mis à jour le

Autant le dire… : Vous avez bien entendu, Monsieur le maire ?

Les taximen, dans leur lutte contre le transport de passagers par les taxi-motos ne sont pas allés avec le dos de la cuillère pour dire leurs vérités à l'autorité communale. Selon leur porte-parole, c'est l'autorité qui ne fait pas son travail. En d'autres termes, si l'autorité avait résolument décidé de faire respecter le décret présidentiel portant interdiction de transport de passagers par les taxi-motos, ces derniers n'oseraient pas le faire. Pour eux, c'est clair, l'autorité ne fait pas son travail.

Ils sont même allés plus loin en ajoutant que, si les taxis continuent de rouler au gaz domestique, c'est tout simplement parce que l'autorité ne veut pas les contraindre à abandonner cela. Cerise sur le gâteau, comme pour parachever leur réquisitoire, ils concluent qu'à Ouagadougou rien de tout cela ne se passe. Les taxi-motos n'osent pas transporter des passagers et traverser la ville. De même, aucun taximan ne s'hasardera à remplir son coffre de bouteilles de gaz domestique parce qu'il roule au gaz. Vous avez bien entendu, monsieur le maire ? Est-on tenté de dire.

En effet, cela doit être une leçon pour l'autorité communale qui a souvent tendance à confondre la gestion proprement dite d'une communauté en générale et le paternalisme. Il est ainsi fait que les hommes ne sont intéressés en réalité que par leurs intérêts. Il y a belle lurette que les taxis roulent au gaz. Plusieurs rencontres, initiées et présidées par le gouvernorat ont eu lieu sur la question. Mais l'application de la mesure a toujours été remise à plus tard. Au jour d'aujourd'hui, l'utilisation du gaz comme source d'énergie par les taxis est devenue une véritable habitude, voire un phénomène contre lequel il sera difficile de lutter. A moins. Et comme l'ont souligné les taximen, l'autorité a laissé faire. Aussi, si les taxi-motos sont interdits de transport de passagers, il faut mettre fin à cela. Le temps de la sensibilisation est bien passé. Si le gaz ne doit pas être utilisé comme « carburant » dans les taxis, il faut faire arrêter le phénomène et ne pas attendre le jour où il y aura un incident (touchons du bois) pour dire « on avait parlé de ça », ou encore « c'est la volonté de Dieu ». L'occasion faisant le larron, l'autorité doit la saisir pour mettre fin, une fois pour toutes à l'occupation anarchique du domaine public. On a ainsi l'impression qu'à Bobo, chacun choisit l'endroit qui lui plaît et il y installe ce qu'il veut.

Des rues ou des parcelles à usage d'habitation ont été transformées en garage, avec toutes les nuisances et pollution que cela cause aux citoyens. Des mesures ont été prises sur la question, mais apparemment personne ne les respecte et il n'y a rien. Des stations d'essence sont transformées en gares routières avec tout le danger que cela comporte (l'essence étant très inflammable). On regarde, en attendant qu'un jour il y ait problème. De la place de la Femme au pont d'Accart-ville en empruntant les boulevards Félix Houphouët-Boigny, Félix Eboué et de l'Indépendance, les camions de transport de marchandises causent d'énormes accidents. Et cela dure depuis des années. Quand survient un accident, on se lamente et puis après, rien. Il faut prendre les mesures qui s'imposent pour sécuriser les usagers dans la circulation. Ailleurs, on aura construit des ralentisseurs sur cette voie, fut-elle nationale ou internationale.

Les taximen n'ont sans doute pas tort d'accuser l'autorité de façon générale et l'autorité municipale en particulier. Seulement, ce que nous devons savoir, est que si chacun joue convenablement sa part de citoyenneté, il ferait mieux vivre dans notre ville. L'autorité n'étant en réalité qu'un coordonnateur, un régulateur de nos actes.

Dabaoué Audrianne KANI

L'Express du Faso

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

maire

AFP

Afrique du Sud: le nouveau maire de Johannesburg veut tourner la page de l'ANC

Afrique du Sud: le nouveau maire de Johannesburg veut tourner la page de l'ANC

AFP

Rwanda: un ancien maire condamné

Rwanda: un ancien maire condamné

AFP

Maire de Palerme: "Nous vivons un génocide" en Méditerranée

Maire de Palerme: "Nous vivons un génocide" en Méditerranée