mis à jour le

« La mémoire est nécessaire pour construire l’avenir. On n’a jamais rien bâti sur l’oubli et le silence » Boubacar Joseph NDIAYE Conservateur de la maison des esclaves de Gorée (Par Tafsir Ndické DIEYE)

Le charismatique Boubacar Joseph NDIAYE est né le 22 octobre 1922 à Rufisque. Sa ville natale est située à 25 km de Dakar sur le littoral atlantique. Son implantation est plus ancienne que Dakar, la capitale du Sénégal. Elle constitue également l'unique voie d'accès à celle-ci, aussi bien par la route que par le chemin de fer.

Historiquement, la Ville de Rufisque a joué un rôle important dans les rapports entre l'Afrique et l'Europe au cours du 18ème siècle. En effet, la Ville de Rufisque servait d'escale pour le Damel du Cayor et les Européens. C'est ainsi que les Hollandais y aménagèrent des comptoirs.

Au milieu du 19ème siècle déjà, la ville, qui comptait, selon Abbé Boilat, environ 10 000 habitants, était sous le contrôle des français désireux de faire de Dakar, toute proche, le centre stratégique pour le contrôle de l'Afrique Occidentale Française (AOF). Mais l'essor de la ville allait s'amplifier avec l'avènement de la traite arachidière. Rufisque était devenue un véritable débouché pour ce commerce florissant. Ainsi un wharf fut construit et environ 25.000 tonnes d'arachides, sur un total de 80.000 exportées à cette époque, furent acheminées vers l'Europe à partir de Rufisque. La Ville de Rufisque fut érigée en commune de plein exercice en 1880. Ce nouveau statut favorisera son accroissement démographique.

Navigateur de son état sur la ligne maritime Bordeaux - Sénégal, son père Kandé Ndiaye finit par s'installer à Rufisque où il fonda une famille. A la mort de ce dernier en 1928, Rose Seck d'origine St Lousienne et mère de Boubacar Joseph Ndiaye déménage accompagnée par son fils à Dakar. Le jeune prodige, après des études primaires couronnées par un Certificat d'Etude Primaire, un diplôme qui n'était pas à l'époque à la portée de n'importe qui, va entrer à l'Ecole Piné Laprade de Dakar où il passera trois années. Son diplôme de Typographe obtenu, il travaillera à Gorée à l'Imprimerie du Gouvernement Général qui subira en 1943 des dommages énormes suite à l'attaque perpétrée sur Dakar par les Forces Françaises Libres. Le transfert de cette imprimerie à Rufisque ramènera notre futur Conservateur de la Maison des Esclaves de Gorée dans sa ville natale.

Boubacar Joseph Ndiaye quittera l'Imprimerie du Gouvernement Général pour s'enrôler la même année (1943), en tant que citoyen français, dans l'armée française.

Après une formation à Thies, il sera embarqué en direction de l'Afrique du Nord « à bord du Paquebot Brasa ville » nous apprend-t-il, très calme, debout au pied de la Montagne Pelée. Débarqué en Algérie au Caserne d'Alger puis muté à la Maison du Caire tout près d'Alger, son parcourt militaire le conduira en 1944 à Toulon dans le groupe des tirailleurs sénégalais. Il fera l'Allemagne ainsi que le Camp Galilée dont le climat ressemble à celui de son pays natal : le Sénégal. C'est de là-bas où l'idée lui vient d'opter pour une carrière militaire en tant que parachutiste ; ce qui le conduira à Vanne puis en Indochine où il combattra sous les ordres du Général Bigard qui devint par la suite son ami.

De retour dans son pays natal en 1958, Boubacar Joseph Ndiaye mène des activités commerciales au près de la société CITEC comme gérant de magasin pendant 2 ans.

Après l'accession de son pays à l'indépendance, il avait tous les avantages pour choisir de vivre en France ou d'occuper des fonctions plus lucratives dans la nouvelle administration de son pays. Mais, comme un illuminé, il consacra tout son temps, de manière bénévole pendant deux ans, à la maison des Esclaves de Gorée par devoir de mémoire pour servir ses frères noirs d'Afrique et de la diaspora. Il fut confirmé comme conservateur de la Maison des Esclaves de Gorée à titre municipal en 1962 et par l'Etat du Sénégal en 1967. Son dévouement et son inégalable talent d'orateur seront reconnus par Léopold Sédar Senghor qui l'enverra au Musée de Nantes puis à l'Ecole Internationale de Talence pour des séries de formation afin de mieux servir l'histoire des noirs et de l'humanité.

En effet, très humble, l'homme est aussi un conférencier qui parcourt le monde depuis 1972 pour partager son savoir aux Etats-Unis d'Amérique à l'Université de Boston, en Afrique du Sud, à l'Ile Maurice, à l'Ile de la Réunion, en Allemagne, à la Guadeloupe, au Brésil, en Belgique, au Bénin, au Ghana, à la Martinique etc.

