mis à jour le

Election présidentielle : LES ASSURANCES DU MINISTRE MOUSSA SINKO COULIBALY

Le premier tour de la présidentielle aura bel et bien le 28 juillet et le second tour le 11 août 2013 s'il y a lieu, a garanti le ministre de l'Administration territoriale, de la Décentralisation et de l'Aménagement du territoire lors d'une rencontre avec le corps diplomatique 

« Le premier tour de l'élection présidentielle aura bien lieu le 28 juillet. Toutes les conditions sont réunies pour cela». L'assurance a été donnée hier par le ministre de l'Administration territoriale, de la Décentralisation et de l'Aménagement du territoire, le colonel Moussa Sinko Coulibaly au cours d'une rencontre avec les ambassadeurs et les représentants d'organismes impliqués dans l'organisation des élections dans notre pays.

Au cours de cette rencontre qui s'est déroulée au département, le ministre Coulibaly a fait le point des préparatifs des élections et a réitéré la volonté du gouvernement de respecter les dates du 28 juillet pour le premier tour de l'élection présidentielle et le 11 août pour le second tour, si ce dernier a lieu.

« Nous avons réuni toutes les conditions pour le déroulement des élections dans la transparence et la crédibilité », a expliqué le ministre qui a précisé que le département  qu'il dirige est la seule structure chargée de l'organisation des élections. « Au Mali on a l'impression que c'est plusieurs structures qui organisent les élections. Je précise que c'est le ministère de l'Administration territoriale, de la Décentralisation et de l'Aménagement du territoire, dont j'ai la charge, qui est la seule structure chargée de l'organisation des élections. Les autres sont des structures d'accompagnement », a dit le colonel Moussa Sinko Coulibaly indiquant que la décision de report ou pas des élections est réservée au département de l'Administration territoriale, de la Décentralisation et de l'Aménagement du territoire.

L'accord préliminaire de Ouagadougou a permis de lever le doute sur la tenue des élections à Kidal. Déjà une mission est à pied-½uvre à Kidal, où, comme dans toutes les autres localités du Mali le matériel électoral est sur place, a confirmé le ministre. « Les urnes sont sur places, les bureaux ont été identifiés et le matériel électoral nécessaire a été acheminé dans tous les centres de vote. Le retrait des cartes d'électeurs NINA est en cours », a expliqué le ministre.

« Nous allons tenir la date du 28 juillet qui a été souverainement décidée par le gouvernement du Mali. Nous n'avons sur nous aucune pression internationale. Nous pensons que le seul espoir pour mettre fin rapidement à la souffrance de nos compatriotes réfugiés est l'organisation des élections », a commenté le Moussa Sinko Coulibaly.

A propos de nos compatriotes réfugiés, le ministre a expliqué que les électeurs potentiels sont environ 3 100 au Burkina Faso et 4 400 au Niger ont été identifiés et pourront voter avec l'appui du Haut commissariat aux réfugiés (HCR). Le recensement des électeurs réfugiés en Mauritanie est en cours.

Le ministre a également précisé que le choix du Ravec pour l'élaboration du fichier électoral  a été fait en accord avec l'ensemble des partis politiques. « Il y a avait des difficultés concernant le choix du fichier. Mais nous sommes convenus de travailler sur le fichier du Ravec pour sortir une liste consensuelle. C'est ce qui a été fait », a rappelé le ministre. De même la révision de la loi électorale avec été faite avec la participation de tous les regroupements politiques.

« Nous allons tenir la date du 28 juillet. Si cela marche nous n'aurons pas besoin de fêter car c'est notre mission. Mais si cela ne marche pas j'assume l'entière responsabilité », a dit le ministre qui a rappelé que le vote est un devoir citoyen dans notre pays et non une obligation. « Je ne peux pas donner une assurance sur le taux de participation des électeurs. Car depuis quelques années ce taux connaît une baisse. Cependant nous constatons un grand engouement pour le retrait des cartes d'électeurs NINA », a dit le ministre.

« Un report des élections ne nous apportera rien de nouveau. Il y aura toujours des problèmes. Je pense qu'aujourd'hui les conditions sont réunies pour respecter la date du 28 juillet », a insisté le ministre qui a indiqué aussi que le gouvernement mettra tout en ½uvre pour la transparence dans les élections. « Nous concentrerons également nos efforts sur la transparences du scrutin. Pour cela nous avons fait appel à des organismes internationaux crédibles et avons demandé aux partis politiques de contribuer. Le ministère est à leur disposition pour tout besoin », a dit le ministre.

Au cours de la rencontre, la direction nationale de l'Intérieur a fait le point des préparatifs. Il ressort que son calendrier de travail est respecté. De même concernant la mobilisation des fonds, sur 49 millions de dollars, soit environ 24 milliards de Fcfa promis par les partenaires, 36 millions de dollars soit environ 18 milliards de F cfa ont été mobilisés. Les diplomates présents ont exprimé leur satisfaction sur les préparatifs des élections et ont  salué le sens de responsabilité du gouvernement.

Be COULIBALY

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

élection

AFP

Election en Gambie: une défaite qui vient de loin pour Jammeh

Election en Gambie: une défaite qui vient de loin pour Jammeh

AFP

Présidentielle en Gambie: le président Jammeh appelle

Présidentielle en Gambie: le président Jammeh appelle

AFP

Gambie: aucun espoir d'une élection libre et honnête

Gambie: aucun espoir d'une élection libre et honnête

présidentielle

AFP

Présidentielle au Ghana: l'opposition retente sa chance

Présidentielle au Ghana: l'opposition retente sa chance

AFP

Présidentielle au Ghana: ce qu'il faut savoir

Présidentielle au Ghana: ce qu'il faut savoir

AFP

Ghana: premier tour de la présidentielle sur fond de tensions

Ghana: premier tour de la présidentielle sur fond de tensions

assurances

La Rédaction

Sécurité et retour des réfugiés à Tombouctou : LES ASSURANCES DU COLONEL SANGARE

Sécurité et retour des réfugiés à Tombouctou : LES ASSURANCES DU COLONEL SANGARE

Lemag

Maroc : Le pays se dote d'une autorité de contrôle des assurances

Maroc : Le pays se dote d'une autorité de contrôle des assurances

Lemag

Maroc : Le pays se dote d'une autorité de contrôle des assurances

Maroc : Le pays se dote d'une autorité de contrôle des assurances