mis à jour le

Ghannouchi « ighanni » et ben jaâfar « iroud 3liih »

Le gourou du mouvement islamiste Ennahdha, Rached Ghannouchi, a fait remarquer que « ce qui se passe en Egypte ne peut se reproduire en Tunisie en raison du timing et du contexte différents », soutenant que « croire en le mouvement Tamarod ( rebellion ) ,en Tunisie qui appelle à la dissolution de l’assemblée constituante ,relève des rêves chimériques ».
Intervenant au 2e congrès du parti Ettakattol dont il ne reste que les miettes,allié d’Ennahdha au pouvoir et dont les travaux ont démarré, vendredi après-midi, au palais des Congrès à Tunis, R.Ghannouchi a affirmé que « le train de la révolution égyptienne se remettra sur les rails », qualifiant la destitution du président islamiste Mohamed Morsi ,de « coup d’Etat » qui rappelle ce qui s’était passé au Venezuela en 2002 lorsque les forces contre-révolutionnaires avaient comploté contre le président Chavez.

Ghannouchi a soutenu que les tunisiens  « doivent se réjouir de cette phase que vit la Tunisie vers la consécration des libertés publiques, individuelles, politiques et médiatiques »

Le secrétaire général du parti Ettakattol, Mustapha Ben Jaâfar a, dans son allocution, assuré que son parti « n’est pas fini contrairement à ce qu’essayent de répandre certains acteurs politiques ».
Ben Jaafar a indiqué que la Tunisie a toujours su « sortir de ses crises, surtout après le traumatisme vécu suite à l’assassinat d’un leader de l’opposition et ancien secrétaire général du Parti des patriotes démocrates unifiés, Chokri Belaid ». « Les acquis réalisés depuis les élections sont peu nombreux, mais positifs puisqu’ils ont évité au pays de dangereuses dérives », a-t-il renchéri.
A noter que la cérémonie d’ouverture à laquelle ont pris part les secrétaires généraux du CPR, l’Alliance démocratique et le parti Al Joumhouri déchiqueté ces derniers jours .

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes