mis à jour le

Constat des stocks des produits alimentaires en prélude au mois de carême :  » Le pays est bien approvisionné…il n’y a aucune raison que les prix augmentent « 

C’est le constat fait par le ministre du commerce et de l’industrie, Tiéna Coulibaly, lors de la visite qu’il a effectuée, hier, dans les magasins des commerçants grossistes de produits alimentaires. Il n’y a donc aucune inquiétude quant à la disponibilité des produits de grande consommation pendant le mois de carême qui interviendra dans quelques jours.

 

 

Le ministre du Commerce et de l’industrie, Tiéna Coulibaly et du président du collège transitoire de la CCIM, Mamadou Tiény Konaté

Comme cela est de tradition, à la veille du mois de ramadan, le ministre en charge du commerce visite les stocks des produits alimentaires afin de s’assurer de leur disponibilité. En effet, durant ce mois sacré, la consommation de sucre, lait, riz, huile...augmente considérablement, ce qui pousse le ministre du commerce à vérifier l’état réel des stocks pour éviter toute pénurie. C’est donc accompagné du président du Collège transitoire de la Chambre de commerce  et d’industrie du Mali (CCIM), Mamadou Tiény Konaté, et du directeur national du commerce et de la concurrence, (DNCC)Modibo Kéïta, que le nouveau ministre Tiéna Coulibaly a visité les magasins de stocks des sociétés Astan Kouma, Djigué S.A de Amadou Djigué, GDCM de Modibo Kéïta, SODRAF de Lobo Draméra, SODIMA de Petit Barou, SODIBAF de Mamadou Diagana et les Ets Mamadou Diarra.

 

 

En tous ces endroits, la délégation  a été reçue par les dirigeants de ces sociétés qui ont ensuite fait le tour des différents magasins avec le ministre qui avait son calepin en main et un bic pour pendre des notes.  Si le constat est que partout, la disponibilité demeure, l’autre interrogation est  relative à la problématique du prix au consommateur. Selon ces grands commerçants grossistes, les prix au détail ne devraient pas connaître une hausse par rapport à l’année passée ; même si certains produits, comme le riz par exemple, avaient bénéficié de subvention et cela contrairement à cette année.  » Cette année le prix du kilo du riz 25% et 100% brisure varie entre 350 et 500F CFA ce qui est acceptable comparativement au prix auquel il était cédé l’année dernière », selon un responsable de la DNCC. A l’issue de cette visite, le ministre du commerce et de l’industrie a affirmé que  » les stocks sont suffisants  » et a rassuré les populations qu’elles ne courent aucun risque de rupture d’approvisionnement en produits de grande consommation durant le mois de ramadan. On a, d’ailleurs, pu constater qu’un seul grossiste – pour ne pas le citer- est en mesure de satisfaire l’ensemble des besoins en riz, par exemple, des populations de Bamako durant tout ce mois de carême. Comme dit l’adage :  » mieux vaut voir une fois que d’entendre cent fois « . C’est donc rassuré que le ministre Tiéna Coulibaly a terminé, dans l’après-midi, cette visite qui a duré près de cinq heures. Quant aux grossistes, ils  se sont engagés à accompagner les populations pour mieux passer ce mois sacré de ramadan qui sonne déjà à nos portes.

Mamadou FOFANA

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

pays

AFP

RDC: une ex-élue du Congrès américain pour soigner l'image du pays

RDC: une ex-élue du Congrès américain pour soigner l'image du pays

AFP

CPI: le président ivoirien opposé au départ de nouveaux pays africains

CPI: le président ivoirien opposé au départ de nouveaux pays africains

AFP

Nigeria: le pays s'enfonce dans la crise économique

Nigeria: le pays s'enfonce dans la crise économique

prix

AFP

Le prix Nobel Wole Soyinka répond aux attaques sur les réseaux sociaux

Le prix Nobel Wole Soyinka répond aux attaques sur les réseaux sociaux

AFP

Soudan: une manifestation contre la hausse des prix dispersée

Soudan: une manifestation contre la hausse des prix dispersée

AFP

Rwanda: un programme de médicaments à «prix abordables»

Rwanda: un programme de médicaments à «prix abordables»