mis à jour le

Accusé de crime de guerre et de génocide : Hissène Habré défie les chambres africaines extraordinaires

L'ancien président Tchadien Hissène Habré a été auditionné, hier pendant plus de 4 heures d'horloge. Face à face avec les six juges d'instruction, lors duquel Habré a qualifié d'illégales les chambres africaines, refusant de répondre aux questions des membres desdites chambres. Il mettra tout sur le dos de son ancien chef de sécurité Idriss Déby, actuel président de la république du Tchad.
Dans le collimateur de la justice internationale depuis 1990, Hissène Habré voit désormais son destin entre les mains de la justice africaine. L'ex-président Tchadien a été présenté, hier mardi, à la Commission d'Instruction des Chambres Africains Extraordinaires. Les juges desdites chambres ont posé des centaines de questions à Habré sur les actes de tortures, d'assassinats et de crimes de guerres. Voulant poursuivre l'interrogatoire, les juges verront Habré leur demander d'aller poser ces mêmes questions à son ancien conseillé de sécurité, l'ex-commandant Idriss Déby qui contrôlait, à l'époque, la police, la gendarmerie et l'armée. Face à leur insistance, Habré se montrera plus que téméraire. «Vous n'avez pas entendu ce que j'ai dit chers juges ? Allez poser ces questions à celui qui avait en main ma sécurité et celle des Tchadiens. D'ailleurs, je ne reconnais pas cette juridiction car, elle est politique et manipulée à distance par des personnes qui sont contre ma personne», a fait savoir Habré. Les juges resserrent leurs cravates et raclent leurs gorges, sachant avoir à faire avec un gros morceau. Ils le relanceront sur des fonds volés au trésor tchadien et acheminés au Sénégal. Mais, sourire au coin des lèvres, pendant 4 heures d'horloge, Habré est restait muet, laissant lsans réponses les questions des juges. Aussi, après concertation, les juges ont-ils décidé de l'inculper pour «crimes contre l'humanité, crimes de guerre et tortures». Placé sous mandat de dépôt, Habré passera, ainsi, sa première nuit en prison, précisément à la Maison d'arrêt et de correction de Rebeuss, en attendant de rejoindre celle des Mamelles en réfection.

KHALIL DIEME



Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

crime

AFP

Gbagbo demande

Gbagbo demande

AFP

Afrique du Sud: enquête rouverte pour un crime de l'apartheid

Afrique du Sud: enquête rouverte pour un crime de l'apartheid

AFP

Afrique du Sud: le fils d'une riche famille revient sur les lieux du crime

Afrique du Sud: le fils d'une riche famille revient sur les lieux du crime

guerre

AFP

Ethiopie: les réfugiés érythréens désespèrent de quitter le Tigré en guerre

Ethiopie: les réfugiés érythréens désespèrent de quitter le Tigré en guerre

AFP

Tabaski: au Sahel, le commerce de moutons mis en péril par la "maudite" guerre

Tabaski: au Sahel, le commerce de moutons mis en péril par la "maudite" guerre

AFP

Ethiopie: Abiy Ahmed, du vent du changement au tourbillon de la guerre

Ethiopie: Abiy Ahmed, du vent du changement au tourbillon de la guerre

génocide

AFP

Rwanda: des survivants du génocide saluent l'extradition d'un génocidaire présumé

Rwanda: des survivants du génocide saluent l'extradition d'un génocidaire présumé

AFP

Génocide rwandais: l'ancien ministre Ngirabatware transféré au Sénégal

Génocide rwandais: l'ancien ministre Ngirabatware transféré au Sénégal

AFP

Génocide des Tutsi: l'inextricable cas d'Agathe Habyarimana, enlisé devant la justice française

Génocide des Tutsi: l'inextricable cas d'Agathe Habyarimana, enlisé devant la justice française