L'ancien compositeur typographe, ancien sous officier parachutiste de l'armée française et gardien de la Maison des Esclaves de Gorée est aussi un éminent écrivain. Il vient de publier, il y'a quelques mois, un livre intitulé « il fût un jour à Gorée, l'esclavage raconté à nos enfants » pour instruire le lecteur sur la « capitale de la souffrance et de la douleur » endurée par nos ancêtres. Il s'est assigné comme mission de restituer l'histoire dans sa vérité la plus absolue, l'histoire du peuple noir qui, pendant plus de trois siècles a fait l'objet d'humiliations et de violences de toutes sortes, mais aussi et surtout de pillages systématiques sans aucune retombée d'économie ou d'image.

Peu importe les contrevérités hystériques des révisionnistes, ces historiens de type nouveau qui falsifient l'histoire au gré des humeurs dans le seul but de minimiser l'ampleur de ce qu'a vécu l'Afrique pendant plus de trois siècles d'esclavage. Ce qui reste définitivement vrai est que chaque famille africaine a un parent en Amérique et aux Antilles ; un parent descendant d'un ancêtre capturé, torturé, arraché à sa terre natale et revendu comme simple butin humain par des négriers massacreurs doublés de pilleurs injustement convaincus de leur supériorité absolue sur les noirs. Peu importe leur tentative macabre de casser psychologiquement le nègre déménagé de force et d'effacer de son esprit tout reliquat d'Afrique en s'essayant à l'éduquer dans le mépris et la haine de la terre mère. Cette tentative reste vaine. Ce nègre est africain d'abord...

Boubacar Joseph NDIAYE, l'auteur de la fameuse citation « L'histoire ne ment pas ! », refuse d'oublier rappelant sans cesse combien l'oubli et l'indifférence ne puissent l'emporter sur la nécessité d'un devoir de mémoire. Il rejette cependant toute idée de réparation et enseigne le pardon, la tolérance et l'ouverture, vacciné qu'il est contre la ranc½ur et la vengeance ; le vieux sage fait sienne ce que l'autre disait : « la culpabilité n'est pas héréditaire ». Si son discours renseigne les pèlerins qui fréquentent l'île de Gorée, ce haut lieu de la mémoire du peuple noir, sur l'histoire douloureuse des peuples d'Afrique, il est aussi une prière pour le retour d'une humanité juste.

C'est pourquoi, ayant compris tout cela et touché par le verbe chargé d'histoire, le verbe pédagogique, académique et véridique de Boubacar Joseph Ndiaye, le Pape Jean Paul II, en visite à Gorée demanda pardon à l'Afrique car beaucoup de missionnaires ont eu dans le passé à encouragé ce crime odieux contre l'humanité : l'Esclavage.

Le vieux combattant des droits de l'homme a eu à recevoir aussi d'autres personnalités dans cette maison. Nous pouvons en citer, entre autres : Nelson Mandela, le Roi Assane II du Maroc, Bill Clinton, le couple Mittérand ... «C'est Madame Mittérand qui nous a aidé à restaurer la Maison des Esclaves par le biais de l'Association France Liberté » affirme-t-il, toujours debout et calme au pied de la Montagne pelée. Le vieux lion, est aussi visité et écouté par de grands noms du monde artistique tels que Manu Dibango, Jean Jacque Godman, Youssou NDOUR, Nina Simone, James Brown, pour n'en citer que ceux là.

Aujourd'hui, âgé de soixante quinze ans, élevé au rang de trésor vivant de l'humanité par l'UNESCO, honoré par le Gala de Reconnaissance avec la puissante et signifiante participation de l'Etat du Sénégal, aimé et adulé partout, Boubacar Joseph NDIAYE continue encore et avec un élan de c½ur extraordinaire sa mission de passeur de savoir pour donner sa partition au maintien du fil de la transmission de l'histoire du peuple noir.

Tafsir Ndické DIEYE
Auteur de polars et de poésie
Mail : [email protected]
Ville du Saint PIERRE Martinique le 24/06/2007

mémoire

AFP

Côte d'Ivoire: inauguration d'une stèle en mémoire de l'esclavage

Côte d'Ivoire: inauguration d'une stèle en mémoire de l'esclavage

AFP

Togo: cérémonies de "purification" en mémoire des violences politiques

Togo: cérémonies de "purification" en mémoire des violences politiques

AFP

CAN-2019: la mémoire de Tioté honorée

CAN-2019: la mémoire de Tioté honorée

conservateur

AFP

En Égypte, le pari du ballet dans un bastion conservateur

En Égypte, le pari du ballet dans un bastion conservateur

esclaves

AFP

Centrafrique: HRW dénonce le recours aux esclaves sexuelles dans le conflit

Centrafrique: HRW dénonce le recours aux esclaves sexuelles dans le conflit

Djamila Ould Khettab

L’Algérie compte encore 70 000 esclaves !

L’Algérie compte encore 70 000 esclaves !

Nicolas

Coupe du monde 2022 : des esclaves dans les stades ? 44 morts déj

Coupe du monde 2022 : des esclaves dans les stades ? 44 morts déj