mis à jour le

Mohamed Morsi « moutamassek bich-Char3ia »

Le président islamiste égyptien Mohamed Morsi ,contesté par plus de 14 millions de personnes dans les rue depuis dimanche 30 juin , a martelé mardi soir 2 juillet plus de cent fois la « Char3ia » ( légitimité )  que lui donnait son élection  et affirmé qu’il entendait continuer de diriger le pays malgré les appels de l’opposition à son départ. « Le peuple m’a choisi lors d’élections libres et équitables », a martelé Morsi, qui s’adressait à la télévision, ajoutant qu’il était prêt à « donner sa vie ».

La « char3ia »" est « la seule garantie contre l’effusion de sang », a-t-il soutenu, répondant implicitement à ceux qui estiment que son départ permettrait de résoudre les tensions dans le pays. Appelant la population au calme et l’opposition au dialogue, il a affirmé que le pays devait encore relever les défis posés par la corruption et les reliquats de l’ancien régime d’Hosni Moubarak, et qu’il faudrait du temps pour mener à bien ce combat.

L’armée égyptienne, qui a lancé lundi 1èr juillet un ultimatum de 48 heures aux responsables politiques du pays pour sortir de la crise et satisfaire les revendications du peuple, seraient prête à suspendre la constitution, dissoudre le parlement et confier le pouvoir à un « conseil intérimaire » majoritairement civil en cas d’échec.

Ecoutez-le marteler sa « Char3ia » 

« IRHAL , IRHAL »

Le président islamiste avait déjà rejeté lundi soir la demande du commandement militaire assimilée les frères musulmans  à un coup de force pour le faire partir. Il a rencontré mardi le ministre de la défense et chef de l’armée, le général Abdel Fattah al-Sissi. Rien n’a filtré jusqu’à présent de ces entretiens engagés dans la matinée et qui se poursuivaient en soirée.

« Ce président menace son peuple », de ce fait, « nous considérons qu’il n’est plus président », a réagi Mohamed Abdelaziz, dirigeant du mouvement Tamarrud à l’origine des manifestations monstres réclamant le départ de Mohamed Morsi, après l’intervention télévisée du chef de l’Etat.

A l’issue de ce discours, la foule réunie sur l’emblématique place Tahrir du Caire avait scandé à l’adresse du président : « IRHAL ,IRHAL ( Dégage, dégage ) ! On ne veut pas de toi.

Regardez bien cette vidéo . Le guide de la confrérie des frères musulmans , le Rached Ghannouchi égyptien ,au siège de la confrérie dicte et rédige le discours prononcé par Mohamed Morsi . Morsi n’est qu’un « Tartour » disent les tunisiens 

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Mohamed

AFP

Tunisie: procès du meurtre de l'opposant Mohamed Brahmi reporté

Tunisie: procès du meurtre de l'opposant Mohamed Brahmi reporté

AFP

Attentats : le suspect-clé Mohamed Abrini et quatre autres personnes arrêtés

Attentats : le suspect-clé Mohamed Abrini et quatre autres personnes arrêtés

AFP

La Somalie déchirée et oubliée: le photographe Mohamed Abdiwahab témoigne

La Somalie déchirée et oubliée: le photographe Mohamed Abdiwahab témoigne

Morsi

AFP

Egypte: la justice annule une peine de prison

Egypte: la justice annule une peine de prison

AFP

Egypte: la Cour de cassation annule la peine de mort pour Morsi

Egypte: la Cour de cassation annule la peine de mort pour Morsi

AFP

Egypte: Morsi écope de 20 ans de prison, premier verdict définitif

Egypte: Morsi écope de 20 ans de prison, premier verdict définitif