mis à jour le

Burkinabè de l'Espagne : Le consul évite in-extrémiste la déchirure

Les Burkinabè vivant en Espagne étaient partis pour s'entredéchirer. Pour cause, l'élection de leur délégué du Conseil supérieur des Burkinabè de l'étranger qui a porté Wahabo Sigué de Alméria à la tête de la présidence pour un mandat de 3 ans. Les 3 autres candidats en lice n'étaient pas pourtant prêts à déposer les armes. Sous les bons auspices du consul du Burkina à Barcelone, Josep Maria Simon i Comalada les contestataires sont revenus à de meilleurs sentiments.

Ce n'était qu'une banal élection d'un délégué du Conseil supérieur des Burkinabè de l'étranger dira-t-on. Mais l'après-élection de Wahabo Sigué, président de ladite structure, était si agitée que l'affaire prenait des proportions inquiétantes avec des risques certains de débordements. Interpellé par la situation, le consul honoraire du Burkina à Barcelone, Josep Maria Simon i Comalada jouera le pompier.

C'est au terme d'une rencontre marathon de près de 4 heures que le Consul honoraire du Burkina à Barcelone a pu réconcilier les candidats, étouffant ainsi une campagne qui s'annonçait houleuse. Des 4 candidats en lice, Lamine Ouédraogo, venu de Madrid, Rosalie Bélemtougri de Gironne et Wahabo Sigué venus de Alméria ont pu répondre à l'appel du consul pour les négociations. Le candidat de Valence, Roland Zongo Sanou dont l'absence a été excusée s'était néanmoins engagé à respecter les termes de la rencontre.

Les protagonistes ont dressé un programme commun né de la synthèse de leurs différents programmes. Le président Wahabo Sigué peut alors commencer son mandat. Le Burkina-Faso est l?un des pays oubliés par les statistiques au pays des double champions d?Europe et de la Coupe du monde.

Les 1022 Burkinabè environ, en situations régulière et entre 200 et 300 en situation irrégulière sont comme inexistants en Espagne ! Le consul du Burkina à Barcelone, le catalan, Josep Maria Simon i Comalada a donc pris la résolution d'aider le nouveau délégué à « un recensement impératif de tous les Burkinabè vivants en Espagne sans exclure les sans-papiers » selon les mots du diplomate. Il sera question d'identifier toutes les associations de Burkinabè existant sur le territoire espagnol afin de leur donner légalité, dynamisation et reconnaissance.

Le consul a engagé le délégué et les Burkinabè de l'Espagne sur une voie de formation de base aux volontaires, dans un certain nombre de domaines qui pourront leur permettre, une fois de retour au pays, de pouvoir exercer avec des diplômes reconnus. Il annonce aussi la création d'une Journée des Burkinabè d'Espagne pour donner plus de visibilité à nos compatriotes.

Ces initiatives prises par le Consul et qui seront réalisées de concert avec la délégation du Conseil supérieur des Burkinabè de l'étranger ont fini par réconcilier les protagonistes. Dans la même foulée, le consul a rencontré des responsables d'associations de Gironne, Sabadell, Barcelone.

Le consul a souhaité, lors de cette rencontre, pouvoir disposer d'informations précises sur la vie des Burkinabè pour pouvoir être très proche d?eux et ainsi, apporter son assistance en cas de besoin. « A l?issue des 2 journées de travail, je reste très optimiste quant à l'identification et au recensement de tous nos ressortissants. Mon bureau et mon téléphone sont ouverts 24 sur 24 à tous les Burkinabè.

Le consulat n'est pas fait que pour délivrer les visas mais pour tenter de solutionner nos difficultés au quotidien », a souligné le Consul. Le nouveau délégué lui, se félicite de l'issue de la crise. "Je suis très content de l'initiative du consul, cela ma permis de connaître de près, les autres candidats qui étaient à la course avec moi. Je ne vais plus les perdre de vue car c'est ensemble qu?on peut réussir".

Adama SOURABIE
correspondant depuis Barcelone ([email protected])
Sidwaya