mis à jour le

Mohamed Morsi « moutamassek bich-Char3ia »

Le président islamiste égyptien Mohamed Morsi ,contesté par plus de 14 millions de personnes dans les rue depuis dimanche 30 juin , a martelé mardi soir 2 juillet plus de cent fois la « Char3ia » ( légitimité )  que lui donnait son élection  et affirmé qu’il entendait continuer de diriger le pays malgré les appels de l’opposition à son départ. « Le peuple m’a choisi lors d’élections libres et équitables », a martelé Morsi, qui s’adressait à la télévision, ajoutant qu’il était prêt à « donner sa vie ».

La « char3ia »" est « la seule garantie contre l’effusion de sang », a-t-il soutenu, répondant implicitement à ceux qui estiment que son départ permettrait de résoudre les tensions dans le pays. Appelant la population au calme et l’opposition au dialogue, il a affirmé que le pays devait encore relever les défis posés par la corruption et les reliquats de l’ancien régime d’Hosni Moubarak, et qu’il faudrait du temps pour mener à bien ce combat.

L’armée égyptienne, qui a lancé lundi 1èr juillet un ultimatum de 48 heures aux responsables politiques du pays pour sortir de la crise et satisfaire les revendications du peuple, seraient prête à suspendre la constitution, dissoudre le parlement et confier le pouvoir à un « conseil intérimaire » majoritairement civil en cas d’échec.

Ecoutez-le marteler sa « Char3ia » 

« IRHAL , IRHAL »

Le président islamiste avait déjà rejeté lundi soir la demande du commandement militaire assimilée les frères musulmans  à un coup de force pour le faire partir. Il a rencontré mardi le ministre de la défense et chef de l’armée, le général Abdel Fattah al-Sissi. Rien n’a filtré jusqu’à présent de ces entretiens engagés dans la matinée et qui se poursuivaient en soirée.

« Ce président menace son peuple », de ce fait, « nous considérons qu’il n’est plus président », a réagi Mohamed Abdelaziz, dirigeant du mouvement Tamarrud à l’origine des manifestations monstres réclamant le départ de Mohamed Morsi, après l’intervention télévisée du chef de l’Etat.

A l’issue de ce discours, la foule réunie sur l’emblématique place Tahrir du Caire avait scandé à l’adresse du président : « IRHAL ,IRHAL ( Dégage, dégage ) ! On ne veut pas de toi.

Regardez bien cette vidéo . Le guide de la confrérie des frères musulmans , le Rached Ghannouchi égyptien ,au siège de la confrérie dicte et rédige le discours prononcé par Mohamed Morsi . Morsi n’est qu’un « Tartour » disent les tunisiens 

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Mohamed

AFP

Décès de l'islamologue tunisien Mohamed Talbi, "libre" penseur

Décès de l'islamologue tunisien Mohamed Talbi, "libre" penseur

AFP

Mohamed Abdullahi 'Farmajo', nouveau président de la Somalie

Mohamed Abdullahi 'Farmajo', nouveau président de la Somalie

AFP

Somalie: l'ex-Premier ministre Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

Somalie: l'ex-Premier ministre Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

Morsi

AFP

L'Egypte confirme une condamnation

L'Egypte confirme une condamnation

AFP

Egypte: la justice annule une peine de prison

Egypte: la justice annule une peine de prison

AFP

Egypte: la Cour de cassation annule la peine de mort pour Morsi

Egypte: la Cour de cassation annule la peine de mort pour Morsi