mis à jour le

Libre Tribune : LES DIX ERREURS À NE PAS COMMETTRE CET ÉTÉ

- Porter le micro short en jean avec des compensées. Ca fait garce de Miami, peste de Marbella, cheap sans Moschino devant. En plus c’est Ramadan donc on y va mollo sur l’étalage de chair.

 

- En vacances, après Ramadan (parce qu’on est super malins, on pose ses congés après le mois passé à glander royalement 5 petites heures par jour devant Criminal Case sur Facebook), on arrête de croire qu’on va se marier avec le DJ, le sauveteur, le seul surfeur sans dread de la plage, le don juan du coin. Non. On peut se marrer, pas se marier. Ces hommes sont là pour que tout le monde en profite, vouloir le confisquer c’est égoïste.

 

- On arrête d’acheter des sneakers à talons parce que c’est en soldes. C’est fini. Out. Trop tard. Pendez vous par les lacets. Vous en avez déjà 3 paires en plus.

 

- On ne dit pas à un garçon “qu’est-ce que tu veux ?”. On lui dit ce que nous on veut, c’est à prendre ou à laisser. Qu’il aille se taper la tête contre tous les murs, même la muraille de Chine. On a ce qu’on mérite. Et si c’est râteau c’est pas grave, la nana green c’est in.

 

- On n'arrête pas le sport parce que c’est les vacances, Ramadan, je suis fatiguée. On continue à activer les capitons pendant les séances de torture. Gym aquatique, hot yoga, course sur les mains, équitation à mulet, ce que vous voulez mais bronzer ne fait pas maigrir, et le ftour non plus.

 

- On lit autre chose que des magazines. A la rentrée, on aura plein d'autres choses à déblatérer en société que les mariages prévus pour septembre octobre.

 

- On met de la crème solaire. Le bronzage poisson pané à la Pamela Anderson c’est old fashioned. Vous finirez fripée comme une chemise de mec sans maman. Gommez, protégez, huilez, hydratez, votre corps se souvient de tout. Même des thons que vous lui proposez, d’ailleurs c’est parfois la cause de l’urticaire.

 

- En soirée, sont interdits : l’association décolleté cuisses libérée offerte à la couche d’ozone, le logo apparent genre attention ma CB passe, assortir les chaussures au sac, les trois couches de fond de teint sponsorisé Colorado.

 

- Se prendre la tête. C’est l’été c’est léger. C’est qu’une fois dans l’année. Donc on range son téléphone, on ne check pas ses mails toutes les trois minutes, on oublie twitter, facebook, instagram, pinterest, même si c’est pour s’exhiber en burqini rose fushia, la cheville svelte. Si on est à deux, fille ou garçon, on en profite pour ne pas s’engueuler, si on est seul on en profite pour se réconcilier avec soi-même. Y’a rien de pire que se faire la gueule à soi-même. Parce que vous ne pouvez normalement pas vous éviter.

 

- On ne se fait pas le même été que l’été dernier. Même personnes, mêmes endroits. On teste une aventure folle, une destination inconnue, valises Vuitton ou sac à dos peu importe. On se fabrique des souvenirs, mais on ne zappe pas d’aller faire son visa avant, quand même, ça serait dommage.

 

ST

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

tribune

AFP

Presse économique: La Tribune se lance en Afrique

Presse économique: La Tribune se lance en Afrique

La rédaction

Tribune Libre. Enseignement en Algérie : Entre la qualité d’hier et la quantité d’aujourd’hui

Tribune Libre. Enseignement en Algérie : Entre la qualité d’hier et la quantité d’aujourd’hui

Ecologie

L'arbre est la solution

L'arbre est la solution

été

AFP

Nigeria: "Nous n'avons été chassés de nulle part", affirme le chef de Boko Haram

Nigeria: "Nous n'avons été chassés de nulle part", affirme le chef de Boko Haram

AFP

CAN-2017: pour Joseph-Antoine Bell, le tirage "n'a jamais été aussi bon" pour le Cameroun

CAN-2017: pour Joseph-Antoine Bell, le tirage "n'a jamais été aussi bon" pour le Cameroun

AFP

Mali: libération d'un animateur radio dont la détention a été marquée par de violents heurts

Mali: libération d'un animateur radio dont la détention a été marquée par de violents heurts