouvernement intérimaire « doté de pleins pouvoirs », avant la tenue d’élections présidentielle et législatives à une date non précisée.
Mohammed El-Baradei était revenu en Egypte en 2010 pour s’opposer au régime de Hosni Moubarak. Il avait ensuite activement soutenu le soulèvement contre l'ancien président déchu en janvier-février 2011, puis s’était positionné comme une des figures de proue de la mouvance laïque et libérale, qui réclame aujourd’hui l’organisation d’une présidentielle anticipée.

L’Egypte divisée

Le pays reste depuis plusieurs jours profondément divisé entre pro et anti-Morsi. L’armée déployée en force dans les principales villes du pays tente de prévenir de nouveaux affrontements meurtriers.

La puissante confrérie des Frères musulmans, cible d’une campagne de répression des nouvelles autorités, a demandé à ses partisans de se mobiliser « par millions » jusqu’au rétablissement dans ses fonctions de Morsi, et pour dénoncer « l’Etat policier » instauré après le « coup d’Etat militaire ».

Dans le camp opposé, sur la place Tahrir, des groupes de manifestants anti-Morsi campent tous les soirs, rejoints par d’autres à la veille d’une nouvelle mobilisation dimanche pour soutenir l’éviction du président islamiste.

Mohamed

AFP

Mondial-2018: Kadyrov accorde la "citoyenneté tchétchène honorifique"

Mondial-2018: Kadyrov accorde la "citoyenneté tchétchène honorifique"

AFP

Liverpool: Klopp évoque une "blessure sérieuse" pour Mohamed Salah

Liverpool: Klopp évoque une "blessure sérieuse" pour Mohamed Salah

AFP

En Egypte, tout le monde s'arrache l'image de Mohamed Salah

En Egypte, tout le monde s'arrache l'image de Mohamed Salah

ministre

AFP

Gabon: le président Bongo "se porte plutôt bien", selon le Premier ministre

Gabon: le président Bongo "se porte plutôt bien", selon le Premier ministre

AFP

Sénégal: le Premier ministre promet au président Macky Sall une réelection au premier tour

Sénégal: le Premier ministre promet au président Macky Sall une réelection au premier tour

AFP

Afrique du Sud: un ministre accuse Zuma d'avoir ouvert la voie

Afrique du Sud: un ministre accuse Zuma d'avoir ouvert la voie