mis à jour le

Un besoin de 30 000 employés qualifiés d’ici 2014

Les infrastructures devant être réceptionnées l'année prochaine risquent de connaître un déficit handicapant en matière de main-d'½uvre qualifiée. Mohamed Benmeradi, ministre du Tourisme et de l'Artisanat, a présidé, jeudi dernier au Cercle national de l'armée (Beni Messous), la cérémonie de sortie de promotion des écoles de formation sous tutelle du secteur. A cette occasion, il a été procédé à la signature d'un protocole des engagements des premiers emplois en hôtellerie et tourisme pour les premiers lauréats. Les entreprises recruteuses sont 6 entreprises de gestion touristique (EGT), Touring Club Algérie (TCA) et l'agence Shems Tours. Le secteur a besoin de former 30 000 employés qualifiés et de recycler la main-d'½uvre actuelle, vu le nombre de lits devant être réceptionnés en 2014, a indiqué le ministre.  Il faut reconnaître qu'il y a un énorme effort à faire pour la professionnalisation du secteur qui compte un bon nombre d'autodidactes formés «sur le tas». S'il fallait dans le passé parer au plus pressé, ce n'est plus le cas aujourd'hui. On manque de vrais gestionnaires formés et rigoureux.         Les vacances sont devenues au fil des ans un moment important, en famille, seul ou en couple : pas question donc de vivre une expérience décevante. Cela suppose de recruter des collaborateurs possédant une sensibilité client poussée et une parfaite maîtrise de leurs produits pour séduire et faire rêver les consommateurs. Or, les EGT (secteur public) se sont appuyées jusqu'à un passé récent sur des métiers très saisonniers. Les personnes sont souvent embauchées pour une période assez courte, la plupart du temps durant les périodes estivales. La durée de vie professionnelle dans ces cas-là est traditionnellement très courte, tout au moins dans les emplois de salariés et les tâches d'exécution. Pour cette raison, ces emplois sont occupés le plus souvent par des jeunes qui n'ont pas été nécessairement formés pour les occuper. Un hôtel ne peut plus obtenir des étoiles et vivre de cette rente pendant plus de 20 ans, sans évoluer, sans rénover, ni s'adapter aux nouvelles demandes des touristes. En d'autres termes, cette démarche a favorisé l'immobilisme, voire le recul, en n'incitant pas à investir pour moderniser l'offre. Il est temps d'agir. Toute hésitation serait une faute qui serait à juste titre reprochée aux décideurs plus tard (ministres, cadres, Gestour). Le ministre n'a pas manqué, à cette occasion, de souligner «l'importance de renforcer les relations entre les institutions de formation et l'environnement économique. La mise à niveau est importante afin de renouveler les connaissances et développer les moyens d'enseignement en intégrant les nouvelles technologies de l'information et de la communication». Les investisseurs privés ont constaté qu'il est plus facile de réaliser un hôtel que de former un gérant. Le plan qualité tourisme a eu une place de choix dans le Schéma directeur d'aménagement touristique (SDAT), adopté par le gouvernement en mars 2008 en tant que référence politique et stratégique, pour la mise à niveau des infrastructures touristiques et l'amélioration de la qualité des prestations touristiques en les hissant au rang des standards internationaux. Ce plan intègre un plan de formation dont l'objectif est d'améliorer le professionnalisme touristique et, par là, la qualité de l'offre touristique nationale. Il permet de répondre à trois questions : combien former ? Que former ? Quand former ? L'Etat a débloqué 70 milliards de dinars pour la mise à niveau de 63 établissements hôteliers publics dont 12 milliards de dinars pour 8 stations thermales d'envergure nationale. La possibilité de les mettre en partenariat avec des chaînes hôtelières de renom n'est pas à écarter à moyen terme dans la perspective d'un transfert de bonnes pratiques et d'expériences.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

employés

AFP

Tanzanie: les employés d'une morgue éventrent la "mule" pour voler sa drogue

Tanzanie: les employés d'une morgue éventrent la "mule" pour voler sa drogue

AFP

Des employés maliens de la Croix-Rouge enlevés dans le centre du pays

Des employés maliens de la Croix-Rouge enlevés dans le centre du pays

AFP

Soudan: trois employés de l'ONU enlevés au Darfour

Soudan: trois employés de l'ONU enlevés au Darfour