mis à jour le

Effectivité du visa d'entrée au Sénégal : 5000 demandes en 48 heures

Le Sénégal a officiellement lancé le «visa biométrique» obligatoire pour tout étranger désireux d'entrer dans son territoire, à l'exception des ressortissants des 14 autres pays de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et de ceux avec qui il est lié par un accord. En tout, un gain annuel de 5 milliards est attendu en termes de recettes.

Le Sénégal est entré de pleins pieds dans le régime du visa biométrique. Désormais, tout étranger désireux d'entrer dans le territoire national, à l'exception des ressortissants de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et de ceux avec qui le Sénégal est lié par un accord, doit obligatoire avoir un ce visa. La cérémonie a eu lieu hier lundi 1er juillet 2013 à l'aéroport Léopold Sédar Senghor de Dakar, en présence des ministres de l'Intérieur, le Général Pathé Seck, du Tourisme et des Loisir, Youssou Ndour, du Budget Abdoulaye Daouda Diallo, du Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et du président directeur général du groupe SNEDAI, Adama Bictogo, entre autres.

Occasion pour Youssou Ndour de relever que, «en deux jours seulement, c'est-à-dire entre samedi et dimanche, nos services ont enregistré 5000 demandes de visas biométriques. Ce chiffre atteste de l'intérêt des voyageurs pour Dakar», a dit le ministre du Tourisme et des Loisirs. Selon lui, un gain de 5 milliards F Cfa annuels est attendu du visa biométrique, cédé à 50 euros, soit 32 500 F Cfa ou environ 70 dollars.

Cependant, il a mis en garde, contre toutes «failles dans le dispositif de visas biométriques» aussi bien à l'aéroport de Dakar que dans les représentations diplomatiques. «Le dispositif qui est en place est très important et il faut veiller à ce qu'il fonctionne normalement, et il ne doit pas avoir de failles dans la délivrance de ce visa biométrique», a-t-il dit, invitant à plus de «diligence dans la procédure de délivrance». Car, a-t-il martelé, «un touriste qui se décourage du fait de lenteurs, il décourage d'autres».

L'exonération des Tours opérateurs prend fin en avril

Revenant sur l'exonération dont bénéficient les Tours opérateurs (2013-2014), Youssou Ndour a rappelé que «la saison touristique, c'est du mois de novembre au mois d'avril. Pour une communication claire, l'exonération s'arrête à la fin du mois d'avril pour l'instant». Néanmoins, il a salué les efforts des ministères impliqués dans le projet et des privés qui ont faire «preuve d'une grande compréhension en exonérant pour l'année 2013-2014 les touristes venant au Sénégal avec les tours opérateurs».

Auparavant, le ministre de l'Intérieur, le Général Pathé Seck, a largement expliqué les conditions pour bénéficier de ces «facilitations et assouplissements» accordés à certains voyageurs, notamment les touristes. «Des facilitations et assouplissements ont été accordés aux touristes voyageant avec les Tours opérateurs pour cette campagne touristique 2013-2014, après la production d'une liste qui sera visée par le ministre du Tourisme et des Loisirs».

Quant à nos compatriotes, ils peuvent également entrer au Sénégal sans visa s'ils sont munis à l'entrée d'un passeport sénégalais ou d'une carte d'identité nationale, a rassuré le ministre de l'Intérieur. Aussi, jusqu'à la fin du mois de juillet, les compagnies aériennes peuvent, à titre exceptionnelle, laisser embarquer les passagers non munis d'un pré-visa à destination du Sénégal. Toutefois, «ceux-ci prendront leur visa à l'aéroport même». Les réfugiés détenteurs d'un laisser-débarquer délivré par le ministère de l'Intérieur, les étrangers résidents au Sénégal, munis d'une carte d'identité d'étranger, pourront également sont également dispensés visa.

L'encaissement est définitif

Le ministre du budget, Abdoulaye Daouda Diallo, a lui insisté sur le caractère fiscal, donc obligatoire et définitif du droit de visa. «Les droits de visa constituent une composante des droits de timbre et de délivrance de document. Ils ont donc un caractère fiscal qui fait qu'ils sont payés à titre obligatoire par tous ces gens entrant dans le champ d'application de nos lois (...) C'est dire que l'encaissement est définitif, comme cela se fait partout ailleurs».

Le ministre du Budget a rappelé que c'est une loi fiscale initiée en 2006 qui avait instauré le système de visa pour l'entrée au Sénégal et qui avait fixé les montants. Le nouveau Code des impôts «a repris les dispositions de cette loi en réaffirmant l'application du principe de réciprocité des sommes entre tout pays qui soumet les nationaux sénégalais à la formalité du visa. Par la même occasion une mise en norme de la nomenclature du type de visa d'entrée territoriale», a-t-il précisé, notant que «l'exonération (des Tours opérateurs) ne concerne que cette période. Au-delà, ils vont devoir passer à la caisse», a garanti Abdoulaye Diallo.

Le président directeur général du groupe SNEDAI, le partenaire ivoirien qui a gagné le marché du visa biométrique, a mis l'accent sur l'aspect sécurité qui soutend le projet et la traçabilité sur toutes les entrées. «Dans un pays où l'économie touristique représente 25% du budget, on peut se demander l'opportunité d'un visa biométrique. L'économie touristique n'a pas de valeur, s'il n'y a pas de paix et de sécurité. La sécurité performante passe par les outils modernes de sécurité».

Et, «cet outil tel que conçu par les autorités du Sénégal obéit à la modernisation des outils de contrôle pour répondre aux normes sécuritaires au regard du contexte d'insécurité qui mine notre sous-région. Le visa qui est instauré va répondre à cette norme sécuritaire pour permettre d'avoir des statistiques et une traçabilité sur tous ceux qui veulent entrer au Sénégal». Bref, le visa biométrique «ne sera pas un obstacle au tourisme mais un outil de sécurité», a souligné Adama Bictogo.

Sud Quotidien

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

visa

AFP

RDC: Kinshasa refuse de renouveler le visa d'une chercheuse de HRW

RDC: Kinshasa refuse de renouveler le visa d'une chercheuse de HRW

Nord-Sud

L'injustice du visa pour les vacanciers africains

L'injustice du visa pour les vacanciers africains

Free visa

L'Afrique pourrait être le premier continent muni d'un passeport unique

L'Afrique pourrait être le premier continent muni d'un passeport unique

Sénégal

AFP

Gambie: le Sénégal condamne le revirement de Jammeh

Gambie: le Sénégal condamne le revirement de Jammeh

AFP

CAN-2017: l'Algérie dans un groupe compliqué avec le Sénégal et la Tunisie

CAN-2017: l'Algérie dans un groupe compliqué avec le Sénégal et la Tunisie

AFP

Le Sénégal et la France renforcent la coopération contre le "terrorisme"

Le Sénégal et la France renforcent la coopération contre le "terrorisme"