mis à jour le

«Je préfère céder la place à la jeune génération»

Vous m'avez fait un grand honneur en vous déplaçant jusqu'ici, devant chez moi», a lancé, hier en fin d'après-midi, l'ancien président de la République, Liamine Zeroual, à ceux qui attendaient dehors sa réponse à leur doléance quant à son retour à la tête du pays. Faisant preuve de courtoisie, il est sorti sur le perron de sa demeure pour saluer les quelque 200 personnes qui, en le voyant, ont scandé «Zeroual président». Submergé par l'émotion de voir tout ce monde qui l'attendait, il n'a pu se retenir de verser quelques larmes. L'audience qu'il a accordée au comité de soutien à sa candidature a duré plus de 2 heures 30. Une vingtaine de personnes - représentants de la société civile venus d'Alger et fils de chouhada - ont en effet été reçus mais ne sont pas arrivés à infléchir sa position. «J'ai 72 ans et je préfère céder la place à la jeune génération», leur a-t-il répondu. Selon les déclarations faites par les membres de la délégation à leur sortie de l'entrevue, M. Zeroual leur a exprimé le grand respect qu'il voue au peuple sans lequel il n'y aurait jamais eu d'indépendance et auquel il croit profondément. Il n'a pas tari d'éloges sur le geste entrepris par cette frange de la société venue de 25 wilayas (Tlemcen, Tamanrasset, Chlef, Tizi Ouzou, Mostaganem, Annaba, Guelma, Ghardaïa, Bouira, Alger, Tissemsilt....). L'ex-président de la République a déclaré de manière solennelle qu'il était prêt «à sacrifier la dernière goutte de son sang pour le pays». Rappelons que le comité de soutien à la candidature de Liamine Zeroual est né la semaine dernière à Batna et est composé d'enfants de chouhada et de représentants de la société civile.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

jeûne

AFP

Jeune Noir enfermé dans un cercueil: 2 Sud-africains blancs détenus

Jeune Noir enfermé dans un cercueil: 2 Sud-africains blancs détenus

AFP

Le festival de Carthage sacre

Le festival de Carthage sacre

AFP

Réfugiés: plus d'un jeune sur deux est déscolarisé

Réfugiés: plus d'un jeune sur deux est déscolarisé