mis à jour le

Le roi des Belges, Albert II, annonce sa décision d’abdiquer

Le roi des Belges, Albert II, a annoncé mercredi, dans une allocution à la nation, son “intention d’abdiquer” le 21 juillet, jour de la fête nationale, en faveur de son fils aîné, le prince Philippe.

“C’est avec sérénité et confiance que je vous fais part de mon intention d’abdiquer ce 21 juillet 2013, jour de notre fête nationale, en faveur du prince héritier, mon fils Philippe “, a déclaré le roi Albert, en justifiant sa décision par son âge (79 ans) et ses problèmes de santé après vingt ans sur le trône.

“Je constate que mon âge et ma santé ne me permettent plus d'exercer ma fonction comme je le voudrais”, a-t-il dit dans une allocution retransmise par les principales chaînes de télévision et de radio du royaume.

“Après 20 ans de règne, j'estime donc que le moment est venu de passer le flambeau à la génération suivante. Je constate que le prince Philippe est bien préparé pour me succéder. Il jouit avec la Princesse Mathilde de toute ma confiance”, a-t-il ajouté. Philippe est âgé de 53 ans.

“Ce fut pour moi un honneur et une chance d'avoir pu consacrer une large partie de ma vie au service de notre pays et de sa population”, a précisé le roi dans cette déclaration enregistrée au palais royal.

Né le 6 juin 1934, le deuxième fils de Léopold III et de la reine Astrid était devenu le sixième monarque belge le 9 août 1993, après le décès inopiné de son frère, le roi Baudouin, qui n’avait pas eu d’enfant.

Albert II est le premier souverain belge à quitter volontairement le pouvoir dans l’histoire du pays

LNT

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

roi

AFP

Lesotho: le roi appelle

Lesotho: le roi appelle

AFP

Le roi du Maroc se pose en défenseur des intérêts de l'Afrique

Le roi du Maroc se pose en défenseur des intérêts de l'Afrique

AFP

Le Maroc annonce une série de réformes après des critiques du roi

Le Maroc annonce une série de réformes après des critiques du roi