mis à jour le

Manifestations à Oran et Aïn Témouchent

Des centaines de candidats au baccalauréat ont manifesté, hier et avant-hier à Oran, pétris de colère et d'indignation. Ce sont les candidats recalés ayant composé lors des épreuves du bac, filière philosophie, au lycée Ibn Badis, celui-là même où l'Office national des examens et concours (ONEC) a dit avoir «relevé une tricherie généralisée». Hier, suite à la divulgation des résultats du bac via le Net, tous les candidats ayant composé dans l'enceinte de ce lycée ont eu la désagréable surprise de lire «cas de tricherie». Les jeunes manifestants, dont certains étaient accompagnés de leurs parents, ont bloqué l'artère menant du siège de la wilaya à la direction de l'éducation (DE). Rassemblés devant cette administration, ils ont dénoncé ce qu'ils appellent «une punition collective». «On ne nie pas le fait qu'il y ait eu tricherie. Ceci dit, ce n'est pas une raison pour généraliser de la sorte ! Certains parmi nous ont dû réviser durement pour l'obtention de leur bac et n'ont nullement triché. Au final, on va gâcher leur vie et leur carrière à cause d'une décision intempestive et irréfléchie !», dit un des candidats malheureux. Un autre renchérit : «Quand bien même y a-t-il eu tricherie, il fallait aux surveillants d'agir sur le champ, mettre à l'écart les tricheurs pendant les épreuves. Au lieu de cela, ils se sont contentés de confisquer les feuilles des candidats tricheurs pour leur remettre des neuves.» Un des parents d'élèves explique : «Nous disons non à cette punition collective ! Tous les candidats n'ont pas eu recours à la triche et si beaucoup se sont adonné à ces agissements, c'est à cause de ce climat 'permissif' qui régnait à l'intérieur des salles d'examen. Les élèves ne doivent pas être des boucs émissaires, chacun doit rendre des comptes.» Des manifestants réclament «le départ du ministre de l'Education». D'autres scandent : «Qu'on nous présente des preuves de tricherie ! On veut voir nos relevés de notes !» Un dispositif policier a fait son apparition et face à «l'entêtement» des manifestants qui n'ont pas voulu quitter les lieux, des agents ont utilisé la matraque. Les manifestants, nullement intimidés, ont persisté à occuper les lieux et à bloquer la route à la circulation. Beaucoup de candidats ont battu le pavé pour se rendre du siège de la direction de l'éducation à la place du 1er Novembre. La police antiémeute, en grand renfort, a réussi à les encadrer. Dépités, les manifestants sont retournés au siège de la DE. A l'heure où nous mettons sous presse, la tension persiste encore en face de la DE. Pour sa part, le Snapest salue la décision du ministère de l'Education de sanctionner les candidats tricheurs. «La loi devait être appliquée dans toute sa rigueur», a déclaré, hier, à Oran le secrétaire général du Snapest qui a estimé que «face à cette fraude massive, il fallait des sanctions de taille pour qu'à l'avenir, ceux qui seront tentés de frauder sauront que la réussite ne passe pas par la triche». Hier à Aïn Témouchent, une vingtaine de candidats recalés au baccalauréat pour suspicion de fraude se sont présentés, accompagnés de leurs parents, à la maison de la presse pour faire entendre leur protestation. Certains ont déclaré avoir été éliminés pour avoir été absents, alors qu'ils soutiennent avoir participé à toutes les épreuves de l'examen. Avant-hier, ils étaient plus nombreux à avoir observé un sit-in devant la direction de l'éducation. Il leur a été suggéré d'introduire des recours, ce qu'ils comptent faire dès que leurs relevés de notes leur seront délivrés. Certains comptent saisir le tribunal administratif et aller au-delà d'un recours au cas où celui-ci serait sans effet. Il est à signaler qu'une lycéenne de 16 ans s'est jetée du 5e étage d'un bâtiment où elle se trouvait au moment où elle a appris la triste nouvelle de son échec à cet examen. Elle a été évacuée dans un état jugé sérieux vers le CHU d'Oran.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

manifestations

AFP

Cameroun: violentes manifestations

Cameroun: violentes manifestations

AFP

L'Ethiopie remanie son gouvernement après des manifestations

L'Ethiopie remanie son gouvernement après des manifestations

AFP

Zimbabwe: l'interdiction des manifestations anti-Mugabe est légale

Zimbabwe: l'interdiction des manifestations anti-Mugabe est légale

Oran

Sans abris

La grosse farce du logement en Algérie

La grosse farce du logement en Algérie

Discriminations

Soyez ce que vous voulez en Algérie, mais pas noir

Soyez ce que vous voulez en Algérie, mais pas noir

People

Petite virée oranaise pour Mike Tyson

Petite virée oranaise pour Mike Tyson