mis à jour le

Le commerce des « Morchidines » doit être déclaré illicite et hors la loi

Le peuple, avec l’appui de l’armée, a repris le pouvoir une Égypte. Une seule année a été suffisante pour montrer au monde que les islamistes ne savent ni gouverner ni faire de la politique. Une année était suffisante pour vider les caisses de l'État égyptien, accentuer la pauvreté, favoriser le clan salafiste, diffuser la haine, réduire les libertés, restreindre la réflexion et tuer l’espoir.
Jouer les victimes est plus facile qu’exercer le pouvoir! Macha’Allah et Allah ghaleb n’ont pas aidé le peuple « ghelbène  » à relever la tête.
Ce qui devrait arriver arriva! Les trompés, les bafouillés, les méprisés, les volés ont décidé de reprendre le pouvoir et l’arracher à ceux qui en ont abusé sans se soucier de leur malheur ni de leur détresse.
Morsi, qui n’était qu’une doublure d’un autre faux frère, a repris , par la force des hommes, sa place dans la poubelle de l’histoire.
Cependant, Il reste un problème de taille à résoudre. L’Égypte est un pays à la dérive. Il faudrait donc redonner un nouvel espoir à 90 millions d’âmes!!
Déloger un primitif n’est certes pas une mince affaire , mais donner du bien être à toute une population en est une grande. Il est impératif de se retrousser les manches et de se consacrer au travail et à la construction en se contentant de peu dans un premier temps. Le gouvernement doit veiller à la bonne répartition des richesses et à la destruction de ce cancer de favoritisme et de clientélisme qui ont gangréné la société égyptienne.
Il n y a nullement de temps à perdre entre les tergiversions des uns et les envies des autres. Tout le peuple doit regarder dans la même direction : celle de sauver l'Égypte!
Aujourd’hui, le monde arabo-musulman a eu la preuve de l’échec de l’islam politique. Il doit donc prendre ses responsabilités et s’engager dans la construction d’une nouvelle société ou seule l’intelligence de l’homme est le vrai moteur. La religion doit rentrer dans les mosquées, les églises, les synagogues etc qui doivent être préalablement nettoyées des « religieux ». Le commerce des « morchidines » doit être déclaré illicite et hors la loi.

Il est impératif de redéfinir la notion de « hawiya » et « oumma » et de se débarrasser des slogans stupides tels que « al gharb el kafer », « berou7 beddam nefdik ya foulen », et d’abandonner les discours fleuves mais sans aucune consistance.
Pour qu’un pays tienne, il faut qu’il tire sa force de la cohésion de son peuple. Cette cohésion ne peut se faire qu’autour d’une justice indépendante. C’est le premier chantier à réaliser pour que la victoire d’un jour s’éternise à jamais. La constitution ne peut être rédigée par des revanchards ni modelée suivant des critères ethniques ou religieux. Son écriture doit être confiée à des experts de vaste culture et de solide formation.
En Tunisie, Le mouvement « Tamarrod » doit prendre la mesure de sa démarche et ne peut agir sur un seul registre : celui de renverser le pouvoir. Dans sa démarche, il faut qu’il prépare les bases d’une gouvernance intelligente, utile, citoyenne, consciente et bien constructive.
Renverser le pouvoir en place ne peut être bénéfique que s’il est accompagné d’un vrai projet de société moderne, ouverte et optimiste. C’est de cette manière et uniquement de cette manière que l’espoir renait et les ambitions se construisent..
Bonne chance et vive la liberté.
!..AH..!
Par Ali Gannoun

commerce

AFP

La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se convertit au commerce équitable

La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao, se convertit au commerce équitable

AFP

L'Afrique appelle

L'Afrique appelle

AFP

Le Nigeria, nouvelle plaque tournante du commerce de peau d'âne

Le Nigeria, nouvelle plaque tournante du commerce de peau d'âne

loi

AFP

La Tunisie vote sa première loi contre le racisme

La Tunisie vote sa première loi contre le racisme

AFP

Maroc: entrée en vigueur d'une loi contre les violences faites aux femmes

Maroc: entrée en vigueur d'une loi contre les violences faites aux femmes

AFP

En Tunisie, un projet de loi pionnier pour l'égalité homme-femme dans l'héritage

En Tunisie, un projet de loi pionnier pour l'égalité homme-femme dans l'héritage