mis à jour le

Ramadan : Retour à l’heure légale du 7 juillet au 10 août prochain

Le retour de l’heure légale ‘GMT) au Maroc aura lieu entre le 7 juillet et le 10 aout prochain, annonce mardi le ministère de la Fonction publique et de la modernisation de l’administration. L’heure devra, ainsi, être retardée de 60 minutes dimanche prochain à partir de  heures, a indiqué le ministère dans un communiqué, précisant que l’heure sera à nouveau avancée de 60 minutes de samedi 10 aout à compter de 2 heures.

 

Cette mesure intervient en application du decret 2.12.126 du 26 Joumada I 1433 (18 avril 2012) et la décision du Chef du gouvernement N° 3-59-13 du 18 Chaâbn 1434 (27 juin 2013)

 

LNT

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

ramadan

AFP

En Somalie, les croyants observent le Ramadan sans se soucier du virus

En Somalie, les croyants observent le Ramadan sans se soucier du virus

AFP

Au Maghreb, un ramadan sans saveurs

Au Maghreb, un ramadan sans saveurs

AFP

Une journée de ramadan au Mali au temps du coronavirus

Une journée de ramadan au Mali au temps du coronavirus

retour

AFP

Mali: la Cédéao presse

Mali: la Cédéao presse

AFP

Congo: l'opposant et prisonnier Mokoko de retour

Congo: l'opposant et prisonnier Mokoko de retour

AFP

Les voisins du Mali insistent sur le retour des civils au pouvoir après le putsch

Les voisins du Mali insistent sur le retour des civils au pouvoir après le putsch

juillet

AFP

Soudan: les inondations ont fait 63 morts depuis fin juillet

Soudan: les inondations ont fait 63 morts depuis fin juillet

AFP

Malawi: après l'annulation de la présidentielle, le nouveau scrutin fixé au 2 juillet

Malawi: après l'annulation de la présidentielle, le nouveau scrutin fixé au 2 juillet

AFP

Nigeria: quatre otages enlevés en juillet exécutés par des jihadistes

Nigeria: quatre otages enlevés en juillet exécutés par des jihadistes