mis à jour le

Mali -UE : A L’HEURE DE LA CONCRETISATION DES ENGAGEMENTS

Notre pays vient de recevoir un premier décaissement d'environ 59 milliards Fcfa au titre de l'appui budgétaire promis par l'Union européenne, lors de la Conférence des bailleurs de fonds à Bruxelles

Les partenaires techniques et financiers continuent à se mobiliser pour la relance économique et le développement de notre pays. Après le succès de la conférence des donateurs à Bruxelles le 15 mai dernier et les importantes promesses faites des partenaires techniques et financiers à travers la coopération bilatérale et multilatérale, l'heure est à la concrétisation des engagements.

Après, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, il y a deux semaines à travers le financement du programme sélectif d'appui au redressement post-conflit et de soutien des objectifs de développement à long terme à hauteur de près de 28 milliards Fcfa, c'est au tour l'Union européenne de mobiliser un important fonds de 90 millions d'euro soit environ 59 milliards Fcfa.

La signature de cet accord de convention est intervenue hier, entre le gouvernement à travers le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Tiéman Coulibaly et le chargé des affaires de l'Union européenne, Bertrand Soret. C'était en présence des membres du gouvernement, des diplomates de l'Union européenne et des représentants des partenaires techniques et financiers de notre pays.

Cette signature de convention intervient juste 50 jours après la conférence des bailleurs de fonds de Bruxelles au cours de laquelle l'UE avait décidé d'allouer à notre pays 520 millions d'euros (341 milliards Fcfa) dont 220 millions d'euros (Plus de 144 milliards Fcfa) sous forme d'appui budgétaire. C'est un premier décaissement de 90 millions d'Euro (environ 59 milliards de Fcfa) que notre pays vient de recevoir. Cet appui budgétaire entre donc dans le cadre du contrat d'appui pour la consolidation de notre pays qui est un instrument conçu avec l'objectif de soutenir le processus de transition en garantissant au gouvernement des moyens budgétaires additionnels dans un contexte post crise, marqué par une situation économique difficile. Il s'agit surtout d'un instrument conjoncturel, mais également axé sur les perspectives futures, en matière de reconstruction, de relance économique, d'amélioration de la gouvernance dans le domaine de la sécurité alimentaire et de la lutte contre la corruption.

Pour le chargé des affaires de l'UE, cet appui vise à contribuer à une prévisibilité accrue des ressources étatiques, en étalant cet appui sur deux années de la transition qui correspondent au plan de relance présenté par les autorités maliennes à Bruxelles. « Cet appui budgétaire repose sur quatre critères fondamentaux : la mise en ½uvre de la feuille de route notamment la poursuite des processus électoral et de réconciliation ; la stabilité macroéconomique, dans une optique de durabilité ; la poursuite des reformes en matière de gestion des finances publiques et la transparence budgétaire, symbole de crédibilité.

 Au delà, cet appui vise plusieurs secteurs clés, notamment la décentralisation avec objectif d'apporter des moyens importants pour la reconstruction et l'appui aux collectivités locales au nord, l'activité économique, l'accès à l'eau, la santé, la sécurité alimentaire, la justice etc. », a t-il dit, tout en assurant l'engagement de l'UE à accompagner notre pays dans ses efforts de relance.

Tout en saluant les efforts de transparence et de bonne gestion du budget entrepris par le département des Finances depuis le début de la crise, Bertrand Soret a indiqué que l'UE prend acte du réaménagement gouvernemental du 21 juin et assure que ce remaniement n'est pas de nature à affecter la coopération entre son institution et notre pays. « Mais en tant que contributeur au budget de l'Etat, le rôle de l'Union européenne est de rappeler constamment son attachement à la bonne gouvernance et à l'amélioration constante de la gestion des finances publiques. Ainsi, dans le cadre ce son appui budgétaire, l'UE est attentive à ce que le budget de l'Etat soit orienté vers les besoins des populations. De même, qu'elle suivra de près l'exécution du budget sur la base de la loi des finances rectifiée d'avril dernier. Elle sera attentive à ce que ce budget respecte la règlementation en vigueur en particulier en ce qui concerne la passation de marchés en s'assurant qu'il n y a pas d'utilisation abusive des procédures d'urgence », a insisté le diplomate. Il a indiqué que son institution démarrera prochainement un appui au mécanisme de contrôle de passation des marchés et des dépenses de l'Etat.

L'Union européenne honorera ses engagements envers notre pays a assuré Bertrand Soret. « Chacun doit respecter sa part du contrat pour le renouveau du Mali. Le Mali, il n y a pas de doute est sur la bonne voie pour construire une nation unie et un environnement de paix propice au développement. De même, nous sommes persuadés que les élections du 28 juillet permettront d'ouvrir un nouveau chapitre pour la démocratie malienne » a t-il dit.

Le ministre des Affaires étrangères a ainsi remercié l'institution européenne pour son accompagnement et son soutien à notre pays au plus fort de la crise. Il a réaffirmé l'engagement du gouvernement à travailler dans le rétablissement du fonctionnement normal de l'administration publique et la restauration des capacités de l'Etat à fournir des services sociaux de base, notamment la santé et l'éducation et l'appui à la création des conditions nécessaires à une reprise rapide de l'économie. Tiéman Hubert Coulibaly a réaffirmé l'engagement du gouvernement à poursuivre les efforts déjà entamés dans la bonne gestion des finances publiques et l'exécution correcte du budget d'Etat. Cet important fonds, indiquera t-il est d'une importance capitale pour notre pays pour relancer des actions de développement aussi bien économiques que sociales.

En marge de cette signature, l'UE et notre pays ont signé un accord de déploiement des 70 observateurs européens ainsi que des parlementaires européens pour superviser le processus et les opérations électorales.

D. DJIRE

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

Mali

AFP

Le Mali achève l'installation des chefs intérimaires dans le Nord

Le Mali achève l'installation des chefs intérimaires dans le Nord

AFP

L'état d'urgence rétabli au Mali pour dix jours

L'état d'urgence rétabli au Mali pour dix jours

AFP

Avec "Lamomali", -M- déclare sa flamme au Mali

Avec "Lamomali", -M- déclare sa flamme au Mali