mis à jour le

L’histoire de l’immigration s’est construite sur des illusions

Informer et sensibiliser sur la réalité de la situation que connaissent, encore aujourd'hui, les vieux travailleurs immigrés, dits «célibataires géographiques» (séparés de leurs familles restées au pays). Mais aussi suivre la mise en ½uvre des réformes contenues dans le rapport de la mission d'information parlementaire et pour que ses propositions soient effectivement prises en charge. C'est l'objectif que se sont assigné des associations, à l'instar du Forum France-Algérie (FFA). Dans cette perspective, celui-ci a organisé, jeudi soir, une rencontre-débat en donnant la parole à différents acteurs institutionnels et associatifs, parmi lesquels Danièle Hoffman-Rispal, députée de Paris et vice-présidente de la mission d'information parlementaire sur les personnes âgées immigrées ; Liliane Cappelle, adjointe au maire de Paris, chargée des seniors et du lien intergénérationnel ; Sophie Pradinas-Hoffmann, conseillère d'arrondissement, Paris 11e, chargée de l'intégration et des étrangers extracommunautaires ; Hamou Bouakaz, conseiller et adjoint au maire de Paris en charge de la vie associative et de la démocratie locale ; Khédidja Bourcart, adjointe chargée de l'économie sociale et solidaire, ancienne adjointe au maire de Paris chargée de l'intégration et des étrangers non communautaires, et les associations de solidarité avec les chibanis avec le Café social de Belleville (représenté par Moncef Labidi, son directeur) et la Copaf (représentée par Geneviève Petauton, sa présidente). Victimes d'un mythe Le Forum France-Algérie, entouré d'experts, s'est livré à une analyse de la situation des vieux migrants isolés et, sur la base de cet examen, a fait des préconisations. Il observe au registre «des mythes et des réalités» que l'histoire de cette immigration pèse sur la réalité d'aujourd'hui, qu'elle s'est construite sur des illusions : le provisoire de la migration tant du côté des employeurs que des migrants, avec l'idée d'un retour. La réalité est tout autre. Des logements provisoires ont été construits pour recevoir ponctuellement «cette main d'½uvre de substitution» et «peu nombreuse». Ces logements sont toujours là et leurs occupants pour la plupart également. Ces travailleurs «célibataires géographiques» ont été employés dans le BTP, dans l'industrie et les mines ou dans l'agriculture à des postes peu qualifiés, mal rémunérés, avec des contrats précaires, parfois avec de fausses fiches de paie car non déclarés, particulièrement en tant que saisonniers agricoles. Les conditions de travail ont fragilisé leur santé. Le collectif associatif relève par ailleurs que la «carte de retraité», une «superbe idée en 1998» au moment de sa promulgation alors que Jean-Pierre Chevènement était ministre de l'Intérieur, «prive en réalité son détenteur de droits aux soins». Pour un meilleur accès aux soins, le Forum note l'absence de médiateurs ; l'inadéquation des conditions de logement ayant été conçus pour des résidents considérés comme étant de passage. Des restrictions au droit de vivre en famille ; une faiblesse des moyens financiers alloués à la réhabilitation des foyers. Le FFA préconise une amélioration des relations entre l'administration, les chibanis et les associations qui leur sont proches ; le développement de la médiation sociale pour faciliter l'accès aux droits et notamment aux soins ; améliorer et adapter l'offre de logement social ; assouplir les règles d'attribution des différentes aides sociales ; généraliser la carte de séjour de résident permanent et supprimer la carte de retraité ; reconnaître la liberté de circulation entre la France et le pays d'origine.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien