mis à jour le

Un groupe islamiste prêt à la violence après la chute de Morsi

Ryad - Un nouveau groupe islamistes'est constitué en Egypte après la destitution du président Mohamed Morsi et menace d'avoir recours à la violence pourimposer la loi coranique dans le pays, rapporte l'organisationSite spécialisée dans la surveillance des activités terroristesen ligne.

Le groupe, qui a pris le nom d'Ansar al-Charia en Egypte, aannoncé vendredi soir dans un communiqué posté sur internetqu'il allait commencer à rassembler des armes et à entraîner sesmembres en vue d'impose...

Lemag.ma

Ses derniers articles: Lemag.ma vous souhaite une très bonne fête de l’Aïd al-Adha  Pour maigrir, prenez du chocolat !  Un cargo 

Islamiste

AFP

Algérie: le principal parti islamiste accepte de dialoguer avec le président

Algérie: le principal parti islamiste accepte de dialoguer avec le président

AFP

Tunisie: le parti d'inspiration islamiste Ennahdha, entre système et révolution

Tunisie: le parti d'inspiration islamiste Ennahdha, entre système et révolution

AFP

Présidentielle en Algérie: le principal parti islamiste ne présentera pas de candidat

Présidentielle en Algérie: le principal parti islamiste ne présentera pas de candidat

prêt

AFP

Tunisie: le FMI approuve un prêt d'urgence de 745 millions de dollars

Tunisie: le FMI approuve un prêt d'urgence de 745 millions de dollars

AFP

Mali: l'ex-président Amadou Toumani Touré prêt

Mali: l'ex-président Amadou Toumani Touré prêt

AFP

RDC: sept mois après, le premier gouvernement de coalition Tshisekedi-Kabila enfin prêt

RDC: sept mois après, le premier gouvernement de coalition Tshisekedi-Kabila enfin prêt

violence

AFP

Le Mozambique aspiré dans la spirale de la violence jihadiste

Le Mozambique aspiré dans la spirale de la violence jihadiste

AFP

Après la révolution, les Soudanaises espèrent plus de droits, moins de violence

Après la révolution, les Soudanaises espèrent plus de droits, moins de violence

AFP

RDC: le regain de violence empêche de stopper l'épidémie d'Ebola

RDC: le regain de violence empêche de stopper l'épidémie d'Ebola