mis à jour le

Tunisie : le parti d'opposition Nida Tounes réclame la démission du gouvernement

Au lendemain du coup d'Etat militaire en Egypte contre le Président Mohamed Morsi, issu de la confrérie des Frères musulmans, Nida Tounes, le parti d'opposition tunisien, dirigé par l'ex-Premier ministre Beji Caïd Essebsi, a réclamé jeudi le départ du gouvernement dirigé par les islamistes d'Ennahda. Le parti réclame "la dissolution du gouvernement et la formation d'un gouvernement de salut national". Il dénonce aussi "l'absence de légitimité" de l'équipe actuelle et "l'intransigeance du mouvement (islamiste) Ennahda" qui selon lui encourage la violence. Le parti dénonce également la rédaction de la Constitution, qui n'avance pas depuis plus d'un an et demi, appelant à ce qu'elle soit confiée à une "commission technique".

Afrik

Ses derniers articles: La dépouille de Thomas Sankara exhumée, le Burkina Faso retient son souffle  L'Arabie Saoudite classe l'Algérie sur liste noire du financement du terrorisme  La Premier League, nouvelle terre d'accueil des joueurs africains 

Tunisie

AFP

La Tunisie veut lutter contre le travail des enfants

La Tunisie veut lutter contre le travail des enfants

AFP

Le DJ mixe l'appel

Le DJ mixe l'appel

AFP

"Upon the shadow" veut changer le regard sur l'homosexualité en Tunisie

"Upon the shadow" veut changer le regard sur l'homosexualité en Tunisie

démission

AFP

Afrique du Sud: les appels

Afrique du Sud: les appels

AFP

Réforme constitutionnelle au Bénin: démission du ministre de la Défense

Réforme constitutionnelle au Bénin: démission du ministre de la Défense

AFP

Afrique du Sud: démission de Gerrie Nel, procureur du procès Pistorius

Afrique du Sud: démission de Gerrie Nel, procureur du procès Pistorius

gouvernement

AFP

Mali: le ministre de la Défense nommé chef du gouvernement

Mali: le ministre de la Défense nommé chef du gouvernement

AFP

Nouveau gouvernement au Maroc après six mois de blocage

Nouveau gouvernement au Maroc après six mois de blocage

AFP

Cinq mois après les législatives, le Maroc toujours sans gouvernement

Cinq mois après les législatives, le Maroc toujours sans gouvernement