mis à jour le

Coup d’Etat acte II: Doit-on craindre une chasse aux Frères?

L’armée égyptienne dit retenir le président Morsi de façon préventive. D’après le journal al-Ahram, la police égyptienne a ordonné l’arrestation de 300 membres des Frères musulmans, le mouvement du président Mohamed Morsi écarté dans la nuit par l’armée. Faut-il voir dans cette répression immédiate une volonté de prévenir et éviter des affrontements entre pro et anti- Morsi? Ou la marque d’une vengeance politique de l’armée? Quelques heures après l’annonce télévisée du ministre de la Défense le général Abdel Fatah al-Sisi, circulait sur les réseaux sociaux une vidéo très étrange. Postée le 3 juillet sur Youtube et titrée « l’arrestation de Morsi », cette vidéo montre le président Morsi debout derrière son bureau. Devant lui, des militaires et des civils surexcités. Il s’avère que cet enregistrement est antérieur aux derniers événements. Beaucoup y on cru.

Manifestation pro-Morsi, le 3 juillet, au Caire. REUTERS/Khaled Abdullah

Le risque d’embrasement est réel: le président n'a pas dit qu'il acceptait sa défaite et des affrontements entre partisans du président Morsi et forces de l’ordre ont éclaté au nord du pays, notamment à Alexandrie et Marsa Matrouh. Certains craignent que les Frères musulmans ne cèdent pas et déstabilisent le pays, comme ce fut le cas en Algérie. Pendant une interminable décennie, le bras armé du Front islamique du Salut (FIS, aujourd’hui dissous) s’était opposé au gouvernement algérien. L’Armée islamique du salut s’était formée à la suite de l’interruption du processus électoral législatif de 1991. Comme les Frères musulmans en Egypte, le FIS bénéficiait de la « légitimité des urnes ». Le 26 décembre 1991, au premier tour des premières élections législatives pluralistes qu'a connu l'Algérie depuis l'indépendance, le Front islamique du Salut rafle 188 sièges, soit 47,4% des voix. Quelques jours plus tard, le scrutin est annulé. Presque aussitôt, les massacres et les attentats ensanglantent le pays.

« Le risque de scénario à l’algérienne est réel en Egypte »,assure Tewfik Aklimendos, chercheur au Collège de France et spécialiste de l'armée égyptienne. On ne peut pas écarter l’hypothèse d’une radicalisation des Frères ou l’instrumentalisation d’un groupe tiers pour semer le trouble dans le pays. »Il est cependant trop tôt pour le dire. Tout dépendra de la stratégie des Frères musulmans dans les jours à venir, et de l’attitude de l’armée à son égard. Les Frères musulmans ne peuvent plus être marginalisés, comme au temps d’Hosni Moubarak. La question qui demeure: les Frères et l’armée sont-ils prêt à jouer le jeu de la politique?

Il n’est pas certain que l’armée égyptienne prône l’ouverture, même si celle-ci a été acclamée dans la nuit par des millions de manifestants dans les rues du Caire. Si certains exultent de voir partir un régime dont il redoutait les penchants théocratiques et autoritaires, d’autres s’inquiètent de voir l’armée confisquer une seconde fois la révolution. Face à une opposition bariolée, sans figure de proue à sa tête, l’armée est la seule institution capable de donner le tempo. Les Égyptiens impulsent, l’armée achève. Ils n’ont pas oublié la transition chaotique du Conseil suprême des forces armées (CSFA) de février 2011 à juin 2012: test de virginité, répression meurtrière, tribunaux militaires, tortures… A cette époque, des manifestants réclamaient la chute de l’institution militaire aux commandes du pays. Un an plus tard, un sondage montre que 82% des Égyptiens souhaitent le retour de l’armée pour barrer la route aux Frères musulmans. « L’armée a renouvelé son personnel après la mise à la retraite de l’ancien chef du CSFA et ministre de la Défense le maréchal Mohamed Hussein Tantaoui. C’était la seule institution à pouvoir répondre à la volonté des millions d'Égyptiens descendus dans la rue pour demander la démission de Mohamed Morsi. Je crois que l’armée a tiré les leçons de ses erreurs passées », précise Tewfik Aklimendos.

De son côté, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a estimé « préoccupante » l’intervention de l’armée pour renverser le président égyptien. L’Union européenne a appelé de son côté toutes les parties en Egypte à « retourner rapidement au processus démocratique », notamment par la tenue de nouvelle élection présidentielle. Au lendemain d’un coup d’Etat militaire et de la mise à l’écart du président élu il y a un an, l’avenir de l’Egypte est en suspens.

Nadéra Bouazza

Slate Afrique les blogs

Ses derniers articles: Tunisie : Le retour de la censure sur le Net?  Tunisie : Le retour de la censure sur le Net?  Egypte: hommage paradoxal aux manifestants anti-régime militaire 

chasse

AFP

Nigeria: l'armée chasse Boko Haram d'un de ses derniers bastions

Nigeria: l'armée chasse Boko Haram d'un de ses derniers bastions

AFP

Liberia: la mer chasse les habitants du plus grand bidonville

Liberia: la mer chasse les habitants du plus grand bidonville

AFP

Zimbabwe: la chasse de l'éléphant de plus de 50 ans par un touriste était légale

Zimbabwe: la chasse de l'éléphant de plus de 50 ans par un touriste était légale