mis à jour le

Accès à l’eau et l’assainissement : UNE NOUVELLE INITIATIVE POUR LES FEMMES

L'Agence intergouvernementale panafricaine Eau et Assainissement pour l'Afrique (EAA) qui est l'ancien Centre régional pour l’eau potable et l’assainissement (CREPA) et la Coopérative des femmes pour l'éducation, la santé familiale et l'assainissement (COFESFA), en partenariat avec l'Agence de planification et de coordination du NEPAD et le Fonds espagnol, viennent de lancer un nouveau projet pour les femmes: le Projet de résorption des inégalités homme-femme dans l'accès aux avantages des services d'eau, d'hygiène et assainissement.  La cérémonie de lancement du projet a eu lieu samedi à la mairie de la commune rurale de Bancoumana.

Ce projet vise à offrir aux femmes, des opportunités pour l'amélioration de leur statut et leur pouvoir à travers une gestion équitable du secteur de l'eau, l'hygiène et l'assainissement. Il sera exécuté dans cinq pays : Bénin, Guinée Bissau, Niger, Togo et Mali.

« Pour sa réussite, il faut l'implication des femmes qui sont aussi importantes tant par leur nombre que par les rôles qui leur sont  dévolus par la société africaine dans une juste mesure au niveau décisionnel », a souligné le représentant résident de l'EAA au Mali, Youssouf Cissé. Celui-ci a salué l'accompagnement des femmes de la Cofesfa, particulièrement le chef de projet santé communautaire de base, Mme Sylla Fatim Daou.

La porte-parole des femmes de Bancoumana, Mme Traoré Djénéba Coulibaly, conseillère municipale a, au nom des autres femmes de la localité, pris l'engagement de soutenir le Projet de résorption des inégalités homme-femme dans l'accès aux avantages des services d'eau, d'hygiène et assainissement. « La femme, c'est la propreté et sans eau, on ne peut pas parler d'assainissement »,   a-t-elle schématisé.

La représentante du ministère de la Famille, de la Promotion de la Femme et de l'Enfant, Mme Haïdara Bernadette Keïta, a souligné que le gouvernement, à travers sa politique nationale  du genre, entend concrétiser l'édification d'une société démocratique et d'un Etat de droit dans lequel l'égalité entre les femmes et les hommes constitue une valeur fondamentale, telle que mentionnée dans la Constitution.

Elle a par ailleurs reconnu que malgré les efforts consentis par le gouvernement et ses partenaires, le taux de couverture nationale en eau potable reste à améliorer. La plupart des populations en milieu rural utilisent encore les puits comme source d'approvisionnement en eau. Les pannes récurrentes des installations sont dues essentiellement à la non appropriation du système de maintenance préventive par les bénéficiaires.

Basée au Burkina Faso, l'Agence intergouvernementale panafricaine Eau et Assainissement pour l'Afrique (EAA) compte 32 pays. Elle travaille à améliorer les conditions de vie des populations par le biais de l'alimentation en eau potable et de l'assainissement et des technologies appropriées.

Abdourhamane TOURE

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

accès

AFP

Ethiopie: le gouvernement dénie

Ethiopie: le gouvernement dénie

AFP

L'Ethiopie accorde

L'Ethiopie accorde

AFP

Ethiopie: l'ONU réclame un accès humanitaire urgent au Tigré

Ethiopie: l'ONU réclame un accès humanitaire urgent au Tigré

nouvelle

AFP

Dans le nord-ouest du Nigeria, les enlèvements d'élèves, nouvelle manne des groupes criminels

Dans le nord-ouest du Nigeria, les enlèvements d'élèves, nouvelle manne des groupes criminels

AFP

Limogeage de la nouvelle PDG de Tunisair

Limogeage de la nouvelle PDG de Tunisair

AFP

Afrique du Sud: Zuma snobe une nouvelle fois la commission anti-corruption

Afrique du Sud: Zuma snobe une nouvelle fois la commission anti-corruption

femmes

AFP

En Afrique du Sud, des femmes s'arment contre la violence

En Afrique du Sud, des femmes s'arment contre la violence

AFP

Covid-19 en RDC:

Covid-19 en RDC:

AFP

A Bisober, au Tigré, les soldats "ont séparé les femmes des hommes"

A Bisober, au Tigré, les soldats "ont séparé les femmes des hommes"